Pianiste avec une formation en musique classique, Diane Juster a bénéficié des conseils d’un certain Stéphane Venne, qui l’a fortement encouragée à composer ses propres chansons au début des années 1970. Forte d’une discographie enviable de sept albums, l’auteure-compositrice-interprète montréalaise a conquis le cœur des Québécois en 1979 avec Je ne suis qu’une chanson, émouvante et puissante ballade interprétée par la grande Ginette Reno qui l’a faite sienne de façon magistrale. Auréolée du Félix de la chanson de l’année, la pièce a connu un engouement monstre, comme en témoigne le succès de l’album homonyme, vendu à plus de 350 000 exemplaires en un peu plus d’un an. Membre fondatrice de la Société professionnelle des auteurs-compositeurs du Québec (SPACQ) et de la Société du droit de reproduction des auteurs, compositeurs et éditeurs au Canada (SODRAC), fusionnée à la SOCAN l’an dernier, Diane Juster a maintes fois montré qu’elle avait autant d’aplomb et d’audace que de talent. « Je ne suis qu’une chanson » a remporté le Prix Empreinte Culturelle lors du 30e Gala SOCAN, le 22 septembre, à La Tohu. La SOCAN a rencontré Diane Juster afin qu’elle nous raconte l’importance qu’a eue cette immense chanson sur sa carrière.



La SOCAN et la Guilde des compositeurs canadiens de musique à l’image (SCGC) ont toutes deux commandité l’événement inaugural du AMP Summit dans le cadre du festival international du film de Vancouver (VIFF) qui avait lieu le 3 octobre 2019 au Colony Bar.

Étaient présents des délégués à la conférence, des représentants locaux de l’industrie, ainsi que des membres de la SOCAN et de la SCGC. On a noté la présence de Valerie Biggin (directrice musicale, The Song Rep), Red Heartbreaker (membre compositrice à l’image de la SOCAN), Jessica Hoefsloot (Tonic Records), Tonya Dedrick (SCGC), Kristina Lao (Nimbus), Tony Scudellari (Sony Pictures Television), Rob Calder (Secret Study), Patrick Zulinov (Hyvetown), Jimmy Leitch (Music BC), Ed Henderson (membre du conseil d’administration de la SOCAN et membre de la SCGC), PIOTR (membre SOCAN), Adrian Ellis (membre SOCAN et premier vice-président de la SCGC), Michael Averill (membre SOCAN), Chin Injeti (membre SOCAN), Ari Wise (Core Music Agency) et Matthew Safran (Core Music Agency).

La SOCAN était représentée par son chef de la direction, Eric Baptiste, son directeur A&R Rodney Murphy, la responsable de comptes pour la radio Coralie Hummel ainsi que la chef d’équipe des comptes des membres Sara Pavilionis.

Le 4 octobre, M. Baptiste a participé au panel intitulé « Where Is the Money? Global Rights and the Way Income is Improving for Creatives ». Il a expliqué comment, par exemple, c’est l’aspect créatif de la musique qui est le moteur de l’aspect commercial, ce que la SOCAN accomplit afin de bonifier les revenus de ses membres, et ce que la Music Modernization Act aux États-Unis et d’autres victoires au chapitre de la gestion des droits partout dans le monde signifient pour les auteurs-compositeurs, les interprètes et les éditeurs de musique.

VIFF, AMP, 2019, Composers Creating Change, Red Heartbreaker, Wendy Melvoin, Lisa Coleman, Starr Parodi

De gauche à droite : Red Heartbreaker, Wendy Melvoin, Lisa Coleman, Starr Parodi

Le panel « Composers Creating Change » fut un autre des faits saillants de l’événement ; il était modéré par la compositrice à l’image et membre SOCAN Red Heartbreaker et avait comme invités Starr Parodi (présidente de l’Alliance of Woman Film Composers), Wendy Melvoin et Lisa Coleman (compositrices, Wendy & Lisa). Elles ont abordé la question de l’écart hommes-femmes dans l’industrie de la musique à l’image et de ne pas avoir peur de prendre des risques. Ce fut un panel des plus enrichissants pour tous les participants.

Parmi les autres faits saillants du VIFF AMP, on pense entre autres à « Reel Voices—Behind the Music in Red Snow », à « A Closer Examination: The Music of The Good Doctor » durant lequel les producteurs, compositeurs et directeurs musicaux de cette populaire émission ont parlé de leur travail dans le domaine de la musique et de la télévision, ainsi qu’à « A Bad Rap: The Current State of Hip-Hop on Screen », une discussion poussée sur la popularité grandissante du rap dans les productions pour le petit et le grand écran.



Pendant deux jours, dans le cadre de l’édition 2019 du festival-conférence BreakOut West qui avait lieu à Whitehorse, la SOCAN Song House a été l’occasion pour 12 membres participants de peaufiner l’art d’écrire une chanson. L’événement, organisé par la représantante A&R de la SOCAN Racquel Villagante, se déroulait sous la direction de l’auteur-compositeur et producteur à succès Stephen « Koz » Kozmeniuk — le producer qui a travaillé avec Kendrick Lamar, Madonna, DVSN, PartyNextDoor, et Dua Lipa, ey qui a remporté un Prix Grammy— au Westmark Whitehorse Hotel & Conference Center.

Les auteurs-compositeurs participants, tous originaires de l’Ouest canadien, étaient Ava Wild, Madison Olds, Tessa Mouzourakis, Biawanna, Csaba Laszlo, Alexandria Maillot, Sebastian Gaskin, Amelie Patterson, Mariya Soetaert, Elmutasim Fadl El Mola, Calla Kinglit et Rayannah (Rayannah Kroeker).

Durant la première journée de l’atelier, ils ont présenté des chansons non terminées et ont reçu les commentaires et critiques de Koz. Ils ont ensuite retravaillé leurs chansons avant de revenir les présenter au groupe. Lors de la deuxième journée, ils se sont réunis 2 par 2 afin de collaborer à la création d’une nouvelle chanson qui combinait leurs styles et forces respectives.

Chacun des 12 participants est ressorti de cette expérience avec de nouveaux contacts, de nouvelles chansons, et une meilleure compréhension de ce qui fait d’une chanson un « hit ».

À son départ de l’événement, Madison Olds a déclaré « la SOCAN Song House a été tout simplement fantastique et ç’a permis à une artiste indépendante comme moi de rencontrer et réseauter avec un auteur-compositeur remarquable que je considère maintenant comme un acteur de l’industrie à qui je peux faire confiance et qui est peut-être même un allié. On m’a poussé à évoluer hors de ma zone de confort. »

Quant à Tessa Mouzourakis, elle a déclaré « cette édition de la SOCAN Song House a été pour moi une opportunité incroyable de rencontrer de nouveaux créateurs et musiciens et d’apprendre à travers le processus de collaboration… Ce fut une aventure incroyable que je n’oublierai jamais ! »

« La SOCAN Song House a été une excellente façon de tisser des liens et d’en apprendre plus sur ma propre musique et celle des autres artistes incroyablement talentueux », a dit Csaba Laszlo (alias NVY). « J’ai surtout apprécié l’opportunité de faire la rencontre de futurs collaborateurs ainsi que tout ce que j’ai appris sur l’industrie grâce à Koz. »