C’est au centre-ville de Toronto que sera présentée le 18 juin la 29e édition annuelle du Gala de la SOCAN mettant à l’honneur les auteurs-compositeurs, les compositeurs et les éditeurs musicaux de langue anglaise du Canada. De nombreuses légendes musicales canadiennes des 50 dernières années convergeront vers la Ville-Reine pour célébrer les réalisations des créateurs et éditeurs canadiens contemporains de musique dans les domaines du rap, du country, du rock, du cinéma et de la télévision, du jazz, de la musique électronique, du folk-roots, de la pop, de la musique classique et de presque tous les autres genres musicaux.

Les gagnants seront notamment :

  • Daniel Caesar – Gagnant du Prix Révélation, Daniel Caesar a fait fureur au Canada et à l’étranger et fait l’objet de mentions de Barack Obama comme étant l’auteur de deux de ses chansons favorites en 2017. Il sera récompensé pour Freudian, son premier album, qui lui a déjà valu une nomination aux Grammys et un JUNO.
  • Burton Cummings – Membre fondateur du légendaire groupe rock canadien The Guess Who, dont on connaît entre autres les succès « Stand Tall », « American Woman », « These Eyes », « Break It To Them Gently » et plusieurs autres, Burton Cummings recevra le Prix Excellence, un des plus grands honneurs de l’industrie de la musique.
  • Frank Dukes – Prix de l’auteur-compositeur de l’année. Les collaborations de ce « producer » de renommée internationale ont été entendues dans d’innombrables chansons créées par certains des plus grands talents mondiaux du rap et de la pop, notamment « Fake Love » de Drake, « Congratulations » de Post Malone, le tube planétaire « Havana » de Camila Cabello et des succès de Rihanna, Kendrick Lamar et plusieurs autres artistes.
  • Sarah McLachlan – Dans le combat pour l’égalité des chances des femmes artistes au box-office, peu d’artistes se sont battues avec plus d’ardeur que Sarah McLachlan. Elle recevra le Prix Inspiration mondiale de la SOCAN en reconnaissance de ses contributions à l’industrie de la musique, de sa profonde influence dans le domaine de l’éducation musicale des jeunes Canadiens et Canadiennes grâce à son école de musique, et de son immense succès en tant qu’auteure-compositrice.
  • Our Lady Peace – Ce groupe rock torontois surtout connu pour le son particulier de leurs albums, dont notamment Clumsy, paru en 1997, recevra le Prix national en reconnaissance de ses énormes contributions à la musique rock et à la création musicale au Canada.

« Le Canada est une véritable pépinière en plein essor de créateurs et d’éditeurs de musique incroyablement talentueux et diversifiés et nous sommes ravis de leur rendre hommage dans le cadre du Gala de la SOCAN à Toronto », affirme Eric Baptiste, chef de la direction de la SOCAN. « Nous célébrons cette année l’impact planétaire de ceux qui ont consacré toute une vie à la musique, l’apport de ceux qui entament une carrière dans l’industrie musicale et le travail avisé et enrichissant de leurs éditeurs. »

En plus de prestations de Sarah McLachlan, lauréate de multiples Grammys, et de Burton Cummings, légende vivante de la musique canadienne, les SOCAN seront rehaussés de prestations du célèbre duo Dear Rouge, décoré aux récents JUNOs, et Steph Copeland y dirigera une interprétation orchestrale spéciale accompagnée de Brett Kissel (qui sera également l’animateur du gala), de Logan Staats, artiste The Launch et lauréat du gala Indigenous Music Awards, et du rappeur et « producer » torontois Sean Leon.

Les lauréats des prix spéciaux de la SOCAN (Prix international, Prix national et Prix Hommage) sont sélectionnés collégialement par le Comité des membres du Conseil d’administration de la SOCAN et les gestionnaires de la division des membres de l’organisation.

Plus de 50 prix seront remis durant le gala pour souligner les succès remportés par les membres de l’organisation dans les domaines de l’écriture de chansons, de la composition, de la musique à l’image et de l’édition musicale en fonction des données compilées par le SOCAN pour le dernier exercice.

Les lauréats des prix spéciaux du Gala de la SOCAN recevront le « SOCAN », le seul trophée de l’industrie musicale qui soit lui-même un instrument de musique, avec cinq crotales de bronze de taille différente qui seront accordées cette année sur les notes du refrain de la chanson « Stand Tall » de Burton Cummings.

La liste complète des gagnants du Gala de la SOCAN 2018 sera publiée le soir du 18 juin 2018.

Les commanditaires du Gala de la SOCAN 2018 sont Gowling WLG, Crowe-Soberman, Yamaha, Recording Artists’ Collecting Society (ACTRA RACS), Hargraft, Long & McQuade, Music Canada, Société de développement de l’industrie des médias de l’Ontario et Actra Fraternal Benefit Society (AFBS). Les partenaires caritatifs officiels du Gala de la SOCAN sont le Fonds de bienfaisance Unison et la Fondation SOCAN.

Le Gala de la SOCAN est tenu annuellement à Toronto depuis 1990. Le Gala de la SOCAN à Montréal, qui souligne les réalisations des membres francophones de la SOCAN, aura lieu cette année en octobre.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Il est connu comme le rappeur québécois que toute la France écoute, mais Loud est de toute évidence respecté chez lui également. Cela est devenu encore plus évident cette semaine lorsque sa chanson « 56k » — écrite par Simon Cliche Trudeau (Loud), Jeff Martinez (RealMind) et Marc Vincent (Ruffsound) — a remporté le vote populaire dans le cadre de la 13e édition du Prix de la chanson SOCAN.

La variété était à l’honneur dans le cadre de l’édition 2018 du concours où s’affrontaient de nombreux styles musicaux allant du hip-hop au rock en passant par la pop. Les amateurs de musique ont fait entendre leurs voix en votant pour leur chanson préférée parmi la liste des 10 finalistes, et c’est Loud et ses coauteurs qui ont été sacrés grands gagnants, remportant ainsi une bourse de 10 000 $, un clavier Yamaha PSR-S970 et un chèque cadeau de 500 $ de Long & McQuade.

« C’est un immense plaisir de recevoir le Prix de la chanson SOCAN cette année », a déclaré Loud. « D’autant plus pour cette chanson qui représente un tournant important dans ma carrière et qui a su donner le ton à notre dernière année (record). »

Le Prix de la chanson SOCAN est l’un des rares concours canadiens à récompenser l’excellence en création musicale. Dix chansons exceptionnelles créées par des auteurs-compositeurs en émergence au cours de l’année précédente sont sélectionnées par un panel de 15 experts respectés de l’industrie. Le grand public est ensuite invité à voter quotidiennement pour choisir le gagnant parmi ces finalistes La SOCAN ne joue aucun rôle dans la sélection des finalistes et du gagnant, outre le fait de s’assurer que tous les finalistes sont membres de l’organisation. Un volet anglophone du concours, le SOCAN Songwriting Prize, a également lieu en parallèle.

« 56k est une chanson linguistiquement brillante et incroyablement accrocheuse et nous souhaitons à Simon, Jeff et Marc encore beaucoup de succès dans leur carrière d’auteurs-compositeurs qui promet d’être longue et fructueuse », a déclaré Geneviève Côté, chef des affaires du Québec à la SOCAN. « Bien qu’il ne peut y avoir qu’une seule chanson gagnante, nous sommes ravis de pouvoir faire briller de tous leurs feux et de célébrer certains des meilleurs créateurs de musique au Québec grâce à ce prix »

Les dix chansons finalistes du volet francophone étaient :

  • « La fin du monde » — écrite par Philippe Bouchard et Gabriel Desjardins, interprétée par Philippe Brach et éditée par Éditions Équispec.
  • « Ça va ça va » — écrite par Philémon Cimon et interprétée par Lou-Adriane Cassidy.
  • « Fou » — écrite par Andréanne A. Malette et Manuel Gasse, interprétée par Andréanne A. Malette et éditée par Productions Nia inc. et David Murphy et cie.
  • « Gallaway Road » — écrite et interprétée par Maude Audet et éditée par Éditions Dare to Care.
  • « Au-delà des mots » — écrite par Amélie Beyries et Maxime Côté, interprétée par Beyries et éditée par Beyries Mu Inc. et White Turtle Pubg (David Murphy et cie).
  • « Primitif » — écrite par Émerik St-Cyr Labbé, arrangements par Étienne Dupré, Eliott Bundock Durocher, David Marchand et Mandela Dalgeish Coupal, interprétée par Mon Doux Saigneur et éditée par Éditions Dare to Care.
  • « Petite valise » — écrite et interprétée par Émile Proulx-Cloutier et éditée par Éditions de La Tribu.
  • « Tout ce vacarme » — écrite par Simon BeaudoinChristian DavidAntoine Dumoulin DroletJean-Sébastien HouleDavid Lagacé et Christian Renaud, interprétée par La Famille Ouellette et éditée par 9338-4642 Québec inc. (Disques St-Laurent).
  • « Je cours » — écrite par Félix Dyotte, interprétée par Félix Dyotte et Évelyne Brochu, et éditée par Coyote Records.

Les gagnants du SOCAN Songwriting Prize sont Partner pour leur chanson « Play The Field ».

Les gagnants des précédentes éditions du volet francophone du Prix de la chanson SOCAN : Klô Pelgag et Karl Gagnon — « Les ferrofluides-fleurs » (2017), Laurence Nerbonne — « Rêves d’été » (2016), Antoine Corriveau — « Le Nouveau vocabulaire » (2015), Patrice Michaud — « Mécaniques générales » (2014), Keith Kouna – « Batiscan » (2013), Koriass – « St-Eustache » (2012), Galaxie — « Piste 1 » (2011), Vulgaires Machines — « Parasites » (2010), Bernard Adamus – « La question à 100 piasses » (2009), Karkwa – « Oublie pas » (2008), Tricot Machine — « L’Ours » (2007), Ève Cournoyer — « Tout arrive » (2006).


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dans le cadre d’un partenariat d’intronisation entre le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (PACC) et le Mariposa Folk Festival, la chanson « Morning Dew » de Bonnie Dobson sera intronisée au PACC dans le cadre de l’édition 2018 du festival. L’artiste interprétera sa chanson en personne et recevra l’honneur de son intronisation sur les lieux du festival, qui aura lieu du 6 au 8 juillet au parc Tudhope à Orillia (Ontario). S’accompagnant à la guitare acoustique, Bonnie Dobson a interprété cette ballade de protestation contre le nucléaire lors de la toute première édition du Mariposa Folk Festival en 1961.

« Morning Dew » est un dialogue entre la seule survivante d’un monde post-nucléaire avec un homme – elle dans le rôle d’une femme naïve qui refuse de voir la réalité, lui se faisant la voix d’un destin inévitable. Les radiations ont transformé en agent de destruction la rosée du matin au titre de la chanson qui, hier encore, était source de vie.

Au sommet des tensions de la guerre froide en 1961, la chanteuse folk Bonnie Dobson se produisait au club Ash Grove à Los Angeles. Elle avait été profondément impressionnée par le film antinucléaire Le Dernier Rivage et, après en avoir discuté avec des amis, elle se mit à composer « Morning Dew ». « Je n’avais encore jamais rien composé de ma vie », avoue-t-elle, « et la chanson était vraiment une sorte de reprise de ce film d’une certaine manière, puisqu’à la fin il ne restait plus rien… l’apocalypse, c’est de ça qu’il s’agissait. »

Au fil des ans, la chanson est devenue un puissant hymne de protestation blues rock auquel des interprètes successifs ajoutaient des paroles de leur cru. Elle a été reprise par une foule d’artistes, notamment les Grateful Dead, Lulu, Jeff Beck avec Rod Stewart, les Allman Brothers, Nazareth, Long John Baldry, Serena Ryder et d’innombrables autres interprètes. Bonnie Dobson à l’a elle-même interprétée en compagnie de Robert Plant au Royal Festival Hall de Londres en 2013.

« Le panthéon des auteurs et compositeurs canadiens se joint cette année aux festivals de musique et événements musicaux les plus dynamiques du pays — d’un océan à l’autre — pour rendre hommage aux auteurs-compositeurs et célébrer les chansons représentatives de chaque région », déclare Vanessa Thomas, directrice générale du Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens. « Nous sommes ravis d’accueillir Bonnie Dobson, qui interprétera et intronisera sa chanson. »

La présidente de la Mariposa Folk Foundation, Pam Carter, ajoute que « c’est une grande joie d’animer l’intronisation de cette importante chanson au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens… Bonnie Dobson a participé au festival à six reprises dans les années 1960, et ce seront donc de merveilleuses retrouvailles. »

Bonnie Dobson est née à Toronto en 1940. Influencée par les Weavers, les Travellers, Pete Seeger et Paul Robeson, elle s’inscrivait dans le mouvement du folk urbain des années 1960 et se produisait fréquemment dans les universités et les clubs américains, dans les clubs folk et les festivals torontois et sur les ondes des réseaux de télévision de la CBC et de la BBC. Le magazine Time la jugeait presque aussi populaire que Joan Baez en raison, notamment, de succès comme « I Got Stung » (1969) et « Good Morning Rain » (1970). Elle s’établit à Londres en 1069 et fit de longues tournées au Royaume-Uni et en Europe jusqu’en 1989, année où elle décidait de reprendre ses études universitaires. Elle a étudié la politique, la philosophie et l’histoire à Birkbeck College, et fini par en diriger la faculté des arts jusqu’en 2007. En 2013, elle revenait à ses premières amours et lançait l’album Morning Dew.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *