Gala SPACQ 2021Pour sa seizième édition, La Fondation SPACQ (Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec) a dévoilé le 27 septembre dernier, au Théâtre Impérial, à Montréal, les lauréats de sa remise de prix annuelle. Seize bourses 10 000$ ont été remises à des auteurs, des compositeurs et des interprètes de la scène culturelle. Louise Forestier animait cette soirée pour une 13e année consécutive.

La SOCAN, représentée par son président du conseil d’administration Marc Ouellette et son chef des services aux membres Jean-Christian Céré, a offert le Prix Stéphane Venne remis à un auteur-compositeur non-interprète à Gaële pour l’ensemble de son œuvre, elle dont les talents attirent une multitude d’interprètes à la recherche du mot juste, de la rime habile et d’images toujours évocatrices.

« Seize ans déjà ! D’une année à l’autre, c’est toujours avec le même plaisir que la Fondation SPACQ célèbre le travail des auteurs et compositeurs de musique en réunissant les créateurs, le milieu des affaires, les grands diffuseurs et les intervenants de notre milieu culturel musical. Les changements majeurs ayant cours dans l’industrie ne cessent d’augmenter et d’avoir un impact sur les conditions de nos auteurs et compositeurs de musique. Il est essentiel de continuer à défendre leurs intérêts afin de freiner l’érosion de leurs droits. C’est grâce à l’engagement continu de nos partenaires que la Fondation SPACQ peut mettre en valeur et reconnaître l’immense talent de nos créateurs », a déclaré Diane Juster, présidente de la Fondation SPACQ.

La SOCAN félicite chaleureusement les lauréats 2021 :

PRIX ANDRÉ-DÉDÉ-FORTIN – Offert par Stingray
Jeune carrière
SARAHMÉE

PRIX RICHARD GRÉGOIRE – Offert par Hydro-Québec
Musique de film
BENOIT GROULX

PRIX BEAU DOMMAGE – Offert par RNC Média
Complicité créative
MES AÏEUX

PRIX FRANÇOIS COUSINEAU – Offert par Cogeco
Musique de chanson
ALAIN LEBLANC

PRIX PAUL DARAÎCHE – Offert par Arsenal Média
Couleur country
IRVIN BLAIS

PRIX STÉPHANE VENNE – Offert par la SOCAN
Écrire pour l’autre
GAËLE

PRIX ÉDITH BUTLER – Offert par Bell Média
Francophonie canadienne
MAGGIE SAVOIE

PRIX DIANE JUSTER – Offert par Sirius
Implication sociale
FRÉDÉRIC WEBER

PRIX ROBERT CHARLEBOIS – Offert par Power Corporation
Rayonnement international
MICHEL TREMBLAY

PRIX EDDY-MARNAY – Offert par Productions Feeling
Effervescence
ROSALIE VAILLANCOURT

PRIX SYLVAIN-LELIÈVRE – Offert par Fiera Capital
Passeur de témoin
ROBERTO MEDILE

PRIX LUCILLE-DUMONT – Offert par Industrielle Alliance
Interprète
FRANCE CASTEL

PRIX ANDRÉ-GAGNON – Offert par Québecor
Musique instrumentale
ANGÈLE DUBEAU

PRIX GILLES VIGNEAULT – Offert par la Banque Nationale
Carrière en marche
LAURENCE NERBONNE

PRIX LUC PLAMONDON – Offert par ICI Musique
Parolière
JOE BOCAN

PRIX CLÉMENCE DESROCHERS – Offert par la SPACQ
Excellence de l’imaginaire
DAVID GOUDREAULT



Contrairement à la majorité des musiciens durant la pandémie, Shoshona Kish et Amanda Rheaume ne cherchaient pas comment utiliser la surabondance de temps qu’elles avaient.

Outre leurs prolifiques carrières d’auteures-compositrices-interprètes, Kish – qui est Anichinabée et membre du duo primé aux JUNOs Digging Roots – et Rheaume – qui est Métis et primée aux Canadian Folk Music Awards – mènent une vie d’activiste très remplie dans leurs communautés Autochtones.

C’est en 2003, sur la scène du Festival de musique folk d’Ottawa, qu’elles se sont rencontrées pour la première fois et en 2017, elles ont fondé l’International Indigenous Music Summit qui en est aujourd’hui à sa quatrième édition. C’est en travaillant côte à côte pour le Sommet que l’idée leur est venue de lancer leur propre maison de disques. Elles ont vite réalisé que leur partenariat est plus grand que la somme de leurs deux parties. Comme le dit Rheaume, « c’est une véritable sororité, une famille. Notre lien et notre chimie sont incroyablement solides. »

Lancer le bal : Aysanabee
Le premier artiste mis sous contrat par Ishk0de Records est l’auteur-compositeur-interprète torontois d’origine oji-crie Aysanabee. Le polyinstrumentiste crée une musique qui défie les genres – exactement ce que le label recherche – et sa première parution sur Ishkode prendra la forme d’un album qui sera lancé en 2022. « Je trouve ça vraiment emballant », affirme Kish, « car ce sont des voix qu’on n’a jamais entendues jusqu’à maintenant. Je suis convaincue qu’on va entendre plein de nouvelles sonorités et de nouvelles idées que nous ne connaissons pas encore. »

Le résultat : Ishkode Records (prononcer ish-KOH-dé) est devenu la première maison de disques distribuée par un « major » (Universal Canada) à être fondé et dirigé par des femmes Autochtones. Lors d’une conférence téléphonique à trois, Kish explique qu’« en examinant l’écologie de la musique Autochtone ici et à l’étranger, nous avons pris conscience de certaines des grandes lacunes » qui existaient et qu’il fallait combler.

La création de cette maison de disques – dont le nom vient d’une prophétie Anichinabée – n’a pas été motivée par une quelconque frustration par rapport à l’industrie de la musique ni par une volonté plus personnelle de s’affirmer. « C’est surtout une question d’inspiration », explique Kish. Il y a tellement de talents extraordinaires, des voix et des êtres humains incroyables avec qui on a envie de collaborer et qu’on a envie de faire connaître au monde entier. »

Tout comme leur propre musique est complètement distincte de celle de l’autre, la musique que lancera Ishkode promet d’être imprévisible. « Les peuples Autochtones et leurs nations sont d’une diversité inouïe », explique à son tour Rheaume. « C’est loin d’être du pareil au même. » La maison de disque, poursuit-elle, « se concentrera sur l’authenticité et la vérité. Il y a tellement d’artistes qui définissent courageusement leur propre espace au lieu d’essayer de cadrer dans un espace qui existe déjà. »

L’objectif premier du label n’est pas de créer une définition globale de la musique Autochtone, mais d’offrir un espace consacré à la souveraineté narrative. « La souveraineté narrative est une question d’autodétermination », explique Kish. « La façon dont nous racontons nos propres histoires – c’est une chose essentielle pour laquelle les Autochtones se battent. C’est un droit inhérent. »

Bien que la COVID-19 ait pu agir comme le catalyseur pour qu’elles s’embarquent dans ce nouveau périple, « ça serait arrivé de toute manière », dit Kish. « Compte tenu de tout ce qui s’est passé dans le monde, il nous a semblé que s’engager dans ce travail vraiment significatif et concret était très important pour nous à ce moment-là. » La première parution du label a été le simple « The Healer » lancé le 5 août 2021. Shoshona Kish affirme que « de nouvelles parutions et mises sous contrat seront annoncées dans les semaines et les mois à venir ».



Le membre SOCAN Cadence Weapon a remporté l’édition 2021 du Prix de musique Polaris et sa bourse de 50 000 $ pour le meilleur album canadien lors d’un événement qui était diffusé sur le Web depuis un loft du centre-ville de Toronto le 27 septembre.

Cadence Weapon, Polaris Music Prize, 2021C’est la troisième fois qu’un vétéran rappeur figure sur la courte liste du prix, la première fois fut pour son album Breaking Kayfabe (2006) et la seconde pour Hope in Dirt City (2012). L’album qui lui a valu cette édition du prix – qui lui a été accordé par le jury du Prix composé de 11 personnes – s’intitule Parallel World et il s’agit d’une œuvre à forte connotation sociale sur fond de rythmes et de sons électroniques créés dans un élan d’urgence à la suite de la prise de conscience raciale provoquée par la mort de George Floyd.

« J’écoutais des albums comme There’s a Riot Goin’ On de Sly, It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back de Public Enemy, Combat Rock des Clash, Winter in America de Gil Scott-Heron, bref, tout ces grands albums très politiques », confiait l’artiste lors de la conférence de presse qui a suivi sa victoire, avant d’ajouter qu’il a eu envie de mettre le genre de contenus de ces albums incontournables au goût du jour avec le trap, le grime, le drill, et le rap futuriste qui définissent son style musical.

Cadence Weapon – Rollie Pemberton de son vrai nom – a accepté le prix des mains (virtuellement) de la gagnante de l’an dernier, Backxwash. « Je crois rêver », disait-il lors de la même conférence de presse, ajoutant être sincèrement et agréablement surpris. Après un bref appel de félicitations de la part de sa sœur depuis New York au début de son apparition, il a déclaré : « C’était vraiment émouvant pour moi. En arriver où je suis aujourd’hui a exigé beaucoup de travail acharné. Ce prix est vraiment important pour moi. »

Il a également salué Edmonton, où il est né et a grandi, Montréal, où il a vécu et travaillé pendant de nombreuses années, et Toronto, où il vit depuis plusieurs années.

Quand on lui a demandé comment il allait utiliser l’argent qu’il venait de gagner, Cadence Weapon a expliqué qu’il allait lancer (ou compléter) une campagne de sociofinancement GoFundMe pour soutenir les petites entreprises de la communauté noire de Little Jamaica, à Toronto. « Je me suis posé la question à savoir comment utiliser la plateforme dont je bénéficie de manière positive », a-t-il dit.

La 16e édition annuelle du Prix Polaris était animée par Angeline Tetteh-Wayoe de la CBC, et mettait en vedette Jess Huddleston de CBC Music, membres du jury Polaris Michelle Da Silva et Calum Slingerland, et Odario Williams de CBC Music Afterdark, qui ont fait jouer la musique des 10 finalistes et en ont discuté – ainsi que deux prestations, aussi intenses que troublantes, de Backxwash.

Outre la bourse de 50 000 $ remise à Cadence Weapon, les neuf autres finalistes ont également reçu une bourse de 3000 $ remise par Slaight Music. Les finalistes de la liste courte du Prix Polaris 2021 étaient :

  • Leanne Betasamosake Simpson—Theory of Ice
  • Cadence Weapon—Parallel World
  • DijahSB—Head Above The Waters
  • Dominique Fils-Aimé—Three Little Words
  • Mustafa—When Smoke Rises
  • The OBGMs—The Ends
  • Klô Pelgag—Notre-Dame-des-Sept-Douleurs 
  • TOBi—ELEMENTS Vol. 1
  • The Weather Station—Ignorance
  • Zoon—Bleached Wavves

La SOCAN félicite tous les finalistes ainsi que le gagnant pour leurs superbes réussites !