The Franklin ElectricCela ne faisait que deux jours que Jon Matte était de retour à Montréal. Le chanteur et leader de Franklin Electric a passé les deux derniers mois en Australie, un séjour qu’il qualifie d’expérience transformatrice et dont ses yeux brillants confirmaient la véracité des propos.

« Nous présentions pour la première fois notre deuxième disque, Blue Ceiling. Oui, nous avons fait des premières parties d’Half Moon Run et du groupe australien Woodlock, mais aussi des salles, seuls, devant des fans qui nous ont connus lors d’une première tournée. Nous avons terminé le voyage à la campagne, sur la côte ouest, devant l’océan Indien. Et nous avons présenté un spectacle dans une grange devant une centaine de personnes et qui s’est transformé en une fête qui a duré toute la nuit. Ces moments-là, tu les reçois comme des cadeaux. » Cette avant-première en Autralie a ainsi préparé The Franklin Electric au lancement officiel de Blue Ceiling au Canada et pour le reste de la planète afin d’ensuite reprendre la saison des spectacles.

Dès le premier disque This is How I Let You Down, le groupe montréalais trouve écho à sa musique tant au Canada, qu’en Australie et en Europe. La bande à Jon Matte compte 5 voyages en terre européenne, dont deux tournées comme tête d’affiche. Divers éléments expliquent la nature bourlingueuse de cette musique folk teintée de pop. The Franklin Electric a profité de nombreuses premières parties, principalement en compagnie d’Half Moon Run avec qui ils partagent le même label canadien, Indica. L’autre élément déterminant fut la signature avec la maison de disque allemande Revolver et l’appui du distributeur européen Believe qui assure une représentation active sur le territoire. « Travailler avec une équipe, peu importe sa grosseur, fait toute la différence. La semaine prochaine, nous sommes l’album de la semaine dans une radio étudiante allemande. Et nous tournerons pour une première fois en Scandinavie. On continue à s’étendre. Il y a toujours les États-Unis que nous n’avons pas encore touchés. »

La route est si intriquée à l’ADN du groupe que Matte a initié l’écriture de Blue Ceiling sur la route. « Nous étions si pressés de sortir un deuxième album qui ressemblait à nos spectacles… Nous avions l’impression qu’il y avait une urgence. Je me suis alors mis à composer en tournée. Mais la réalité, c’est que nous avions le temps et que rien ne pressait. Il faut dire qu’il y a chez moi une forme de désespoir dans la création, une obsession, comme si je ne pouvais faire autrement. »

Entre les tournées, Franklin Electric entre en studio, chez Mixart, chez Pierre Marchand ou encore, au studio maison d’Indica, divers lieux d’enregistrement afin de saisir ces chansons composées en voyage. « Après un an d’enregistrement, je suis retourné seul en studio, en état d’urgence, alors que c’était terminé. Je me suis assis derrière les instruments, la batterie, la guitare, le piano, la basse, la trompette pour sortir ce qui m’habitait encore. Cinq nouvelles chansons ont été enregistrées. J’ai l’air d’un gars perfectionniste qui ne sait pas où s’arrêter, mais c’était plus fort que moi. » Le cours des choses semble avoir donné raison à Jon Matte. Ces cinq dernières pistes se trouvent aujourd’hui sur Blue Ceiling.

Il y a quelque chose proche de la transe qui habite le multiinstrumentiste originaire de Hudson lors du processus créatif. Pour stimuler cette forme d’improvisation, Matte réalise un exercice qui consiste à nommer tout ce qui l’entoure afin d’arriver à l’essentiel, à ce qui l’habite en lui. « J’aimerais être habité par des chansons d’amour, mais là, il s’agit plus de chansons de transformations, d’enlever ces couches qui nous séparent de nous-mêmes. Je ne commande pas ces thèmes. Ils s’imposent à moi. Souvent, je sens la musique et je marmonne les mots. J’étais inquiet face à ce processus de création pas très contrôlé. Et en tombant sur une maquette de « Beat It », j’ai constaté que cela arrive aussi à des créateurs comme Michael Jackson. J’aimerais te dire que je suis organisé, que je m’assois tous les jours pour écrire, mais ce n’est pas ce qui se passe… Tout sort un peu tout croche. Mon processus est très instinctif. »

Si les musiques et les paroles de Blue Ceiling sont entièrement signées par Jon Matte, il est facile de se questionner sur la nécessité de regrouper ces créations sous l’identité d’un groupe. Voilà une situation inusitée dans un monde musical qui valorise souvent les personnalités fortes et flamboyantes. « Je ne peux pas concevoir ce projet musical sans une famille. Je suis comme ça. Vois-tu, le travail de mon batteur Kevin Warren est essentiel et c’est pour reconnaître le travail des gens qui m’entourent que je préfère cette identité collective. Et puis, être tout seul, sur une scène, ça ne m’a jamais intéressé. Pas hier ni demain. »

The Franklin Electric existe avant tout dans cette envie de partager, d’échanger d’être humain à être humain.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Yves DaoustInitier les jeunes à la musique en les incitant à mettre la main à la pâte et créer des pièces contemporaines – voilà le pari que s’engage à relever le compositeur Yves Daoust depuis maintenant plus d’une décennie. Tout d’abord par l’entremise du célébré Musicolateur, planche de bois physique dans une première incarnation, muté en application mobile, mais reposant sur un principe de base unique : à partir de sons préenregistrés, il permet de les faire moduler à sa guise et donne libre cours au John Cage ou Gordon Mumma qui sommeillent quelque part en nous.

Dévoilé en 2005 – sous la tutelle de Daoust et son complice, l’artiste multidisciplinaire Alexandre Burton – et trimballé, principalement, dans le circuit scolaire à travers la province, le projet jouit d’un succès soutenu auprès des jeunes et moins jeunes, qui y découvrent la richesse d’un univers trop souvent réservé à un cercle d’initiés relativement clos.

« Dans sa simplicité d’usage, il permet définitivement de démocratiser le genre. Tout le monde peut y arriver donc l’accès est sans limites. Et ça permet de rentrer dans les mœurs, d’arriver à un point où ça ne surprendra plus l’enfant […] Je me souviens de cette petite fille qui m’a dit à la fin d’un atelier :  » Moi j’ai découvert qu’on pouvait faire de la musique avec tous les sons. Même avec ça ! « – en tapant des mains. C’est exactement ça notre mission fondamentale, notre objectif. On ne parle jamais en étiquette lorsqu’on s’adresse à eux, on ne parle pas de musique électroacoustique, ou contemporaine, on crée, tout simplement », nous dit Yves Daoust, joint au téléphone au lendemain du lancement au Centre Phi, à Montréal, de la plus récente incarnation de son outil : le fonofone.

L’aboutissement d’une gestation

Fonofone

Né de l’aboutissement de quinze années de recherches – et appuyé par la Fondation SOCAN en cours de développement –, le fonofone se présente à la fois comme un studio de musique électroacoustique et un instrument de chambre numérique.

Il va sans dire que pour le principal intéressé, l’idée de d’abord s’adresser à une clientèle jeune en milieu scolaire est soutenue par l’ouverture de ladite clientèle à absorber de nouvelles données : « Les jeunes sont encore relativement  » vierges  » et donc on est en terrain fertile. À chaque atelier c’est l’émerveillement. En plus c’est une technologie avec laquelle les nouvelles générations sont pratiquement nées, donc on a graduellement laissé tomber le hardware pour se tourner vers le software […] On voit à quel point les enfants sont à l’aise avec les technologies, à quel point ils ont une forme d’instinct. Les adultes n’osent pas toucher alors que les enfants n’ont aucune hésitation, il foncent ! Ils sont d’une rapidité et une dextérité phénoménale ! Aussi bien en profiter pour leur mettre quelque chose d’éducatif et d’intéressant entre les mains. »

 Musique pour tous

Dans leur désir de rencontrer toujours plus de curieux sans apriori, Daoust et son équipe lançaient la semaine dernière l’application fonofone sur la App Store – disponible pour tous.

Jusqu’ici, la réception semble faire mouche : « On a beaucoup de réactions, les gens sont passionnés par la chose. En toute humilité, je ne crois pas qu’on n’ait jamais rien vu de tel sur iOS. C’est conçu à la base pour la pédagogie, mais au niveau de la création musicale, il n’y a pas d’équivalent. Ce qui séduit à primes abords, c’est son esprit intuitif : on est en temps réel ! C’est aussi un outil de performance. Les versions bêta étaient spécifiquement pédagogiques, mais lorsqu’on a développé la version actuelle, elle est devenue tout aussi intéressante sur le plan créatif, comme le démontre l’exemple de Kid Koala. Donc c’est un outil qui peut être utilisé par tout le monde ! »

De l’école à la scène, dans le cas présent, il n’y a manifestement qu’une app. Et si l’homme, qui avoue utiliser ses outils lui-même pour ses compositions professionnelles, se tourne aujourd’hui vers un public moins homogène, l’ampleur et l’engagement dont il fait preuve à l’égard des générations de demain demeurent inébranlables : « Je considère que la meilleure façon de connaître un médium et d’initier les jeunes à la musique, c’est de les amener à en faire eux-mêmes. Ça développe leur imagination à un degré fabuleux et ça, ce n’est pas important, c’est essentiel ! Suffit de les aborder avec respect et intelligence. »

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La route n’a plus de secrets pour Joey Landreth.

Joey LandrethSon groupe, Bros. Landreth, primé aux JUNOs en 2015 pour l’album Let It Lie dans la catégorie Album roots & traditionnel de l’année, prend enfin une pause après quatre années de tournées quasi ininterrompues au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Europe afin de promouvoir cet album au fur et à mesure qu’il était lancé dans ces territoires. Pendant l’actuelle pause, Joey s’est installé à Toronto, tandis que le guitariste Ariel Posner a déménagé ses pénates en Irlande et que le batteur Ryan Voth et David Landreth, son frère et bassiste, sont retournés dans leur ville d’origine, Winnipeg, dans le cas de David pour être avec sa nouvelle épouse.

Mais pause ou pas, Joey a décidé d’enregistrer un nouvel album de sept titres intitulé Whiskey et formule trio avec Ryan et David et, inévitablement, de partir en tournée promotionnelle, malgré ces quatre longues années sur les autoroutes. Au moment de publier cet article, Landreth vient de compléter une tournée européenne, est sur le point de s’embarquer dans une tournée de l’Ouest canadien (dès le 24 février à Saskatoon), et de plusieurs dates dans le sud de l’Ontario par la suite.

Tout cela malgré les émotions exprimées sur des chansons comme « Still Feel Gone » — créée en collaboration avec la vedette montante de l’heure, Donovan Woods, qu’il a rencontré par le biais de leur agent mutuel, Stu Anderson — où il recense les effets des tournées sur les relations interpersonnelles, et tout particulièrement la période de « sevrage » après la fin d’une tournée, comme en fait foi ce passage : « How many roads can a man drive a van on/Before he’s called back to the one he’s left alone? » (librement : Combien de routes un homme peut-il emprunter avec son camion/Avant qu’on le rappelle sur celle qu’il a laissée derrière ? »)

« En fin de compte [la tournée] c’est tout ce que j’ai fait dans la vie », dit-il. « C’est ce que je fais et qui je suis. C’est un combat intérieur constant d’être séparé de ceux qu’on aime, plus que d’être avec eux. Mais je suis à mon mieux lorsque je traque mon art sur les autoroutes. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est toujours le meilleur de moi-même. »

« Je suis à mon mieux lorsque je traque mon art sur les autoroutes. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est toujours le meilleur de moi-même. »

Landreth a tendance à toujours prendre le taureau par les cornes dans ses créations. Il n’a pas peur de creuser pour créer cet effet dramatique, et il n’hésite pas à partir à la recherche des racines profondes de ses émotions dans son écriture. Prenez la pièce titre, « Whiskey », coécrite avec son frère David et complétée au Sound Lounge du siège social de la SOCAN à Toronto : elle compare habilement le désir pour une ancienne flamme avec le désir latent d’un alcoolisme vaincu. Cette chanson est un exemple parfait d’une œuvre où le premier couplet laisse croire à une version (« la chanson parle d’une femme ») jusqu’à ce que l’artiste dévoile son jeu dans le refrain (« la chanson parle aussi de dépendance ! »).

« Pour moi, cette chanson porte à la fois sur la relation avec une tendre moitié et sur la relation avec une dépendance, et les deux coexistent », explique Landreth. « C’est un regard sur les deux qui ne sait pas si la fin de la relation est due au whiskey ou si le whiskey est présent dans la relation par la faute de la femme… Les différentes façons qu’ont les gens de voir la situation sont très intéressantes. Pour certains, c’est simplement la bonne vieille méthode utilisée dans la musique country de donner un nom arbitrarire [Whiskey] à une femme. D’autres la perçoivent comme une chanson sur la sobriété. J’aime que les gens puissent y lire ce qui leur convient. »

Il y a d’autres références à la convalescence sur certaines pièces, notamment, « Better Together » et « Hard As I Can », dans laquelle le narrateur parvient à transcender ses propres limites grâce à sa relation amoureuse. « Je crois que c’est le reflet d’où j’en suis dans ma vie », explique Landreth qui est sobre depuis deux ans. « Je ne surexploite pas le sujet, car je sais que c’est facile de tomber dans le prêchi-prêcha lorsqu’il est question de sobriété. J’ai choisi d’arrêter de consommer simplement parce que je savais que c’est ce que je devais faire. »

Joey Landreth est, il faut l’avouer, une triple menace. Non seulement son écriture n’a-t-elle pas froid aux yeux, mais il est un chanteur de grand talent et un « guitar hero » suffisamment accompli pour mériter des commandites de Suhr (fabricant de guitares électriques) et Collings (pour leur ligne de guitares acoustiques « vintage » baptisée Waterloo). Au moment de notre entrevue, il donnait des prestations à la conférence NAMM (National Association of Music Merchants) à Los Angeles. Il admet avoir été très emballé d’être sur la Une de l’édition du 27 octobre 2016 du Guitarist Magazine. Il faut savoir que pendant plusieurs années avant la formation du groupe The Bros. Landreth, Joey était guitariste à la pige pour les enregistrements en studio et les tournées. Par ailleurs, son solo sur la pièce « Still Feel Gone » — enregistré dans la pénombre du studio en une seule prise après trois ou quatre essais — est parmi les meilleurs des superbes solos qu’il a enregistrés au cours de sa carrière.

Quant à l’écriture, il aime s’entourer des meilleurs, dont notamment Stuart Cameron du groupe The Heartbroken, et Donovan Woods. « Donovan est un de mes préférés », affirme l’artiste. « C’est un auteur tellement talentueux, un parolier hors pair qui n’a peur de rien, une chose que j’admire vraiment. » On sent très bien l’empreinte de Woods dans la phrase suivante tirée de la pièce « Time Served » : « She let me walk on time served » (librement : elle m’a libéré pour la peine purgée).

Et que pense-t-il des collaborations ? « Habituellement, on passe entre une heure et demie et trois heures à simplement déconner », avoue-t-il. « Pour la création de “Time Served” avec Donovan et Stuart Cameron, on a échangé des idées pendant un moment, puis on a commencé à se concentrer sur certaines idées… “Que pensez-vous de ça ?” ‘Ouais, c’est cool ’, ou ‘Peut-être ça, aussi ?’ Si je me souviens bien, je suis arrivé avec le premier couplet et nous avons bâti autour de ça. Lorsque je bloquais, Donovan ou Stuart prenait la relève et poursuivait la route. »

Fidèle à sa personnalité sans prétention, Landreth a choisi d’enregistrer Whiskey non pas avec un réalisateur de renom à Los Angeles ou Nashville, mais dans sa ville natale de Winnipeg. « Tout ce que je voulais, c’était enregistrer un excellent album avec des gens que j’aime de tout mon cœur », dit-il.

Mission accomplie.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *