Catherine MacLellan et Tara MacLean ont grandi ensemble, se considèrent de la même famille, font le même travail et, par pur hasard, avaient le même objectif en 2017. Elles voulaient toutes deux passer l’été là où elles se sentent le mieux, à la maison sur l’Île-du-Prince-Édouard.  Et, chacune de son côté, elles ont trouvé la même solution pour y arriver. Pendant tout l’été, elles ont présenté un spectacle sur leur île, et leurs spectacles respectifs ont connu un immense succès populaire, tant et si bien qu’ils sont devenus un haut point de leurs carrières respectives.

Et qui ne voudrait pas passer l’été sur l’Île-du-Prince-Édouard, avec ses kilomètres de plages, ses innombrables restaurants qui tentent tous de se surpasser au chapitre des fruits de mer et l’attitude « la vie est belle » qui anime tout le monde… Et bien que des dizaines de milliers de touristes y débarquent d’un peu partout dans le monde, c’est étonnant de constater à quel point ça ne semble pas bondé. Mais la plage, c’est bien beau, mais tous ces touristes veulent aussi être divertis le soir venu.

Catherine MacLellan

Catherine MacLellan (Photo: TC/Dave Stewart)

MacLellan vit à l’IPE toute l’année et fait toujours face au même dilemme : elle adore être chez elle, mais doit constamment partir pour travailler, surtout l’été durant la saison des festivals. « Quand on vit à l’IPE, on veut y passer le plus de temps possible », raconte-t-elle. « Surtout pendant l’été, parce qu’on attend l’été tout l’hiver, et les gens comme moi qui sont constamment en tournée ont rarement la chance d’en profiter. »

Le cas de MacLean était différent. Bien qu’elle soit née et ait grandi à l’IPE, la vie l’a menée jusqu’à Salt Spring Island, C.-B., où elle élève sa famille. Elle avait pris une pause de la musique en 2008, mais le temps était venu de remonter sur les planches maintenant que ses trois enfants étaient plus vieux. Elle ressentait de plus l’appel de ses racines, d’autant plus que sa grand-mère était malade, ce qui lui donnait encore plus envie d’être près de sa famille.

Aucune surprise, donc, qu’elles aient eu la même idée. Le père de MacLellan, Gene, et celui de MacLean, Marty Reno, étaient meilleurs amis et partenaires musicaux depuis 1971. Marty était musicien lors des tournées de Gene, ils ont enregistré un album gospel ensemble et ont même eu leur propre groupe, Refuge, durant les années 80. Leurs familles ont toujours été proches et elles ont même vécu ensemble pendant un certain temps à Burlington, Ontario, quand les filles étaient petites.  « Je me souviens très bien être assise à leurs pieds pour les écouter chanter », se souvient MacLean. « On avait l’impression qu’ils avaient toujours une guitare entre les mains. Leur musique est la première musique que j’ai connue et qui m’a inspirée. »

La scène artistique de l’Île-du-Prince-Édouard est aussi vivante que sa météo, et le moindre espace public a été transformé en espace culturel : troupes de théâtre ou d’humour, cèilidhs (un bal de danse traditionnel d’origine irlandaise et écossaise), groupes de musique et ainsi de suite proposent du divertissement aux touristes jusqu’à plus soif. Ainsi, MacLean et MacLellan ont toutes deux eu la même idée audacieuse de combiner leur talent musical à un spectacle de théâtre. Bien qu’elles se soient toutes deux fait connaître en tant qu’auteures-compositrices — MacLean grâce à ses albums solos téméraires et à ses chansons pop avec le groupe Shaye, MacLellan grâce à sa musique folk primée aux JUNOs —, elles interprètent les classiques d’autres auteurs-compositeurs pour leurs spectacles respectifs.

« Elle invite les gens à venir voir mon spectacle et j’invite mes spectateurs à aller voir le sien ; c’est une entreprise familiale, après tout ! » – Tara MacLean

MacLean rend hommage aux grands auteurs-compositeurs de la côte Est qui l’ont influencée : Ron Hynes, Stompin’ Tom Connors, Sarah McLachlan et Lennie Gallant, entre autres. Son spectacle intitulé Atlantic Blue est présenté au Guild Theatre de Charlottetown et elle chante, accompagnée par son groupe, une chanson de chacun de ces artistes en plus de présenter de courts films qu’elle a réalisés afin de raconter leurs histoires. Bref, un spectacle parfait pour les fans de musique de la côte Est aussi bien que pour les touristes qui souhaitent en apprendre plus sur ces héros locaux.

« C’est moitié-moitié entre touristes et locaux », explique MacLean. « On a eu des gens qui venaient du sud des États-Unis. J’ai passé la majeure partie de ma carrière en tournée aux États-Unis, alors ça m’a vraiment touché de constater qu’il y avait encore des gens assez dévoués pour venir me voir et m’entendre jusqu’ici. »

Tara MacLean

Tara MacLean (Photo: Sarah MacPhee)

De l’autre côté de la ville, à la P.E.I. Brewing Co., MacLellan présente If It’s Alright With You —The Life and Music of My Father, Gene MacLellan. Pendant de nombreuses années, elle s’est tenue loin de l’héritage musical de son père, souhaitant se tailler une place qui lui appartienne vraiment. Elle a toutefois récemment senti qu’elle était prête à explorer son univers et a créé ce spectacle (ainsi qu’un album du même nom) où l’on retrouve ses plus grands classiques — « Snowbird » et « Put Your Hand in the Hand » — et raconte son histoire à l’aide d’anecdotes et de photos. Catherine n’avait que 14 ans lorsque son père est décédé en 1995 ; elle part donc en quelque sorte à la recherche de son père en compagnie de son auditoire.

« Ils arrivent en ne sachant pas à quoi s’attendre, et je trouve ça intéressant que mon père ait écrit d’aussi grandes chansons », confie MacLellan. « Elles sont peut-être tout ce qu’ils connaissent avant d’arriver, mais à la fin du spectacle, ils repartent avec une image plus claire de qui il était et sont captivés par cette histoire. Moi j’ai beaucoup de plaisir à parler des choses qu’il a accomplies et du drôle de chemin qu’il a parcouru tout au long de sa vie. Il n’en demeure pas moins que mon père s’est enlevé la vie et pouvoir parler de santé mentale est vraiment très important. Ça résonne très fort auprès de l’auditoire. »

Toutes deux membres de la SOCAN, elles avouent aimer pouvoir profiter de la plage, mais sont surtout satisfaites du succès indéniable de leurs spectacles. « C’est tout et bien plus encore, ç’a été vraiment magnifique et les spectateurs m’ont fait des commentaires vraiment super », dit MacLean.

« Nous nous sommes embarquées dans cette aventure sans avoir la moindre idée que les gens aimeraient ou non le spectacle, et on a des spectateurs qui sont venus le voir deux ou trois fois », raconte MacLellan. « Il est présenté à guichets fermés depuis juillet et tout semble indiquer que ce sera la cas jusqu’à la fin [début octobre].  C’est vraiment excitant et je me sens si choyée. »

Le Guild a d’ores et déjà annoncé que le spectacle de MacLean serait de retour en 2018. MacLellan espère qu’il en ira de même avec le sien et compte également partir en tournée avec son spectacle cet automne et au printemps 2018.

Et rassurez-vous, il n’y a aucune rivalité semi-fraternelle entre les deux femmes. « J’adore le fait que Catherine ait son spectacle à elle et c’est tellement réconfortant de savoir que nous sommes toutes deux à la maison », se réjouit MacLean. « Elle invite les gens à venir voir mon spectacle et j’invite mes spectateurs à aller voir le sien ; c’est une entreprise familiale, après tout ! »


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Hommage Richard Desjardins

Hommage Richard Desjardins

« Every song that I’ve ever heard / Is playing at the same time, it’s absurd » Ces paroles de la chanson « Everything Now » d’Arcade Fire représentent parfaitement l’état d’esprit du festivalier au lendemain des multiples concerts (officiels et surprises) de la 15e édition du Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue qui se déroulait du 31 août au 3 septembre 2017 à Rouyn-Noranda (42 000 habitants), situé à 630 km au nord-ouest de Montréal. Mais commençons par la fin, si vous le voulez bien. Qui est en fait aussi le début. Vous comprendrez.

Au dernier jour du festival, la grande soirée de clôture était dédiée à un hommage au plus grand poète de la place, Richard Desjardins. À tour de rôle, la majorité des participants de l’album « Desjardins » sont venus sur l’immense scène installée carrément dans l’eau au bord de la plage Kiwanis pour interpréter ses classiques devant 12 000 de ses concitoyens… et devant Desjardins lui-même qui a transformé cette soirée déjà forte en émotion en moment mémorable par sa participation non annoncée à trois chansons à la fin du spectacle.

L’apothéose d’un hommage par la jeune génération (Klô Pelgag, Les sœurs Boulay, Fred Fortin, Safia Nolin, Émile Bilodeau, Bernard Adamus, Stéphane Lafleur d’Avec pas d’casque, Yann Perreau, Philippe B, Saratoga et Matiu), dans la ville natale du poète, en sa présence. Les précédentes représentations du spectacle intitulé « Desjardins, on l’aime-tu ? » aux FrancoFolies de Montréal et au Festival d’été de Québec n’auront finalement été que des répétitions générales avant la « vraie affaire ». Un grand moment.

 

Antoine Corriveau

Antoine Corriveau

Mais ce qui n’a pas tellement été souligné, c’est que la finale de cette 15e édition du FME renvoyait au spectacle de clôture de la toute première édition, en 2003, alors que Desjardins, fidèle à son imprévisibilité légendaire, avait manifesté le désir de se produire dans ce nouveau festival de « jeunes », créer par une poignée de passionnés de la région désirant faire découvrir aux leurs et aux amateurs de musique et professionnels d’ici et de l’extérieur du pays, la crème de l’émergence musicale. La fin qui nous ramenait au début, donc. La boucle était bouclée. Les festivaliers (incluant l’auteur de ces lignes), repus de musique et épuisés par les (très) courtes nuits légendaires du FME, pouvaient revenir tranquillement à la réalité, avec toutes ces mélodies entendues se confondant en boucles dans leurs esprits.

Mais comment un événement aux débuts modestes, s’est-il imposé, en si peu de temps ? Comment est-il devenu le centre d’attraction de la découverte musicale d’ici et d’ailleurs vers lequel non seulement les mélomanes des grands centres, mais aussi les artistes eux-mêmes veulent à tout prix converger chaque longue fin de semaine du congé de la fête du Travail ? Il n’y a qu’à demander à quelqu’un comme Antoine Corriveau, qui en était à sa 3e participation et qui a donné un spectacle particulièrement incarné et intense à l’Agora des Arts en plus d’une performance plus intime le lendemain midi au Parc Botanique À Fleur d’eau dans une ambiance champêtre parfaite pour des festivaliers en lendemains de veille…

Bien sûr, il y a l’accueil chaleureux des gens de l’Abitibi, il y a la fête, le charme d’une ville à échelle humaine, les fins de nuits au Bar des Chums (endroit pittoresque et authentique où la bière s’achète en gros format et où le Karaoké règne en roi). Mais il y a surtout une énergie positive palpable, résultante d’une implication généreuse de la communauté et du milieu des affaires de la région. Évidemment, il y a des commanditaires nationaux majeurs sans qui bien des ambitions du FME resteraient à l’état de fantasme (la SOCAN contribue également depuis plusieurs années), mais ce qui fait la différence, c’est le sentiment d’appartenance de toute une communauté pour un événement qui accumule les reconnaissances (plusieurs fois récipiendaire du Félix de l’événement de l’année à l’ADISQ) et fait rayonner leur coin de pays.

Ce qui fait qu’un auteur-compositeur-interprète originaire de Rouyn-Noranda comme Louis-Philippe Gingras ne fait pas qu’y présenter ses chansons, mais met la main à la pâte et joue de ses outils des jours avant l’événement pour que toutes les infrastructures soient prêtes à temps. Cette année, Gingras a performé dans la salle des Chevaliers de Colomb dans un des multiples 5 à 7 gratuits qui se déroulaient simultanément, mais il avait aussi, le matin même, offert un concert dans une résidence pour personnes âgées qui, elles aussi, voulaient profiter du FME. Difficile de faire plus communautaire…

Les shows-surprises sont un autre des éléments qui fait le charme du FME et qui vient pimenter une programmation déjà bien garnie. Réellement improvisés il y a quelques années déjà, les shows-surprises sont aujourd’hui attendus avec fébrilité par les festivaliers qui doivent rester à l’affût des notifications de dernière minute sur l’application mobile du FME.

Et, la plupart du temps, ces performances à la bonne franquette dans des lieux incongrus provoquent des moments carrément magiques qui surpassent parfois les spectacles officiels dans les anecdotes post-festival. Gageons que ce sera le cas de cette courte prestation offerte par le duo montréalais Heartstreets qui mêle rap, électropop, soul et R&B… et qui avaient le sourire fendu jusqu’aux oreilles, tout comme les spectateurs de ce moment privilégié d’adoption collective spontanée dans le stationnement de la Scène Paramount, où venait de se conclure un show rap impliquant des pointures comme Alaclair Ensemble, Lary Kidd, Eman & Vlooper et Mathew James, un gars de la place. Impressions récoltées auprès des deux filles de Heartstreets, tout de suite après le coup d’éclat :

Barry Paquin Roberge

Barry Paquin Roberge,

Le cas de Heartstreets illustre à merveille la capacité du FME à propager le buzz à propos d’artistes encore méconnus du public et des gens des médias et de l’industrie accrédités en grand nombre par un festival qui prend son rôle de développeur à cœur. La groupe rock de la Rive-Sud de Montréal Zen Bamboo, la formation Le Bleu, les originaux de Barry Paquin Roberge, et les finalistes des Francouvertes 2016 Mon Doux Saigneur, ont aussi su profiter de la rumeur positive les concernant.

À travers ce défilé de jeunes pousses, il était d’autant plus étonnant de repérer un vétéran de la trempe de Pierre Flynn, programmé en 5 à 7 au Club Chimo, qui est en réalité la salle de repos du 9e Escadron de génie de l’armée canadienne ! Mais quand on y regarde plus près, à presque chacune des éditions du FME, un « vétéran » reconnu pour sa démarche artistique inspirante est invité. Pour Pierre Flynn, qui a lui-même fait part de son intérêt à se produire au FME cette année, l’esprit « émergent » ne devrait pas être l’apanage des seuls jeunes artistes, mais plutôt accompagner la route sinueuse de la création de tout artiste désirant se renouveler constamment. Entrevue à quelques heures de son spectacle :

S’il y avait une évidence qui frappait lors de cette 15e édition, c’était la saturation dans la capacité des salles et des options d’hébergement. Difficile d’imaginer comment le FME pourrait accueillir davantage d’artistes et de festivalier (92 concerts, 31 lieux différents et 37 000 entrées cette année !). Selon son président et cofondateur visionnaire Sandy Boutin, la prochaine étape développement de l’événement se fera du côté de la création. Il chérit un projet de résidence d’artistes qui auraient carte blanche et les moyens de créer une proposition musicale inédite présentée au cours du festival. Rencontré au cours de la dernière journée de ce marathon, il jette un regard sur le passé, tente d’expliquer la recette du succès du FME et se projette dans l’avenir de ce qu’il est maintenant convenu de qualifier de « du plus grand des petits festivals au Québec ».

Visionnez le résumé du FME 2017 produit par l’équipe du festival:


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Éditorial Avenue - Daniel Lafrance, Éditeur de l’année au Gala de la SOCAN 2017 à Montréal.

Éditorial Avenue – Daniel Lafrance, Éditeur de l’année au Gala de la SOCAN 2017 à Montréal.

Daniel Lafrance, a le regard de ceux qui se tournent toujours vers l’avant, rarement vers l’arrière. Lorsqu’il est question de retracer son parcours, l’homme parle, mais ne s’étend pas. Car ce qui allume Lafrance est manifestement devant lui. Rendre Éditorial Avenue, récipiendaire du prix de l’Éditeur de l’année au Gala de la SOCAN 2017, toujours plus actif, compétent et polyvalent demeure son modus operandi depuis sa création en l’an 2000.

Les liens qui unissent Daniel Lafrance avec la musique remontent en 1969 alors qu’il est lui-même musicien dans un groupe jazz, tout en occupant une multitude de fonctions. Très tôt, Lafrance s’implique comme producteur d’album, tourneur, gérant et éditeur tout en prenant en charge la distribution et promotion. « J’ai fait mes classes comme ça. » En 1976, alors que Lafrance joue dans le groupe Solstice, il produit Conventum, l’Orchestre Sympathiques et Pierre Moreau. S’il délaisse peu à peu ses fonctions de musicien, Lafrance poursuit son travail tentaculaire auprès de différents artistes, dont Francine Raymond et Uzeb.

Mais en 1992, alors que Uzeb se sépare, Lafrance décide de se vouer à une seule activité, l’édition. « J’avais décidé de faire ce que j’aimais le plus et de le faire à fond. Quand je regarde ça maintenant, je te dirais, j’ai eu une vision d’avenir. » Lafrance part pour la France pour développer alors avec Daniel DeShaime un logiciel de gestion de droit, Ze Publisher !, une affaire qui enclenche des ventes chez plus d’une cinquantaine d’éditeurs à travers l’Europe.

« Le métier d’éditeur, c’est avant tout un métier de développeur »

Éditorial AvenueLorsque Rosaire Archambault et Michel Bélanger le contactent pour diriger une nouvelle boîte d’édition en l’an 2000, Lafrance revient au Québec et accepte le défi que représente Éditorial Avenue. Dès lors, son parcours tout terrain au sein de l’industrie musicale le sert très bien. « Lorsque tu accompagnes un artiste dès ses débuts et qu’il est alors souvent sans gérant, il est pratique d’avoir une perspective sur les contrats de disques. Cela te permet de donner de meilleurs conseils, de négocier des contrats au besoin. Bref, ça t’apporte un regard plus vaste sur le développement d’un artiste. Et le métier d’éditeur, c’est avant tout un métier de développeur ».

C’est dans une envie de renouveler un modèle que Lafrance arrive au Québec avec cette envie de diriger Éditorial Avenue. Il met en place les pactes de préférence, une façon de faire inspirée par son séjour en France. Ces contrats lient un artiste et les droits de ses compositions sur une durée de temps en échange d’avances et même, d’instruments de musique ou d’outils de travail.

« Évidemment, tu dois avoir les reins solides pour réaliser ce genre contrat… Mais l’objectif est de soutenir l’artiste, de lui apporter ce qu’il a besoin pour se développer pleinement. On prend ici des risques. Et c’est là que c’est intéressant. On gagne à signer de jeunes artistes qui débutent et qui recherchent ce genre de support.  C’est là, au début, qu’un éditeur peut réellement faire une différence. Plus tard, il y a l’expérience qui rentre et plusieurs artistes aujourd’hui quittent les maisons d’édition pour devenir eux-mêmes des éditeurs. C’est une mouvance mondiale. Mais ces artistes reviennent souvent pour des services de gestion de droit, pour avoir une expertise qu’ils n’ont pas. »

Le succès, pour Lafrance, est multiple. Un éditeur est aussi gagnant avec un succès d’estime. Ou avec un artiste qui ne réalise qu’un tube radio. Pourtant, pour une compagnie de disques, ce genre de situation peut être désastreuse puisque le tube ne génère pas nécessairement des ventes d’albums. « Être éditeur, c’est un métier qui mise sur le long terme. Nous ne sommes pas dans le moment présent comme les labels. Au contraire, nous travaillons sur une vision. » Le soutien d’un éditeur se réalise aussi dans le parcours d’une carrière comme c’est le cas pour Jason Bajada, Aliocha et Matt Holubowski qui étaient tous les trois dans un atelier d’écriture à Los Angeles il n’y a pas si longtemps.

Si Lafrance a une vision claire de son métier, il ne se laisse pas séduire par des plans de match annuels serrés et rigides. Éditorial Avenue ne se donne pas des objectifs d’acquisition de catalogues, de signatures d’artistes ou de sous-catalogues européens. « Ça ne dépend pas de nous le nombre de signatures de catalogues. Tout ça ressemble au marché immobilier. Il y a des années qui sont bonnes et où il y a de belles offres. Je pense à l’achat du catalogue de Claude Léveillée, de Jean-Pierre Ferland, de Marcel Lefebvre – le Luc Plamondon des années soixante-dix -, de Laurence Jalbert et de Jean Lapointe… Mais je ne me fixe jamais un nombre de signatures par année. »

Ce que l’homme toutefois détermine, c’est l’élargissement de ses champs d’activités. Cette année, Éditorial a développé deux nouveaux secteurs, un département de droits voisins et un autre de libération de droits internationaux. Leur dernière négociation s’est réalisée avec Nintendo Japon où la maison d’édition a travaillé à la libération des droits de chansons de Katy Perry et de Taylor Swift pour deux jeux vidéo.

C’est face à ces nouveaux défis que Lafrance trouve son terrain de jeu, lui, qui a toujours la flamme aux yeux. « Je veux être chez Éditorial dans 5 ans. Dans 10 ans. En fait, je veux travailler jusqu’à 90 ans si ma santé me le permet. Car pour moi, tout ça, ce n’est pas un travail. »

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *