SOCAN mobile appLa SOCAN a dévoilé le tout nouveau look de son appli mobile. Nous avons créé cette nouvelle version afin de vous offrir nos fonctionnalités existantes dans un environnement épuré permettant une meilleure lisibilité et une convivialité améliorée.

Notre appli mobile permet aux membres d’avoir accès à une grande variété de fonctionnalités où qu’ils soient et 24/7. Si vous êtes membre de la SOCAN, vous pourrez y consulter vos catalogues, calculer vos redevances d’exécution publique et consulter vos relevés. Que vous soyez en studio, dans une chambre d’hôtel ou en route vers un spectacle, vous pourrez accéder à votre compte partout et en tout temps.

Si vous êtes une entreprise Autorisée à vous divertir par la SOCAN, vous pourrez utiliser notre « sélecteur de licence », un outil unique qui vous permet de choisir la licence s’appliquant à votre situation et calculer vos frais de licence en toute simplicité.

Les utilisateurs non membres peuvent utiliser l’appli pour demeurer à l’affût des dernières nouvelles de l’industrie, afin de devenir membres (s’ils sont créateurs ou éditeurs de musique) et profiter des nombreux avantages qu’une adhésion à la SOCAN offre, et en apprendre plus sur ce que nous faisons.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, téléchargez notre appli en-dessous et profitez-en dès aujourd’hui ! Et si vous êtes l’un de nos milliers d’utilisateurs, n’oubliez pas de la mettre à jour afin de profiter de notre tout nouveau look !

Apple DownloadGoogle Download


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La maison d’édition et de gestion des droits ole a annoncé qu’Helen Murphy succédera à Robert Ott en tant que chef de la direction tandis que ce dernier demeurera en poste à titre de conseiller auprès de Murphy et du conseil d’administration.

Mme Murphy a déclaré, par voie de communiqué, « alors que les gens ont accès à de plus en plus de façons de consommer de la musique, je crois que s’offre à nous tous, chez ole, une occasion en or de continuer à créer de la valeur pour nos auteurs-compositeurs, interprètes et nos partenaires commerciaux des secteurs de la musique de production et de la propriété intellectuelle. Je suis impatiente de collaborer avec toute l’équipe d’ole. »

Mme Murphy est la fondatrice et présidente d’International Media Services (IMS), une entreprise qui offre des conseils financiers et stratégiques à ses clients internationaux du secteur des médias et du divertissement.
Elle a auparavant été vice-présidente directrice et chef de la direction financière de Warner Music Group. En 2012, elle a été la principale négociatrice de l’acquisition par Sony du catalogue de EMI Music Publishing, une transaction d’une valeur d’un milliard de dollars. Elle a occupé de nombreux autres postes de direction financière, notamment chef des finances chez Polygram Music Group.

Sa feuille de route, sa connaissance de l’industrie et ses relations créatives assureront sans aucun doute le succès de la prochaine phase de croissance et de développement chez ole.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Le Mardi 6 novembre dernier, se tenait au bar L’Esco à Montréal, la table ronde intitulée « Quand le Québec fait pop au féminin, coprésentée par la SOCAN et le festival Coup de cœur francophone, avec comme invitées, les membres SOCAN Caracol et Laurence Nerbonne, ainsi que Alixe HD d’Audiogram, Carmel Scurti-Belley, responsable création et licences chez Dare To Care Records et Judith Cossette, gérance chez Dare to Care Records. Le tout était animé par Geneviève Côté, chef des affaires du Québec de la SOCAN.

Le but de cette table ronde était de tenter de saisir et commenter les grands enjeux de la pop au féminin dans le contexte québécois, qui, tant sur le plan de la diffusion que de l’industrie, peine à atteindre un niveau de représentativité féminine se rapprochant de la parité.

CaracolUne discussion enrichissante malgré des statistiques pour le moins révélatrices exposées par Geneviève Côté quant au faible nombre de chansons féminines sur les palmarès radio, mais aussi sur la quasi-absence, sauf exception, de réalisatrices d’album, entre autres. Pour Caracol, qui a d’ailleurs offert une courte prestation en guise de conclusion à cet échange, « c’est aussi une question de confiance, on a de la misère à prendre le crédit pour ce qu’on accomplit, on a toujours besoin de l’approbation d’autres personnes, souvent des hommes, pour s’assumer. On a besoin de plus de modèles féminins qui prennent leur destinée créative en main. Je pense à Foxtrott qui fait tout elle-même et collabore aussi avec d’autres, ça en prend plus des comme elle. »

Laurence Nerbonne abondait dans le même sens pour ce qui est de la confiance en ses moyens : « Il faut prendre les moyens de s’affirmer aussi en tant que réalisatrice de nos albums et, pourquoi pas, de ceux des autres. Mais à la radio, tu te bats contre des Rihanna qui sont entourées d’une armée de collaborateurs. Faire ça seule, c’est pas simple. Y a de la job à faire en tant que femme pour devenir qualifiées en tant que réalisatrice de musique pop. Mais j’ai toujours dit que les choses vont commencer à changer lorsqu’une fille va réaliser un album de gars ».

De son côté, concernant la diffusion radiophonique, Alixe HD a affirmé que « certains directeurs musicaux pensent que leur auditoire de 35 ans n’est pas très porté sur les voix féminines et hésitent même à programmer deux chansons de femmes l’une à la suite de l’autre… »

La question de la pertinence d’un possible quota de création musicale féminine a aussi été abordée. Sans aller jusqu’à exiger ce type de quota, Judith Cossette s’est désolée qu’il n’y avait aucune fille musicienne dans le house band du Gala de l’ADISQ. « Il me semble que ce serait bien de faire l’effort d’en inviter davantage pour une vitrine comme celle-là », a-t-elle affirmé sous les applaudissements approbateurs du public majoritairement féminin présent.

Sur le plan créatif, Carmel Scurti-Belley a souligné l’importance des camps d’écriture comme Kenekt Québec de la SOCAN, « qui a permis à des artistes comme Stéphanie Boulay ou Ariane Brunet d’essayer des formats pop différents ».

Enfin, pour Caracol, « y a une amorce de changement sur les ondes des radios commerciales au niveau de la pop québécoise, mais si on regarde ailleurs dans le monde, l’offre musicale est plus diversifiée que ce que l’on entend ici qui a encore une forte tendance vers le folk »

Bref, de belles pistes de réflexion qui alimenteront, espérons-le, les discussions de fin de soirée de Coup de cœur francophone, et même au-delà.

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *