Felix Dyotte, Evelyne BrochuLe gagnant de la 15e édition du Prix de la chanson SOCAN, Félix Dyotte, a enfin pu mettre la main sur le traditionnel chèque géant de 5000$, après une semaine fort chargée médiatiquement pour lui et son interprète Évelyne Brochu. La chanson « Maintenant ou jamais » s’est mérité la faveur populaire à l’issue du vote du concours le plus prestigieux pour la création musicale émergente canadienne dont le gagnant est choisi par un vote du public.

La remise du chèque a eu lieu lundi à la sortie de l’enregistrement de l’émission Bonsoir Bonsoir! de Radio-Canada, alors que Félix et Évelyne ont interprété la chanson lauréate. La chef des affaires du Québec et des arts visuels pour la SOCAN Geneviève Côté s’est fait un plaisir de lui remettre son prix en personne. Cette émission sera diffusée ce mardi 11 août à 21h. Nous aurons aussi l’occasion d’entendre Félix et Evelyne en entrevue à l’émission Pétillant et corsé, animée par André Robitaille sur ICI Première, ce vendredi 14 août à 13h.

Félix Dyotte se mérite également un clavier Yamaha et une carte-cadeau d’une valeur de 500 $ de Long & McQuade.

La SOCAN félicite encore une fois Félix Dyotte pour cette victoire bien méritée qui souligne son talent d’écriture et de composition.



Malgré les actuelles mesures de distanciation sociale visant à combattre la propagation du virus de la COVID-19, la SOCAN continue de préparer des entrevues vidéo avec nos membres à l’aide d’applis de vidéoconférence et nous vous présentons un nouvel épisode de notre série « À la maison en compagnie de… » , cette fois-ci en compagnie de T. Thomason et Ria Mae.

Dans cette vidéo, T. Thomason, le gagnant du concours télévisé The Launch, et Ria Mae, lauréate de nombreux East Coast Music Awards, nous parlent de l’obsession de cette dernière pour cette chanson, de la co-création de « Loser, Pt. II » et de la vulnérabilité au cœur de la chanson.



La SOCAN pleure la mort, à l’âge de 86 ans, de Salome Bey, l’auteure, compositrice, interprète, actrice et membre SOCAN.

Née à Newark, au New Jersey, Slome Bey s’est d’abord fait connaître en chantant aux côtés de son frère Andy et de sa sœur Geraldine dans le trio Andy & the Bey Sisters un peu partout aux États-Unis, en Europe et au Canada avant de s’établir à Toronto en 1964. Personnage plus grand que nature, sa production artistique et son influence se sont fait sentir partout à travers le monde tant dans le domaine de la musique que du théâtre et la liste de ses accomplissements multidisciplinaires est sans précédent. Elle compte notamment deux albums avec Horace Silver, deux prix Dora Mavor Moore pour Indigo, une histoire de la musique noire qu’elle a conçue, écrite et dont elle a été la vedette, une nomination aux Grammys pour Your Arms Too Short to Box with God dans la catégorie meilleur enregistrement par la distribution d’une comédie musicale ainsi qu’un prix Obie pour Justine. Bey a été reçue membre honoraire de l’Ordre du Canada en 2005.

Andy and the Bey Sisters ont enregistré et publié des albums sur étiquettes RCA Victor et Prestige. Leur premier album éponyme avait été produit par la légendaire vedette country Chet Atkins et le groupe était également en vedette dans le documentaire Let’s Get Lost sur la vie de Chet Baker. Après s’être établie à Toronto où elle jouait sur le circuit des clubs de jazz, Bey s’est taillé la réputation d’être la « Première Dame du blues canadien ». Elle a fait partie de la distribution de la comédie musicale de Broadway Your Arms Too Short to Box with God et elle créera plus tard un spectacle de cabaret intitulé Indigo relatant l’histoire de la musique noire. Le spectacle sera filmé pour la télévision et diffusé sur les ondes de Superchannel puis de la CBC. Bey a également enregistré des albums en spectacle en compagnie du Montreal Jubilation Gospel Choir et lors des prestations au prestigieux Festival de jazz de Montreux. Le producteur hip-hop Larry Smith (Run DMC) a été bassiste pour Salome Bey à la fin des années 70 et au début des années 80.

Bay a chanté sur le simple caritatif « Tears Are Not Enough », en 1985, aux côtés de Joni Mitchell, Neil Young, Gordon Lightfoot, Anne Murray, Burton Cummings, Bryan Adams, Bruce Cockburn, Geddy Lee et Kim Mitchell, simple dont l’objectif était d’amasser des fonds pour venir en aide aux victimes de l’horrible famine qui a dévasté l’Éthiopie de 1983 à 1985. Bey a toujours joué un rôle de mentore pour les artistes de la relève et sa comédie musicale Rainboworld sert de fondation pour que les artistes émergents puissent développer leur talent par le biais de la musique, de la danse et du théâtre. Elle a contribué à l’épanouissement d’une longue liste d’artistes noirs canadiens, dont notamment Deborah Cox, Divine Brown, Orin Isaacs, Simone Denny et Shantall Young. En 1992, elle recevait le Toronto Arts Award pour sa contribution aux arts de la scène, puis, en 1996, le Martin Luther King Jr. Award pour l’ensemble de sa carrière remis par le Black Theatre Workshop de Montréal.

Son émission spéciale de Noël, Salome Bey’s Christmas Soul a été diffusé sur les ondes de la CBC et mettait en vedettes des invités comme Maureen Forrester, Billy Newton-Davis, Molly Johnson, Jackie Richardson et la Faith Chorale Gospel Choir. Elle passionnée par la scène et on la voyait souvent en compagnie de ses filles tUkU et SATE qui, en plus de quelques autres musiciens, étaient connues comme le groupe Salome Bey & The Relatives. Bey a commencé à souffrir de démence en 2004 et elle résidait au centre de soins de longue durée Lakeside jusqu’à sa mort. En 2018, on l’a célébrée par le biais du projet 100 Accomplished Black Canadian Women créé par Jean Augustine. Feu l’époux de Slome Bey, Howard Berkeley Matthews, était l’un des fondateurs et copropriétaires du Underground Railroad, un restaurant historique de la communauté noire qui a été ouvert de 1969 à 1979.

Bey laisse dans le deuil ses trois enfants, la chanteuse SATE, la chanteuse et artiste de performance tUkU et son fils Marcus Matthews à qui la SOCAN transmet ses plus sincères condoléances.

Pour honorer la vie et la mémoire de Salome Bey, la famille vous invite à faire un don à la Freedom School Toronto (les transferts électroniques par courriel peuvent être acheminés directement à sa fidéicommissaire à l’adresse karen@childrenspeacetheatre.com).