Plus de 200 membres de la SOCAN se sont réunis au Studio Theatre du Harbourfront Centre de Toronto pour participer à l’Assemblée générale annuelle de la SOCAN le 19 juin 2018 durant laquelle ils ont été informés des grandes réussites de l’organisation en 2017, incluant des revenus records de 352 millions $. Sous le thème de la diversité, l’événement était également diffusé en continu et en direct dans les deux langues via Facebook pour les membres dans l’impossibilité d’y participer en personne.

Savannah Ré

Savannah Ré lors de sa prestation à l’AGA 2018 de la SOCAN.

Après une captivante prestation d’ouverture par la chanteuse R&B en émergence Savannah Ré, le président de la SOCAN, Stan Meissner, a donné le coup d’envoi de cette assemblée en présentant les nombreux succès de notre organisation, dont le fait que la SOCAN avait dépassé le cap des 150 000 membres. Stan a également abordé le travail accompli par le conseil d’administration de la SOCAN en 2017 en plus de présenter les membres de nouveau Conseil pour le mandat 2018-2021 et certains nouveaux développements au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens.

Le chef de la direction de la SOCAN, Eric Baptiste, a quant à lui abordé les résultats financiers records : revenus totaux de 352 millions $ dont plus de 76 millions $ proviennent de l’étranger, 295 millions $ versés aux créateurs et éditeurs de musique, incluant les redevances pour plus de 42 milliards d’exécutions provenant des services de musique en ligne et une augmentation de 44 pour cent (!) des revenus provenant de la diffusion en continu sur Internet.

M. Baptiste a également abordé la diversification des technologies dans notre travail que nous apportent nos filiales Audiam et MediaNet. Il a parlé de notre offre de service diversifiée grâce à des initiatives de licences groupées en partenariat avec l’organisation de droits voisins Ré:Sonne et l’intégration prochaine des activités de la SODRAC, une organisation de droits de reproduction. Il n’a évidemment pas oublié de parler de la diversité au sein de l’effectif des employés de la SOCAN, incluant la parité de la direction de la SOCAN et la quasi-parité de son nouveau Conseil.

Dr. Catherine Moore

Catherine Moore parle à l’AGA 2018 de la SOCAN.

Pour un aperçu complet des activités de la SOCAN en 2017, consultez notre Rapport annuel.

Les questions posées par les membres durant la période de questions très animée touchaient entre autres :

  • les répartitions collectées mais non réparties, ce à quoi M. Baptiste a répondu que la SOCAN avait abordé le problème grâce à une campagne invitant à soumettre leurs « set lists » pour des prestations impayées en plus de souligner que de nouveaux développements technologiques permettront en grande partie d’éviter ce problème à l’avenir ;
  • les sujets que les membres de la SOCAN devraient aborder lorsqu’ils communiquent avec des membres du parlement, notamment de demander que l’on réforme la Loi sur le droit d’auteur et que les principaux sites de diffusion en continu soient légalement obligés de mettre de l’avant 20 pour cent de contenus canadiens dans leurs moteurs de découvertes ; et
  • comment rétrécir le fossé de valeur des contenus, un problème qui est abordé en unifiant les voix des nombreux joueurs de l’écosystème musical canadien et en s’opposant farouchement aux dispositions d’exonération dans tous les territoires.

Janice Scott, vice-présidente des technologies de l’information a ensuite interviewé brièvement Catherine Moore, professeure de technologie musicale et de médias numériques à l’université de Toronto. Mme Moore a expliqué comment l’intelligence artificielle (IA) est en mesure de détecter des trajectoires dans l’accélération des tendances, commentaires et autres données concernant la musique sur les réseaux sociaux afin de déterminer qui sont les meilleurs auteurs-compositeurs-interprètes canadiens à recruter en tant que nouveaux membres de la SOCAN. Elle a également expliqué comment l’IA peut isoler les voix dans diverses versions d’une chanson pour ensuite identifier les paroles afin de les jumeler à l’aide d’une base de données de paroles, ce qui permet de mieux identifier et monétiser toutes les reprises d’une chanson donnée, même lorsqu’elle est chantée dans une autre langue.

Une réception a suivi l’assemblée au Harbourfront Lakeside Terrace, et DJ Gimmemar a animé la soirée, qui s’est terminée vers 21 h 30, en jouant les chansons de nos membres.

SOCAN 2018 AGM

À la réception qui a suivi l’AGA 2018 de la SOCAN.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La SOCAN est heureuse de voir les mesures annoncées aujourd’hui par la Ministre du Patrimoine Mélanie Joly dans le cadre la nouvelle Stratégie d’exportation créative.  La SOCAN encourage depuis longtemps le gouvernement à promouvoir l’exportation de nos biens culturels, l’annonce offrant de nouveaux outils pour atteindre cet objectif est bienvenue.

« Avec les nouvelles technologies, le monde est à la portée de nos créateurs, leur offrir les moyens de faire leur place sur la scène internationale est une stratégie gagnante » a déclaré Eric Baptiste, Chef de la direction de la SOCAN. Le gouvernement du Canada trouvera toujours en la SOCAN, un partenaire pour développer des marchés pour nos créateurs ici comme à l’étranger.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La SOCAN a confirmé aujourd’hui, dans le cadre de son assemblée générale annuelle qui avait lieu à Toronto, un record de 352 millions $[1] en redevances issues de la musique de ses membres auteurs, compositeurs et éditeurs de musique collectées durant l’exercice financier 2017, ce qui s’inscrit dans une tendance qui dure depuis sept ans et qui représente une augmentation de huit pour cent par rapport au record établi en 2016.

Un record de 295 millions $ a été versé aux créateurs et éditeurs de musique, et, de cette somme, on note une augmentation de 44 pour cent des revenus provenant d’Internet qui ont clôturé juste sous la barre des 49 millions $ ainsi qu’un bond de 13 pour cent, pour un total de 76 millions $, des revenus provenant de l’étranger.

Faits saillants des états financiers 2017 de la SOCAN :

  • Revenus totaux records — approximativement 352 millions $ en revenus totaux en 2017, une augmentation de 8 pour cent sur 12 mois.
  • 49 millions $ en collectes provenant d’Internet — bien que ces revenus augmentent au même rythme que la popularité de la musique provenant de sources numériques, il n’en demeure pas moins qu’en raison de la dynamique de ces services numériques et de la relativement faible découvrabilité des contenus canadiens, les membres créateurs de la SOCAN qui touchent des redevances provenant de ces sources numériques n’ont en moyenne gagné que 37 dollars et quelques poussières en 2017.
  • Près de 300 millions versés aux membres — les frais administratifs de la SOCAN sont parmi les plus faibles dans le Top 10 des organisations de droits d’exécution au monde.
  • Une augmentation de 48 % des redevances étrangères[2] depuis 2013 — les redevances identifiées, collectées et reparties aux membres de la SOCAN dont la musique est jouée ailleurs dans le monde — que ce soit à la radio, à la télévision, en ligne, sur scène ou de toute autre forme d’exécution publique — ont clôturé à 76 millions $, un record et la source #1 des redevances des membres de la SOCAN.

« Nous sommes ravis d’offrir à nos membres un montant global record de redevances en 2017, mais il y a encore beaucoup de travail à accomplir afin d’assurer que les créateurs et éditeurs de musique canadiens reçoivent ce qu’ils ont de tout droit gagné et ils méritent une plus grande part de la tarte pour leur travail extraordinaire », a déclaré le chef de la direction de la SOCAN, Eric Baptiste. « La SOCAN utilise, crée et exploite la technologie afin de pouvoir, de manière encore plus complète et exhaustive, identifier la musique, octroyer des licences, effectuer le suivi, jumeler les exécutions aux œuvres et répartir les redevances à ses membres. La SOCAN poursuit sa lutte pour les droits de ses membres à recevoir leur juste part des entreprises qui utilisent de la musique pour bonifier leurs affaires. »

Un bon exemple de l’utilisation accrue des nouvelles technologies est le travail qu’accomplit l’entreprise avec le Computer Science & Innovation Lab de l’Université de Toronto. Lors de l’assemblée générale annuelle, la vice-présidente des technologies de l’information de la SOCAN, Janice Scott, a animé une conférence mettant en vedette la professeure auxiliaire de technologie musicale et de médias numériques de l’université, Catherine Moore. Elles ont discuté du travail exclusif auquel collaborent les deux organisations, portant notamment sur l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, en plus d’offrir un survol de projets technocentriques visant à identifier et jumeler un encore plus grand volume d’exécutions musicales avec encore plus de précision.

Lors de cette assemblée, la SOCAN a également annoncé qu’elle avait dépassé la barre des 150 000 membres lorsque l’auteure-compositrice torontoise Ariel Gold est devenue membre de la plus importante organisation de l’écosystème musical canadien. Ariel lancera cet été son tout nouveau simple, « Weather », tiré de son prochain album du même nom.

L’entreprise a également profité de l’occasion pour présenter son tout nouveau conseil d’administration pour le mandat 2018-2021. Ce nouveau conseil composé de 18 membres compte huit femmes, ce qui améliore sa parité et reflète la diversité qui a de longue date été emblématique de l’équipe de direction et du personnel de l’organisation.

Pour consulter les états financiers complets et le survol complet de l’année 2017, visitez le rapportannuelsocan.ca.


[1] Comme c’est toujours le cas, l’information sur les revenus de la SOCAN est assujettie aux décisions de la Commission du droit d’auteur et de la cour, et ces changements potentiels sont abordés dans les états financiers vérifiés de la SOCAN conformément aux normes comptables applicables. 

[2] La SOCAN est l’une des très rares organisations de droits musicaux au monde qui verse 100 % des redevances collectées auprès de sources internationales à ses membres sans aucuns frais d’administration.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *