Malgré les défis provoqués par la COVID-19 en 2021 – et pour la première fois de son histoire –, les perceptions annuelles totales de la SOCAN pour la musique sous licence devraient dépasser les 416 millions $[1], soit une augmentation de 3 % par rapport au précédent record de 405,6 millions $ établi au cours de l’exercice financier 2019.

Comparativement à des perceptions de 391 millions $ en 2020, l’organisation attribue la majeure partie de cette croissance de 25 millions $ sur 12 mois aux 135 millions $ en perceptions provenant de sources numériques, une augmentation de 32 millions $ par rapport à 2020. Cela a plus que compensé la pression à la baisse exercée par la pandémie sur les licences générales (principalement la musique de fond utilisée dans les espaces publics) et les concerts (musique exécutée en direct), qui ont diminué de 70 % par rapport aux niveaux prépandémiques.

Malgré la croissance continue des licences pour l’utilisation de musique dans la sphère numérique – principalement en raison de la popularité des services de diffusion en continu –, un membre créateur de la SOCAN qui a perçu des redevances en 2021 n’a gagné en moyenne que 67,14 $ en provenance des sources numériques nationales pour l’ensemble de l’année.

Les revenus provenant de sources internationales ont continué d’être très vigoureux et ont atteint un niveau historiquement élevé – 106,1 millions $ –, ce qui prouve une fois de plus que les créateurs et éditeurs de musique canadiens connaissent encore un succès retentissant partout dans le monde.

Les perceptions internationales de licences musicales ont été favorisées par la popularité croissante des plateformes de musique numérique et la force des membres de la SOCAN à l’étranger.

« Nous nous étions préparés à une année 2021 sous le signe de l’austérité en raison des défis posés par la pandémie », a déclaré la chef de la direction de la SOCAN, Jennifer Brown. « Grâce à l’augmentation de la consommation de musique au Canada et dans le monde ainsi qu’à la diligence et à l’engagement de nos près de 280 employés qui travaillent sans relâche pour identifier et percevoir les droits de licences musicales nationales et internationales, nous avons été en mesure de rétribuer plus que jamais nos quelque 180 000 membres pour leur travail remarquable et inestimable. »

Faits saillants financiers non officiels de la SOCAN pour 2021 :

  • Perceptions totales : 416 millions $ (augmentation de 6 % par rapport à 2020).
  • Perceptions nationales : 310 millions $ (+6 % sur 12 mois).
  • Perceptions totales pour l’utilisation de la musique sur Internet : 135 millions $.
  • Des résultats solides du côté du droit de reproduction où le secteur de l’audiovisuel numérique a plus que doublé, la synchronisation a augmenté de 37 % et les revenus internationaux qui ont augmenté de 32 % par rapport à 2020.
  • Perceptions internationales : Augmentation de 6 % pour un total de 106 millions $.
  • Dépenses brutes : augmentation de moins de 1 % par rapport à 2020.
  • La SOCAN a accueilli 6743 nouveaux membres en 2021.
  • Au total, 273 646 chansons et compositions ont été déclarées au cours de la dernière année.

La SOCAN demeure prudemment optimiste quant à un retour aux événements et concerts en personne en 2022 à mesure que le Canada et le reste du monde émergent tranquillement de la crise qui dure depuis deux ans.

Plusieurs éléments sont en place et de bon augure pour la pérennité de ces résultats positifs : la popularité continue des modes de consommation numériques de musique, la croissance constante de la SOCAN au chapitre du droit de reproduction, la conclusion de diverses ententes avec plusieurs grandes plateformes, l’ajout du droit concernant les copies accessoires de diffusion, sans oublier la perspective de l’adoption de la Loi sur la diffusion continue en ligne par gouvernement fédéral afin d’aider à sauvegarder l’avenir de la musique canadienne.

[1] Estimations. Les chiffres finaux seront publiés lors de l’Assemblée générale annuelle en ligne de la SOCAN en juin 2022.



Dans les capsules Top Secrets, les créateurs et créatrices ayant réussi l’exploit de voir une chanson atteindre les plus hauts sommets des palmarès BDS, Correspondants Francophone ou Anglophone de l’ADISQ et auxquels la SOCAN a remis des plaques No. 1 pour souligner cet accomplissement, nous racontent les dessous de la fabrication de ces succès.

Le 24 mars 2022, à Montréal, le duo de producers montréalais de réputation internationale Banx & Ranx célébrait le lancement de leur nouveau single Headphones, feat. Rêve, ainsi que la signature d’un important contrat avec Universal Music Canada. La SOCAN, par le biais de sa responsable des relations créatives et des partenariats Sara Dendane, en a profité pour leur remettre un Prix No. 1 SOCAN pour la chanson 1+1, interprétée par la star internationale Sia et mettant en vedette Amir, pour laquelle Soké et KNY Factory (Banx & Ranx) ont produit un remix qui a propulsé la pièce au sommet du palmarès BDS de l’ADISQ le 6 septembre 2021.

Ce morceau, qui a cumulé six semaines au sommet de ce palmarès a été coécrit par Sia Furler, Amir Haddad, Jessy Shatkin, Nazim Khaled, Yannick Rastogi et Zacharie Raymond et est édité par Sony Music Publishing.

Dans cette capsule Top Secrets, Banx & Ranx nous révèlent comment cette collaboration prestigieuse s’est opérée ainsi que le processus qui les a amenés à produire trois remix différents, dont celui avec le chanteur Amir qui leur a mérité ce Prix No. 1 SOCAN.



La SOCAN place les #CompositeursÀL’affiche à l’avant-plan à l’approche des Prix Écrans canadiens 2022 qui auront lieu du 4 au 10 avril prochain. La SOCAN a déterminé que la musique de fond utilisée dans les productions audiovisuelles numériques (p. ex., sur Netflix, Crave, Illico, etc.) devrait être payée au même taux qu’un thème musical ou une musique d’avant-plan.

Avant ce changement, la musique de fond était payée à 60 % du taux payé pour une chanson thème ou une musique d’avant-plan, ce qui laissait entendre que la musique de fond avait moins de valeur et qu’elle était donc payée à un taux inférieur. Cette modification de notre règle de répartition devrait être accueillie comme un changement positif par les compositeurs à l’image. Ce changement souligne une fois de plus la valeur que la musique de fond apporte à l’expérience de visionnement.

La musique de fond est livrée par une source musicale qui est hors champ. On désigne ainsi une musique que les spectateurs peuvent entendre pendant une scène, qui n’est pas interprétée par un ou plusieurs personnages représentés à l’écran ni présentée à l’écran comme parvenant à leurs oreilles, mais qui est indépendante de ce qui se passe à l’écran.

La musique d’avant-plan ou musique en vedette, est interprétée par un ou plusieurs personnages représentés à l’écran ou présentée comme parvenant aux oreilles d’un ou plusieurs personnages dans la scène présentée. Il peut également s’agir de musique exécutée dans des vidéoclips ou de musique exécutée en association avec des séquences de danse chorégraphiées.

Ce changement se reflètera dans la répartition de mai 2022 pour les exécutions commençant en avril 2021. Les membres peuvent voir leurs redevances pour la musique de fond dans les productions AV numériques à la section Internet Audiovisuel de votre relevé.

Le changement de règle ne s’applique pas à la radiodiffusion et au câble, mais la SOCAN examine actuellement plusieurs règles de répartition associées à l’utilisation de la télévision et du câble, qui peuvent inclure la musique de fond.

Pour en savoir plus sur les redevances audiovisuelles numériques, visionnez notre vidéo explicative.

Et félicitations à tous les finalistes pour leurs nominations au Canadian Screen Awards!