Rigueur et flexibilité sont les mantras de Louise Tremblay et James Gelfand, deux créateurs très prolifiques qui ont composé la musique de plus de 60 films et de 200 épisodes de séries en carrière et qui se mériteront le Prix des Compositeurs de musique à l’image de l’année lors du 30e Gala SOCAN, le 22 septembre, à La Tohu. Les deux compositeurs ont bâti leur réputation dans l’industrie grâce à leur ouverture d’esprit, leur talent et leur rapidité d’exécution. Depuis une décennie, ce duo, au travail comme en amour, signe en moyenne six trames sonores de film ou de documentaire par année, s’assurant toujours de répondre avec lucidité et franchise aux commandes qu’ils reçoivent. Parmi leurs derniers et plus mémorables tours de force, on note leurs contributions aux productions canadiennes Girls’ Night Out, Final Destiny et Darwin. Nous les avons rencontrés dans leur maison de Montréal-Ouest, transformée en grande partie en studio de compositions et d’enregistrement pour en savoir un peu plus sur les débuts de leur collaboration et leur processus de création à quatre mains.



La chanson « Old Town Road » de Lil Nas X et Billy Ray Cyrus a résolument été le hit américain de la saison estivale. Ça nous a donné l’idée de réunir Matt Lang, qui recevra le Prix Musique Country, FouKi et Claude Bégin de Alaclair Ensemble, qui recevront, ex aequo, le Prix Musique Hip-Hop / Rap, lors du 30e Gala SOCAN, le 22 septembre, à La Tohu. Quels ont été les accomplissements respectifs de Matt Lang, FouKi et Alaclair Ensemble? Que pensent-ils de « Old Town Road »? Est-ce qu’une telle collaboration est imaginable au Québec? Quels points communs remarquent-ils entre le country et le rap? Nous leur avons posé toutes ces questions sur le toit de la SOCAN à Montréal.



Dans cette entrevue exclusive à la veille du lancement de son nouvel album instrumental, Crowing Ignites, le 20 septembre, le légendaire auteur-compositeur-interprète et membre SOCAN Bruce Cockburn nous parle de ce qu’il a appris au sujet de la composition et de la guitare à la Berklee School of Music, de son approche quant à la tonalité de l’instrument et de « feindre l’ignorance ».