Comme nous ne pouvons rencontrer nos membres SOCAN dans leur milieu naturel jusqu’à nouvel ordre, grâce aux capsules En confinement avec, nous allons à leur rencontre en utilisant la technologie de la vidéoconférence. Cette fois, le rédacteur en chef du magazine de la SOCAN P&M, Eric Parazelli, s’entretient avec Andréanne A. Malette, qui profite du confinement forcé à domicile pour expérimenter d’autres formes d’art comme la peinture. Mais comme elle n’est pas du genre à se tourner les pouces en attendant que la crise passe, elle en a profité pour offrir un atelier d’écriture destiné aux jeunes créateurs de chansons sur Intagram et a lancé récemment une nouvelle chanson, Le brasier, traitant du délicat sujet de la violence conjugale. Un thème qui résonne d’une manière particulière en cette période où chacun et chacune doivent rester à la maison.



Pendant ce confinement visant à combattre la propagation du virus de la COVID-19, la SOCAN continue de préparer des entrevues vidéo avec nos membres à l’aide d’applis de vidéoconférence et nous vous présentons la première entrevue de cette nouvelle série intitulée « En confinement avec… » No. 1,  Jessie Reyez.

Dans cette entrevue vidéo aux nombreux sujets qu’elle a accordée à la SOCAN dans la foulée de la parution de son premier album intitulé Before Love Came to Kill Us le 27 mars – et qui est déjà le meilleur premier album par une artiste et le meilleur album R&B de 2020 avec plus de 350 millions d’écoutes —, Jessie Reyez nous parle de la vie en confinement, des deux premiers spectacles de sa tournée avec Billie Eilish qui a depuis été annulée, de la mort, de l’amour non partagé, de sa nouvelle sobriété et du comment et pourquoi une personne qui a des problèmes de confiance parvient à écrire et publier des chansons vulnérables. Elle nous explique également comment une scène du film Goodfellas résume à merveille l’esprit de son album.



Charlie Wall-Andrews, directrice générale de la Fondation SOCAN — l’une des entreprises du Groupe SOCAN — a été nommée boursière de la Fondation Pierre Elliott Trudeau, l’une de seulement 16 au pays, et elle débutera immédiatement un nouveau programme de leadership.

« C’est un honneur d’être boursière de la Fondation Trudeau », a déclaré Charlie Wall-Andrews qui poursuit actuellement son doctorat à l’université Ryerson. C’est l’institution qui l’a mise en nomination. « Ça me permettra de bonifier ma capacité à être une leader dévouée à apporter des changements positifs à notre société, dans nos communautés et dans le grand public. »

Charlie Wall-Andrews est également Legacy Fellow de la Edmond de Rothschild Foundation, vice-présidente du comité consultatif de Music Canada et elle siège aux conseils d’administration de WorkinCulture et de Telus Community Investment. Elle affirme que le programme de trois ans des boursiers de la fondation Trudeau l’aidera à mener une recherche significative sur les citoyens engagés, les droits de la personne et la dignité.

Elle s’intéresse particulièrement à la promotion de l’équité par les entreprises et les gouvernements comme elle l’a fait à la Fondation SOCAN avec son innovant programme de mentorat Équité X Production et la création des HER Music Awards. Ces deux projets ont fait avancer la cause de la diversité et de l’équité des genres dans l’industrie canadienne de la musique et ils y contribueront de manière durable puisqu’il s’agit d’événements annuels.

Félicitations à notre collègue de la SOCAN pour cette belle réussite !