La directrice générale des Francouvertes est fébrile à l’aube de la reprise des préliminaires de sa 24e édition. Rencontre avec une femme déterminée.

Sylvie Courtemanche a pris un risque en 2005 en relançant elle-même le concours de la relève initié par l’organisme Faites de la Musique, qui avait lieu au Zest dans l’est de Montréal depuis 1995, et qui a plié bagage à sa huitième présentation en 2003.

« Avant, je travaillais avec des gens comme Steve Faulkner, la vieille garde, j’étais zéro relève. Pourtant, j’ai financé la première édition avec mes salaires de relationniste de presse avoue-t-elle ».

Les Francouvertes, rappelons-le, reçoivent entre 150 et 250 candidatures chaque année pour n’en retenir que vingt-et-une après un rigoureux triage. Avec le foisonnement de talent, on a l’impression que Les Francouvertes vivent une période dorée. « Il y avait autant d’inscrits il y a vingt ans, mais on en entendait juste moins parler parce que l’Internet n’avait pas autant d’importance ».

Onze soirées donc, où chaque artiste a trente minutes pour jouer ses compositions et impressionner un jury de sept membres de l’industrie et le public présent. La COVID-19 a chambardé le déroulement des préliminaires. Déjà douze participants sont passés et la reprise a lieu du 28 au 30 septembre. Tout de suite après les Francos et Pop Montréal. Une année de même.

« Au début de la crise, raconte Courtemanche, j’avais un peu mis mes lunettes roses, j’étais optimiste; on avait envisagé environ 70 scénarios de reprise possibles. Finalement, on a vite écrit aux artistes parce qu’on ne voulait pas annuler. On cherchait des solutions ».

Avec ses dates de fortune, tout se chevauche. « C’est une épopée ce qu’on est en train de faire. Si on sort de la 25e édition vivant l’an prochain, ça va être un exploit. Habituellement, à ce temps-ci de l’année, c’est la période de recrutement pour l’année suivante, la planification et la reconduite des commandites. On a beaucoup de commanditaires qui nous donnent un petit mille piasses par-ci par-là, mais notre principal, c’est le présentateur officiel, Sirius XM. Si ce dernier se retirait, on meurt ».

Sylvie CourtemancheLes Francouvertes bénéficient également de nombreux partenaires, dont la SOCAN qui, en plus d’offrir le Prix Paroles & Musique SOCAN, présente la série ‘’J’aime mes ex’’ qui met en vedette d’anciens participant.es en lever de rideau. Cette année, on a préféré préenregistrer celles-ci afin de limiter les changements de scène. On pourra également voir les soirées de préliminaires en streaming payant (une opération à perte selon elle). Les 160 premières personnes à débourser dix dollars pourront joindre leurs voix aux 80 personnes admises au Lion d’Or et qui pourront voter.

L’écosystème musical a changé en 20 ans. « Les labels sont plus nombreux à se déplacer. Avant on les voyait à partir de la demi-finale, maintenant ils sont présents dès les préliminaires ». Il y a plus de visibilité. « C’est rare que des artistes inscrits aux Francouvertes ne soient pas déjà un peu dans le circuit avec une certaine expérience de scène, et qui tournent dans des bars comme l’Escogriffe et le Pantoum à Québec. C’est parfois un coup de dé. On ne fait pas d’audition. Ils se tournent vers chez nous, mais il y a plein d’autres concours, Granby, Ma première Place des arts… Mais il y a des bibittes qui arrivent de nulle part. Damien Robitaille, gagnant de l’édition 2005, en est un exemple. On fait du maraudage dans les festivals pour voir quel artiste n’est pas encore signé, alors on peut les inviter à s’inscrire ».

Quelques mots sur d’illustres participants?

Loco Locass (2000) : « Tout le monde voyait les Cowboys fringants comme la formation gagnante cette année-là, mais les gars en ont jeté plein la vue entre autres en ajoutant Charles Imbault à la trompette. Leur dynamisme et les surprises sur scène ont eu raison des Cowboys, je crois. De plus le rap était tellement moins présent à l’époque que leur proposition les démarquait. C’était fou cette finale ».

Les sœurs Boulay (2012) : « Au Lion d’Or, on entendait une mouche voler et au Club Soda pour la finale aussi. Même la gang de l’industrie à l’arrière de la salle était tout ouïe ! Le projet des deux ensembles est né aux Francouvertes. Léger imbroglio puisque Mélanie avait aussi déposé sa candidature pour son projet solo ».

Les Hay Babies (2013) : « Elles sont arrivées aux préliminaires en ne sachant même pas qu’elles faisaient partie d’un concours. Elles ne savaient pas ce qu’étaient les Francouvertes. C’est leur gérant qui les avait inscrites sans leur dire ! ».

« Je suis un peu môman. Moi, calme? Je suis le contraire ! Je me suis calmée avec les années. Je suis toujours un peu nerveuse du déroulement de la soirée. J’aime encore ça, même si je me demande chaque fois si c’est ma dernière année. Mais il y a toujours quelque chose qui m’accroche : des nouvelles idées pour les réseaux sociaux, un nouveau règlement, c’est là que je sens que je suis à mon meilleur dans mon rôle. Ensuite, c’est de s’entourer de collaborateurs plus jeunes et qui vont voir plus de shows que toi, raconte la quinquagénaire heureuse ».

Alors, qui succédera à Original Gros Bonnet, grands gagnants de l’an dernier ? « La plus belle chose qu’un.e participant.e peut me dire c’est : on s’en fout à la limite de ne pas gagner, on a rencontré du monde, fait des contacts, on est content de notre expérience. Ça va au-delà de l’aspect concours. Il y a plein de bands des Francouvertes qui ont tissé des liens sur scène avec d’autres artistes de la soirée ».



Fort d’un catalogue personnel de plus de 1500 chansons, de collaborations avec John Legend et Mariah Carey, entre autres, ainsi que des placements de chansons au cinéma (The Lego Ninjago Movie, Oz The Great and Powerful) et à la télévision (incluant Hawaii Five-O et Hannah Montana), le vétéran Justin Gray a rapidement compris la nécessité d’un manière sécuritaire, accessible et efficiente d’organiser les données de chacune de ces œuvres. Il y a trois ans, Words + Music interviewait Gray au sujet du lancement de MDIIO (rime avec vidéo), « une manière plus facile pour la communauté des auteurs-compositeurs de collaborer, réseauter, faire des présentations et monétiser la musique. »

Un confinement productif
« Ce que j’ai remarqué durant le confinement, c’est que les créateurs qui sont disciplinés sont devenus très actifs et on a voulu leur donner la chance de placer toute cette musique. Les productions de télévision ont repris. On va bientôt constater une résurgence massive du nombre de licences, probablement durant le 4e trimestre de 2020 et en 2021 assurément. C’est le moment de mettre votre musique sur le chemin des opportunités. »

Son service est une réponse pragmatique à un problème dont Gray savait très bien qu’il n’était pas le seul à subir. Un jour, il a réalisé qu’une de ses chansons, un succès international, aurait dû commencer à rapporter des redevances. Après avoir communiqué avec la SOCAN, il a réalisé qu’un « ancien gérant avait assigné les mauvaises chansons au mauvais Justin Gray par inadvertance », raconte-t-il. « On a fini par découvrir que 70 chansons avaient été attribuées au mauvais Justin Gray durant le temps où il a été mon gérant. Il y a tellement de variables qui peuvent faire qu’un créateur ne sera pas payé… Si quelqu’un épelle Gray avec un E, par exemple, si quelqu’un se trompe dans le numéro IPI [un numéro d’identification international assigné aux créateurs et éditeurs afin de les identifier comme ayants droit uniques], ou encore si votre chanson s’intitule “Happy Days”, mais que vous avez décidé de l’épeler “Happy Daze”… »

Gray affirme que MDIIO a évolué de manière « significative » depuis son lancement. Comme il l’explique, MDIIO était « initialement conçu comme dépôt centralisé où les créateurs peuvent stocker leur musique, la partager, soumettre leurs œuvres pour une production et assurer le suivi de toutes ces activités tout en permettant aux utilisateurs d’ajouter toutes les métadonnées utiles à leur musique. On est partis de ça et on l’a bonifié. On est actuellement dans le processus de lancer, un peu plus tard cette année, si tout va bien, quelque chose qui va s’appeler MDIIO+. »

« L’idée, c’est qu’il y a tellement d’auteurs-compositeurs émergents qui souhaitent placer leur musique dans les films et les productions télé. Ils souhaitent générer des revenus grâce à leur passion. Mais on sait qu’une des barrières à l’entrée importantes pour les auteurs-compositeurs émergents est les contacts. Ils ne savent pas à qui s’adresser. Ils n’ont pas accès à diverses opportunités. Ils n’ont personne sur qui compter pour créer et générer des revenus pour eux. Nous avons donc créé ce portail qui permet à tout le monde de téléverser leurs chansons dans l’espoir de licencier leur musique. Et c’est aussi vrai pour les éditeurs. » Gray souligne qu’à peine 4 à 6 pour cent du catalogue de la plupart des éditeurs fait l’objet de licences. Ce nouveau service donnera une chance de plus à l’autre 95 pour cent. MDIIO+ sera un portail de recherche de musique propulsé par l’intelligence artificielle afin de déboucher sur des licences, et c’est ouvert à tous.

MDIIO compte déjà plus de 1500 directeurs musicaux et plus d’une dizaine de studios majeurs de production pour la télé et le cinéma parmi ses utilisateurs réguliers. Quant à MDIIO+, Gray affirme qu’il est « en négociations pour la création de six licences générales différentes auprès de six producteurs et réseaux de télévision majeurs. Chacun d’eux a des exigences spécifiques au chapitre de la musique qu’ils recherchent. Écoutez n’importe quelle émission de télé et vous serez surpris par la quantité de musique qu’on y entend. Chacune de ces chansons doit faire l’objet d’une licence. »

MDIIO et la SOCAN
MDIIO et la SOCAN ont uni leurs forces en intégrant une API (interface de programmation d’applications) pour la déclaration d’œuvres au système de MDIIO. « On sait qu’un des plus gros problèmes de la SOCAN est les métadonnées “sales”, les déclarations d’œuvres erronées, les mauvais pourcentages de parts », explique Gray. « On s’est donné comme mission de nettoyer ces données avant qu’elles arrivent à la SOCAN. Si vous déclarez vos œuvres à la SOCAN par l’entremise de MDIIO à l’aide de l’API de déclaration d’œuvres, on sait que ces informations seront enregistrées adéquatement et avec précision. Ça signifie que vous serez payés plus rapidement, avec plus de précision et en réduisant le nombre de conflits au sujet des droits d’auteur. »

« Nous représentons les créateurs pour leurs licences, mais nous ne sommes pas des éditeurs, ils peuvent avoir leurs propres éditeurs », de dire Gray. « Nous ne réclamons aucune propriété sur leur musique. Nous ne sommes propriétaires de rien. On ne fait simplement qu’établir un lien entre tout ce beau monde par l’entremise de notre portail, sauf que pour faire ça, nous devons être en mesure d’approuver les licences. Quand un membre téléverse sa musique sur MDIIO+, ils nous donnent l’autorisation de négocier des licences. Les licences que nous allons offrir sont essentiellement des licences générales. Ce que ça veut dire, c’est qu’aucune négociation n’est vraiment nécessaire. »

Grâce à plus de 90 points de métadonnées disponibles pour la déclaration d’une œuvre, MDIIO et MDIIO+ « souhaitent consolider le plus d’informations possible associées à chaque œuvre », explique Gray. Quand une chanson est partagée, téléchargée ou soumise, elle vient avec toutes ces métadonnées. Coordonnées de contact, paroles (si tel est votre choix), toutes les étiquettes de métadonnées de recherche, les « beats » par minute, ressemble à « Gimme Shelter » — tout ça, quoi. C’est un outil vraiment incroyable. »



Nous avons assisté à la Plage Musicale du mercredi 16 septembre passé, une série de spectacle organisée par la maison de disque Audiogram au Village au Pied-du-courant à Montréal.

Deux finalistes du Prix de la chanson SOCAN 2020 étaient en prestation, Laurence-Anne et Bon Enfant ainsi que Valence, gagnant de la chanson thème des Francouvertes 2021.

Ne manquez pas nos images de l’événement !

Vous trouverez l’horaire et la programmation des prochaines soirées Plage Musicale ici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.