Les traductions pour les articles avant l’automne 2013 ne sont pas disponibles pour le moment.

When Robyn Hardy (Bobs) and Lorraine Pond (LoLo) began writing children’s music together, they didn’t have to look far for their stage names. “Bobs and LoLo were our nicknames in high school,” explains Pond with a laugh. Friends since childhood, the pair grew up studying piano and singing in school choirs on Vancouver Island. Neither one ever entertained the idea of making music for a living.

But one night, after embarking on individual careers in education, Hardy and Pond found themselves discussing the value of music in teaching. “We decided to write a couple of songs,” recalls Hardy. Five songs later, the duo ended up performing for a captive young audience at the B.C. Children’s Hospital. “It was such fun, and we got such great feedback from kids and families,” says Pond, “so we said, why don’t we write some more songs and put an album together?”

The result was Sea Notes, a catchy album of songs about marine life geared to the pre-school set. Still working at their day jobs, Hardy and Pond began performing whenever they could, and soon landed a gig with BC Ferries. “It was insane,” laughs Hardy. “Whenever we had a day off, we were riding the ferry four times a day between Vancouver and Victoria, performing for families.” But they agree it was that experience that allowed them to dream about becoming professional entertainers. “We gave each other a hug, and we quit our jobs,” says Pond. “Our parents were freaked.”

The duo have since released three more albums, along with a DVD of music videos. Whether they’re singing about bugs, rainbows, or the joys of snack time, Hardy and Pond, who are both in their mid-thirties, are always conscious of creating music that is catchy enough to keep kids entertained but sophisticated enough to keep their parents from going crazy. “We want to create content that kids can learn from, but that isn’t preachy,” says Hardy, explaining that the songs generally encourage kids to be active, to connect with the outdoors, and to be engaged in the world.

At their popular live shows, the pair performs loose, easy-to-follow choreography, which children readily embrace. “Getting the kids singing and dancing along with us is important,” laughs Pond, “because the shows are as much about our audience as they are about us.” At the end of the day, they agree it’s the kids that keep them going. “We’re going to keep writing songs as long as we keep having fun and the kids keep loving the music,” says Hardy. “The inspiration is endless.”

Track Record
• Bobs & LoLo are familiar faces on Treehouse TV, their music videos frequently airing between programs on the children’s television channel.
• Their 2009 album, Action Packed, was nominated for a Juno award in the Children’s Album of the Year category. It also won a Western Canadian Music Award for Children’s Recording of the Year. In 2011, Bobs & LoLo won a SOCAN Children’s Music Award.
• The Bobs & LoLo team includes Hardy’s husband, producer Mario Vaira. “We call him the ampersand in Bobs & LoLo,” Pond says with a laugh, explaining that he helps with everything from songwriting to arrangements.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les traductions pour les articles avant l’automne 2013 ne sont pas disponibles pour le moment.

Keep an eye on Jordan Cook. This young Saskatchewan-born guitar rocker has been turning heads from an early age. At only 15 years old he found himself playing with blues legend B.B. King at the 1999 Montreux Jazz Festival. He was the youngest artist on Maclean’s magazine’s “100 Canadians to Watch.” Since then he’s grown up and shared stages with artists like Taj Mahal, The Tragically Hip and Edgar Winter, as well as playing showcases across North America, like South by Southwest and Canadian Music Week. His last album Seven Deadly Sins came out in 2011. “I’ve been spending a lot of time around California this past year, starting with a residency at Viper Room,” says Cook.

He’s also busy working on a new single being mixed by Adam Kasper (Nirvana, Soundgarden, Pearl Jam), someone Cook has always wanted to work with.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Si le thrash métal (style plus lourd, nerveux et rapide que le heavy métal) a connu le zénith de sa popularité au cours des années 1980 grâce à l’arrivée de groupes tels que Metallica, Slayer et Megadeth, ses racines remontent à la fin des années 1970 avec l’influence déterminante de formations comme Motörhead, Venom et Diamond Head. Plus près de nous, c’est en 1982 qu’un quatuor nommé Voïvod fait ses premiers pas à Jonquière. Deux ans plus tard, il fait paraître un premier album (War and Pain) sous l’étiquette américaine Metal Blade. Puis, naissent les Damnation, Agression, Soothsayer, Dead Brain Cells et, en 1989, Anonymus.

En six albums et plus de 1000 spectacles en carrière, la bande n’a cessé de creuser son sillon en chantant en anglais et en français et, par la force des choses, est devenue une véritable institution du thrash métal québécois. Aujourd’hui formé d’Oscar Souto (chant, basse), de son frangin Daniel Souto (guitare), de Carlos Araya (batterie) et de Jean-François Fortin (guitare), le quatuor lançait État brute l’automne dernier. Proposant un son toujours aussi urgent et agressif, l’album marque un retour à des textes essentiellement livrés dans la langue de Molière. « Au fil des ans, on a découvert que nos fans étaient majoritairement francophones. Ils viennent du Québec, de la France, de la Belgique. Retourner au français était une façon de les remercier de leur loyauté. Au début des années 1990, il y avait ce désir de chanter en français, mais au fil des ans, ça s’est détérioré. Beaucoup de groupes ont tenté de percer sur le marché international. On trouvait qu’il y avait très peu de groupes d’ici qui s’exprimaient en français. Avec État brute, on a voulu se réapproprier ce drapeau et représenter le Québec à l’échelle internationale, » confie Souto.

Retour aux sources
Contrairement à l’album précédent, Chapter Chaos Begins, qui s’était échafaudé dans la frustration et la douleur suite au départ de Marco Calliari, État brute se démarque par un retour à une simplicité volontaire. « Pour cet album, le travail fut agréable. Il y a six ans, on a vécu la première et seule séparation du groupe. On était frustrés et l’album fut composé dans un sentiment de rage. État brute fut créé dans la bonne humeur et la joie, sans aucune pression. On savait que c’était un album qui allait être vite fait. On avait trois mois pour composer les chansons. On ne s’est pas compliqué la vie et on a cessé de se poser mille questions à propos des arrangements. On voulait un disque rentre-dedans avec de bons riffs qui préservait néanmoins notre agressivité, » avance l’homme de 38 ans.

Bouillabaisse créative
Alors qu’Oscar s’occupe de rédiger les textes (une fois les musiques composées) ainsi que les mélodies vocales, le reste de l’aspect créatif appartient au groupe en entier. Chaque membre met la main à la pâte. Souto explique : « Notre groupe est comme un chaudron rempli de spaghettis. Tout le monde y ajoute son épice ou son ingrédient particulier. Si quelqu’un a une bonne idée, il la partage avec les autres. C’est très démocratique. On travaille ensemble, puis c’est à moi d’écrire les mélodies vocales et les paroles. Le défi est de toujours arriver avec une mélodie punchée et mémorable. Pour moi, la voix est un instrument à part entière. C’est ce qui donne un sens à la musique. Ce qu’on aime, c’est l’aspect accrocheur. Il faut être capable de chanter le refrain ou une ligne vocale. Lorsque tu finis d’écouter une chanson, il faut qu’elle te reste collée en tête. »

Bêtes de scène
Marqué au fer rouge par l’album And justice for all… de Metallica, Oscar estime que ce qui anime encore et toujours le groupe après toutes ces années est de débarquer avec du nouveau matériel et de le présenter devant un public réceptif. « Ce qui nous motive est d’écrire des chansons. Nous sommes, d’abord et avant tout, des musiciens et nous avons la chance d’avoir un public qui est encore intéressé à écouter notre musique. C’est un privilège d’être écouté, tu sais. Cinq minutes avant un spectacle, il nous arrive d’être fatigués, mais on doit oublier tous nos maux et notre manque de sommeil en sautant sur scène. Lorsque les gens devant nous chantent nos paroles et lèvent le poing dans les airs, c’est la plus belle source de motivation au monde. C’est pour ça qu’on continue. Être dans un groupe thrash métal au Québec, ce n’est vraiment pas facile. Je te le jure. Sans la fidélité de notre public, ça ferait longtemps qu’on aurait tiré la plogue. »

En plus de continuer à promouvoir le nouveau-né, le clan Anonymus roulera sur les routes québécoises et présentera des spectacles aux quatre coins de la province, et ce, jusqu’en décembre. Évoquant aussi la possibilité d’une escale en Europe (Belgique, Suisse, France) au cours des prochains mois, Oscar hésite quelque peu lorsqu’on lui demande s’il y aura une suite aux aventures ludiques avec Mononc’ Serge. « Qui sait? L’avenir nous le dira, mais je pense qu’on retravaillera ensemble éventuellement. C’est une toute autre dynamique pour nous tous et c’est très plaisant. C’est ça qui compte aujourd’hui : le plaisir. Plus je vieillis, plus je suis fou, mais la récupération est aussi beaucoup plus difficile. On survit. C’est ce qui importe. » Pas facile la vie de métalleux.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *