Dans le cadre du cheminement de la SOCAN vers une compréhension de l’impact des pensionnats indiens au Canada, le groupe de travail sur l’équité a organisé une visite virtuelle de l’ancien Institut Mohawk, pensionnat indien, présentée par le Centre culturel Woodland le 21 avril dernier.

En compagnie de la modératrice Catharine Saxberg de la SOCAN, Trisha Kelley, coordinatrice du développement, et Chris Ashkewe, administrateur associé du Woodland Cultural Centre, ont discuté de l’école et de ses 140 ans d’histoire.

L’événement comprenait une visite vidéo pièce par pièce du bâtiment, guidée par Lorrie Gallant, qui a offert un compte rendu puissant et poignant des horribles abus subis à cet endroit, ainsi que le témoignage de cinq survivants. C’était une façon émouvante, parfois bouleversante, mais précieuse de comprendre les faits sur ce qui s’est passé dans les pensionnats.

Au cours d’une longue période de questions avec Ashkewe après la visite vidéo, il a été question de plusieurs sujets comme les réparations possibles et la responsabilité des abus commis dans les pensionnats, la manière dont nous pourrions progresser vers la réconciliation, l’inclusion de l’histoire des pensionnats dans le programme scolaire actuel en Ontario, et plus encore.

Pour en savoir plus sur ce qui s’est produit à l’Institut Mohawk, pensionnat indien, cliquez ici. Pour vous inscrire à un visionnement de la vidéo, cliquez ici. Pour faire un don au Woodland Cultural Centre, cliquez ici.



SOCAN est en deuil de l’auteure-compositrice Susan Jacks – mieux connue pour avoir chanté les succès classiques de la Poppy Family, « Where Evil Grows » et « Which Way You Goin’ Billy? » – qui est décédée le 25 avril 2022, des suites d’une maladie rénale, à l’âge de 73 ans. On rapporte que Jacks était sur une liste d’attente pour une deuxième transplantation rénale.

Née Susan Pesklevits, elle a commencé sa carrière professionnelle à l’âge de 15 ans, puis a épousé Terry Jacks à 19 ans, créant ainsi le duo connu sous le nom de The Poppy Family – qui a produit une série de simples qui se sont inscrits au Top 10 canadien, et quelques succès notables ailleurs dans le monde.

Leur chanson « Which Way You Goin’ Billy? » a été un grand succès aux États-Unis et au Royaume-Uni, atteignant la première place du palmarès Cash Box et la deuxième place du palmarès Billboard. On pense qu’il s’agit de la première chanson par un groupe de Vancouver à s’écouler à un million d’exemplaires et on estime qu’elle s’est écoulée à plus de 3,5 millions d’exemplaires dans le monde. Le simple a reçu le JUNO de la meilleure production pour un simple en 1970 et l’album portant le même titre a quant à lui remporté le JUNO de la meilleure production pour un album MOR (le format radio middle of the road, une catégorie aujourd’hui rebaptisée adulte contemporain).

Le simple « Where Evil Grows » a atteint la sixième place des palmarès au Canada et, en 1990, repris par D.O.A., un groupe de Vancouver et une figure emblématique du punk hardcore. Plus récemment, « Where Evil Grows » a été utilisé dans l’épisode 4 de la saison 2 de la série à succès Killing Eve et dans le film Sonic the Hedgehog (2020).

Lorsque le groupe – et le mariage – de Susan Jacks a pris fin en 1972-73, celle-ci a poursuivi une carrière solo. Son premier album, I Thought of You Again, lui vaut une nomination aux JUNO pour le titre de chanteuse canadienne de l’année en 1973. Elle a par la suite reçu d’autres nominations en tant que chanteuse pour ses simples « Anna Marie », « All the Tea in China » et « Another Woman’s Man ». Jacks a été intronisée au BC Entertainment Hall of Fame en juin 2010.

Elle a rencontré le joueur de la Ligue canadienne de football Ted Dushinski en 1980, s’est mariée, a déménagé à Nashville et a eu un fils. En 2004, la famille est retournée au Canada après que l’on ait diagnostiqué un cancer du poumon chez Dushinski, qui est décédé en 2005. Jacks a reçu un diagnostic de maladie rénale et a reçu une greffe de son frère Billy en 2010.

Burton Cummings a publié un hommage sur sa page Facebook, en disant : « Triste nouvelle, l’adorable Susan Jacks est décédée. J’ai rencontré Susan lors de mon tout premier voyage à Vancouver dans les années 60. Elle nous a offert des enregistrements vraiment géniaux… Ma chanson préférée est “Beyond The Clouds”… Ses enregistrements sont immortels… Elle était charmante et terre à terre. R.I.P. Susan… Tu vas tous nous manquer. »

Moe Berg, de The Pursuit Of Happiness, a déclaré sur sa page Facebook : « Triste nouvelle du décès de Susan Jack. Elle a enregistré certaines des musiques les plus subversives de l’histoire du rock avec The Poppy Family. La musique serait entraînante et joyeuse, mais les paroles étaient douloureusement tristes et déprimantes. »

La SOCAN présente ses plus sincères condoléances à la famille, aux amis et aux fans de Jacks en ces moments difficiles. Pour lire une entrevue de fond avec Susan Jacks, cliquez ici (en anglais seulement).



La SOCAN pleure la disparition de Shane Yellowbird, l’auteur-compositeur-interprète cri de musique country qui s’est éteint à l’âge de 42 ans. La cause de sa mort n’a pas été divulguée. Ses proches affirment toutefois qu’il avait plusieurs problèmes de santé incluant l’épilepsie. Originaire de Maskwacis, en Alberta (à une centaine de kilomètres au sud d’Edmonton), Yellowbird est devenu un artiste primé après qu’un orthophoniste lui ait suggéré de commencer à chanter pour aider à contrôler un bégaiement – ce qui l’a conduit à une carrière dans la musique.

Yellowbird, basé à Calgary, est surtout connu pour la chanson « Pickup Truck », qui lui a valu le Rising Star Award aux Canadian Country Music Awards en 2007, et « Life Is My Calling Name », qui a été mis en nomination pour un JUNO dans la catégorie enregistrement country de l’année en 2008. Il a également remporté trois Canadian Aboriginal Music Awards en 2007, et « Pickup Truck » a été l’une des 10 chansons de musique country les plus jouées au Canada cette année-là. En 2009, il est devenu l’un des trois seuls artistes autochtones à se produire au Grand Ole Opry de Nashville, où il a été ravi de rencontrer et de discuter avec son héros et compagnon de bégaiement, la superstar du country Mel Tillis.

L’artiste de blues et de country Crystal Shawanda, qui l’a rencontré en 2008, se souvient affectueusement de Yellowbird. Shawanda dit qu’il était un pionnier pour les chanteurs de musique country autochtones et qu’il était comme un frère pour elle parce qu’il lui a toujours voué un soutien indéfectible. « Ce qu’il a accompli est énorme », a déclaré Shawanda. « Il n’y a aucun artiste country autochtone qui a accompli ce que Shane a fait. »

Louis O’Reilly, qui a signé Yellowbird sur son label en 2003 et a travaillé avec lui jusqu’en 2013, a déclaré que Yellowbird était « 100 % authentique » et a ajouté qu’il était un « vrai cow-boy » qui est toujours resté humble. « Il était reconnaissant pour tout ce qu’il avait », a dit O’Reilly.

Plusieurs artistes country canadiens et collègues de la SOCAN ont également rendu hommage à Yellowbird. « Il était timide et humble, mais il dégageait une confiance et une aura de vedette dès qu’il montait sur scène », a déclaré Brett Kissel au Edmonton Journal. « Il a toujours cru en moi en tant qu’artiste et auteur-compositeur, bien avant beaucoup de gens. C’était véritablement une belle âme », a écrit Aaron Goodvin sur Instagram. Quant à Aaron Pritchett, également sur les réseaux sociaux, il a déclaré « Tu vas manquer à tellement de gens, mon ami ».

La SOCAN présente ses condoléances à la famille, aux amis et aux fans de Yellowbird.