La SOCAN place les #CompositeursÀL’affiche à l’avant-plan à l’approche des Prix Écrans canadiens 2022 qui auront lieu du 4 au 10 avril prochain. La SOCAN a déterminé que la musique de fond utilisée dans les productions audiovisuelles numériques (p. ex., sur Netflix, Crave, Illico, etc.) devrait être payée au même taux qu’un thème musical ou une musique d’avant-plan.

Avant ce changement, la musique de fond était payée à 60 % du taux payé pour une chanson thème ou une musique d’avant-plan, ce qui laissait entendre que la musique de fond avait moins de valeur et qu’elle était donc payée à un taux inférieur. Cette modification de notre règle de répartition devrait être accueillie comme un changement positif par les compositeurs à l’image. Ce changement souligne une fois de plus la valeur que la musique de fond apporte à l’expérience de visionnement.

La musique de fond est livrée par une source musicale qui est hors champ. On désigne ainsi une musique que les spectateurs peuvent entendre pendant une scène, qui n’est pas interprétée par un ou plusieurs personnages représentés à l’écran ni présentée à l’écran comme parvenant à leurs oreilles, mais qui est indépendante de ce qui se passe à l’écran.

La musique d’avant-plan ou musique en vedette, est interprétée par un ou plusieurs personnages représentés à l’écran ou présentée comme parvenant aux oreilles d’un ou plusieurs personnages dans la scène présentée. Il peut également s’agir de musique exécutée dans des vidéoclips ou de musique exécutée en association avec des séquences de danse chorégraphiées.

Ce changement se reflètera dans la répartition de mai 2022 pour les exécutions commençant en avril 2021. Les membres peuvent voir leurs redevances pour la musique de fond dans les productions AV numériques à la section Internet Audiovisuel de votre relevé.

Le changement de règle ne s’applique pas à la radiodiffusion et au câble, mais la SOCAN examine actuellement plusieurs règles de répartition associées à l’utilisation de la télévision et du câble, qui peuvent inclure la musique de fond.

Pour en savoir plus sur les redevances audiovisuelles numériques, visionnez notre vidéo explicative.

Et félicitations à tous les finalistes pour leurs nominations au Canadian Screen Awards!



Malgré les défis provoqués par la COVID-19 en 2021 – et pour la première fois de son histoire –, les perceptions annuelles totales de la SOCAN pour la musique sous licence devraient dépasser les 416 millions $[1], soit une augmentation de 3 % par rapport au précédent record de 405,6 millions $ établi au cours de l’exercice financier 2019.

Comparativement à des perceptions de 391 millions $ en 2020, l’organisation attribue la majeure partie de cette croissance de 25 millions $ sur 12 mois aux 135 millions $ en perceptions provenant de sources numériques, une augmentation de 32 millions $ par rapport à 2020. Cela a plus que compensé la pression à la baisse exercée par la pandémie sur les licences générales (principalement la musique de fond utilisée dans les espaces publics) et les concerts (musique exécutée en direct), qui ont diminué de 70 % par rapport aux niveaux prépandémiques.

Malgré la croissance continue des licences pour l’utilisation de musique dans la sphère numérique – principalement en raison de la popularité des services de diffusion en continu –, un membre créateur de la SOCAN qui a perçu des redevances en 2021 n’a gagné en moyenne que 67,14 $ en provenance des sources numériques nationales pour l’ensemble de l’année.

Les revenus provenant de sources internationales ont continué d’être très vigoureux et ont atteint un niveau historiquement élevé – 106,1 millions $ –, ce qui prouve une fois de plus que les créateurs et éditeurs de musique canadiens connaissent encore un succès retentissant partout dans le monde.

Les perceptions internationales de licences musicales ont été favorisées par la popularité croissante des plateformes de musique numérique et la force des membres de la SOCAN à l’étranger.

« Nous nous étions préparés à une année 2021 sous le signe de l’austérité en raison des défis posés par la pandémie », a déclaré la chef de la direction de la SOCAN, Jennifer Brown. « Grâce à l’augmentation de la consommation de musique au Canada et dans le monde ainsi qu’à la diligence et à l’engagement de nos près de 280 employés qui travaillent sans relâche pour identifier et percevoir les droits de licences musicales nationales et internationales, nous avons été en mesure de rétribuer plus que jamais nos quelque 180 000 membres pour leur travail remarquable et inestimable. »

Faits saillants financiers non officiels de la SOCAN pour 2021 :

  • Perceptions totales : 416 millions $ (augmentation de 6 % par rapport à 2020).
  • Perceptions nationales : 310 millions $ (+6 % sur 12 mois).
  • Perceptions totales pour l’utilisation de la musique sur Internet : 135 millions $.
  • Des résultats solides du côté du droit de reproduction où le secteur de l’audiovisuel numérique a plus que doublé, la synchronisation a augmenté de 37 % et les revenus internationaux qui ont augmenté de 32 % par rapport à 2020.
  • Perceptions internationales : Augmentation de 6 % pour un total de 106 millions $.
  • Dépenses brutes : augmentation de moins de 1 % par rapport à 2020.
  • La SOCAN a accueilli 6743 nouveaux membres en 2021.
  • Au total, 273 646 chansons et compositions ont été déclarées au cours de la dernière année.

La SOCAN demeure prudemment optimiste quant à un retour aux événements et concerts en personne en 2022 à mesure que le Canada et le reste du monde émergent tranquillement de la crise qui dure depuis deux ans.

Plusieurs éléments sont en place et de bon augure pour la pérennité de ces résultats positifs : la popularité continue des modes de consommation numériques de musique, la croissance constante de la SOCAN au chapitre du droit de reproduction, la conclusion de diverses ententes avec plusieurs grandes plateformes, l’ajout du droit concernant les copies accessoires de diffusion, sans oublier la perspective de l’adoption de la Loi sur la diffusion continue en ligne par gouvernement fédéral afin d’aider à sauvegarder l’avenir de la musique canadienne.

[1] Estimations. Les chiffres finaux seront publiés lors de l’Assemblée générale annuelle en ligne de la SOCAN en juin 2022.



La Fondation Glenn Gould a lancé Instrumental : Music and Mental Health, une initiative en ligne destinée aux jeunes et aux adolescents qui vise à sensibiliser et à promouvoir la valeur de la musique en tant qu’outil puissant pour favoriser la santé mentale et à les aider à faire face à la dépression, à l’anxiété et à d’autres problèmes de santé mentale.

Instrumental a été inspiré par le pianiste britannique et auteur à succès James Rhodes, un survivant d’abus sexuels dans son enfance, qui a documenté son utilisation de la musique comme un chemin vers la santé mentale. La Fondation a présenté ses premières prestations au Canada au début de 2020.

Des professionnels de la santé mentale, des musicothérapeutes et des éducateurs ont fourni des commentaires sur le contenu afin d’en optimiser l’utilité. Le site web d’Instrumental, riche en contenu (en anglais seulement), est facilement accessible et convivial. Il souligne l’importance de la musique et des arts en tant que complément important à d’autres formes de soins pour les jeunes et les adolescents. Le site interactif comprend des stratégies d’autoassistance, du contenu généré par les utilisateurs, des vidéos, des illustrations et des graphiques, ainsi qu’une gamme complète de plateformes de médias sociaux.

Parmi les commanditaires et les supporteurs actuels, citons Patrimoine canadien – Fonds d’appui aux travailleurs du secteur des arts et de la musique devant public, le Conseil des Arts du Canada, Power Corporation, la Jackman Foundation et Donald K. Johnson, O.C.

La Fondation Glenn Gould s’associe et œuvre avec des écoles, l’Association canadienne pour la santé mentale, l’Association canadienne des musicothérapeutes et divers autres groupes. Elle s’associe également à divers ambassadeurs de marque et autres supporteur, dont Luna Li, pour aider à faire connaître Instrumental. Voir la bande-annonce ici.

« La musique a, littéralement, sauvé ma vie et, je crois, celle d’innombrables autres personnes. Elle fournit de la compagnie quand il n’y en a pas, de la compréhension quand il y a de la confusion, du réconfort quand il y a de la détresse, et de l’énergie pure et non polluée quand il y a une coquille vidée par les difficultés et la fatigue », dit James Rhodes, dans son livre Instrumental : A Memoir of Madness, Medication and Music.

« Chanter et jouer des instruments a toujours été un refuge pour moi », dit Luna Li. « Peu importe comment je me sens, la musique est toujours là pour moi. Pas besoin de monter sur scène durant une tournée pour ressentir ça. Il existe désormais une communauté en ligne qui aide les adolescents à constater les bienfaits de la musique sur la santé mentale. Qu’il s’agisse d’écouter, de jouer ou de prendre le temps de respirer, la musique nous aide à nous connecter. »