La SOCAN a été heureuse et fière de célébrer la remise à Joni Mitchell, membre SOCAN, du prix Personnalité de l’année MusiCares 2022, en lui offrant un jeu de crib en bois d’érable lors des festivités, le vendredi 1er avril, à Las Vegas.

Cet humble témoignage d’appréciation lui a été présenté par Vanessa Thomas, vice-présidente des relations avec les membres et l’industrie, Kathryn Hamilton, directrice des opérations et de la programmation créatives, et Racquel Villagante, responsable des relations créatives à Los Angeles.

Joni Mitchell et remporté le Grammy du meilleur album historique pour Joni Mitchell Archives, Vol. 1 : The Early Years (1963-1967) lors de la portion hors d’ondes du gala, le dimanche 3 avril.

La SOCAN félicite de nouveau Joni Mitchell sur cette plus récente d’une longue liste de réussites!



Dix #CompositeursÀL’affiche ont été honorés dans les catégories musicales de l’édition 2022 des Prix Écrans canadiens qui était présentée en personne cette année du 4 au 8 avril. La SOCAN félicite tous ses membres gagnants pour leurs réussites!

Les gagnants sont :

TÉLÉVISION

Meilleure musique originale, fiction
Robert Carli, Peter Chapman – Wynonna Earp – épisode “Better Dig Two”
Édité par Wynonna Earp Productions Inc.

Meilleure musique originale, animation
Amin Bhatia, Ari Posner, Chris Tait, Kris Kuzdak – Let’s Go Luna! – épisode “The Way of the Gaucho”
Édité par 9 Story Media Group Inc., administré par Anthem Entertainment

Meilleure musique originale, non-fiction
Erica Procunier – The COVID Cruise
Édité par Brights Grove Music Publishing

FILM

Prix d’excellence en musique – Musique originale
Jonathan Goldsmith – All My Puny Sorrows

Prix d’excellence en musique – Chanson originale
TiKA Simone, Casey Manierka-Quaile – « And Then We Don’t » tiré de Learn to Swim

Pour connaître la liste de tous les #CompositeursÀL’affiche qui étaient en lice, cliquez ici. Pour une liste complète de tous les finalistes et gagnants, cliquez ici.

La SOCAN a célébré ses membres finalistes et gagnants lors d’un cocktail au Melody Bar de l’hôtel Gladstone du centre-ville de Toronto en début de soirée le 8 avril 2022.

On comptait parmi les membres SOCAN et autres compositeurs à l’image présents lors de cette réception Amin Bhatia, Asher Lenz, Darren Fung, Erica Procunier, Iva Delic, Meiro Stamm, Michelle Osis, Stephen Krecklo, Suad Bushnaq, Neil Parfitt, Robert Carli et Tom Third. Étaient également présents les superviseurs musicaux Michael Perlmutter et Tonya Dedrick de la Guilde des compositeurs canadiens de musique à l’image.

Les membres de l’équipe SOCAN qui étaient sur place étaient Cameron Kennedy, directeur des relations créatives, Kathryn Hamilton, directrice des opérations et de la programmation créative, Gagan Singh, responsable des relations créatives pour le film, la télé et les médias visuels, Maria Escamilla, coordonnatrice de la programmation et des partenariats créatifs et Brad Ardley, vidéaste.



Le grand classique du groupe acadien 1755, « Le monde a bien changé » – chanson écrite par Gérald Leblanc et composée par Pierre Robichaud – sera intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens dans le cadre des East Coast Music Awards (ECMAs) le jeudi 5 mai 2022 en direct de Fredericton, N.-B.

Voyez les nouveaux intronisés au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en spectacle le vendredi 6 mai 2022 au Fredericton Playhouse dans le cadre des ECMAs Festival & Conference. Ce spectacle célèbre non seulement ce groupe historique, mais aussi la culture acadienne de la côte Est avec comme invitées Lisa Leblanc et Emilie Landry. (Les billets sont en vente ici.)

« Le monde a bien changé », c’est l’histoire d’un homme qui apprend à mieux vivre et à mieux aimer grâce à l’amour de la femme qu’il a rencontrée. « En fait, ce n’est pas tant le monde autour de lui qui change, mais le regard qu’il porte dessus, à travers le prisme de l’amour », précise Pierre Robichaud. Et parce que c’est d’abord et avant tout une chanson d’amour, l’auteur-compositeur-interprète s’est inspiré de quelques grands succès du début des années 1960 pour la progression d’accords.

La grande amitié créative et musicale entre Gérald Leblanc, Roland Gauvin et Pierre Robichaud, auteurs et compositeurs principaux des chansons de 1755, a débuté dans les années 1970. Pendant une fête, Roland Gauvin et Pierre Robichaud se retrouvent avec une douzaine de personnes… dans une salle de bains! Gauvin jamme avec un autre musicien; pendant une pause de ce dernier, Pierre saisit sa guitare et se met à jouer en duo avec Roland. « Il y a eu des étincelles quand on s’est mis à jouer ensemble dans ce party de salle de bains! », se remémore avec émotion Robichaud. Nos deux voix s’harmonisaient tellement bien, Roland est tout un chanteur. Une belle chimie s’est vite installée entre nous ».

Un jour, Robichaud et Gauvin demandent au regretté grand poète acadien Gérald Leblanc, dont ils avaient découvert l’œuvre à l’université, de leur envoyer quelques-uns de ses poèmes afin qu’ils les mettent en musique. Le poète accepte leur invitation et leur soumet plusieurs poèmes; le reste appartient à l’Histoire : « Je suis assis dans mon salon et je lis ce poème intitulé Le monde a bien changé. Me vient spontanément cette ligne mélodique : Le monde a bien changé, changé, changé! Roland et moi partons à rire; c’est bon signe! ».

« Ça a décollé tellement vite, cette aventure-là! On est passé de band de taverne à groupe qui remplissait les plus gros arénas du Nouveau-Brunswick! » poursuit Pierre Robichaud. La complicité créative entre Gérald Leblanc, Roland Gauvin et Pierre Robichaud aura engendré presque la moitié du répertoire de 1755, plusieurs chansons figurant parmi les plus populaires et mémorables du groupe. Encore aujourd’hui, 45 ans après sa création, lorsque le groupe interprète Le monde a bien changé sur scène, des spectateurs s’étendant sur quatre générations connaissent ses paroles par cœur. N’est-ce pas le propre des grandes chansons de traverser ainsi le temps?

Avec ses chansons endiablées (inspirées du folk, du country et du rock) racontant la réalité quotidienne des Néo-Brunswickois francophones dans la langue de leur quotidien, 1755 a rendu possible une prise de conscience de l’identité francophone dans les Maritimes. « 1755 a grandement contribué à la réinvention de l’identité acadienne en construisant un récit qui reflétait la réalité contemporaine des Acadiens et en renégociant ce qu’on considérait comme étant une musique « acadienne». Ainsi, les consommateurs acadiens accordèrent une importance idéologique à cette musique qu’ils percevaient non comme une musique commerciale proprement dite, mais plutôt comme un symbole de leur émancipation culturelle », fait valoir Sylvie Leblanc dans son mémoire Le monde qu’on connaît: The Music of 1755 and the Construction of Acadian Identity.

Originaire de Bouctouche (Nouveau-Brunswick) et décédé le 30 mai 2005 à l’âge de 59 ans, Gérald Leblanc est un poète, un auteur et un parolier prolifique ayant beaucoup influencé la vie culturelle acadienne. En plus de 1755, des groupes et artistes tels Idée du Nord et Marie-Jo Thério ont interprété ses chansons. En tant qu’écrivain, il a publié une quinzaine de recueils de poésie et a également contribué à des textes de théâtre, des traductions, des textes radiophoniques et des anthologies. Sa poésie décomplexée revendique la présence de l’Acadie au sein de la modernité et de la francophonie en tant que culture au caractère unique et cosmopolite, une démarche qui, on pourrait dire, fait écho à celle du groupe 1755 avec ses fusions modernes de rock des années 70 avec les saveurs du folklore acadien.