Les traductions pour les articles avant l’automne 2013 ne sont pas disponibles pour le moment.

A lot can change in four years – especially in the music world. In 2008, when Kathleen Edwards released her album Asking for Flowers, the Ottawa native was known primarily for story songs about characters other than herself, some drawn from real-life headlines, and an alt-country sound she shaped with her husband, guitarist Colin Cripps.

Fast forward to 2012: Edwards has a brave new album, Voyageur, made up almost entirely of first-person narratives and an engaging sound steeped in multi-textured pop that owes a good deal to its U.S. producer, Justin Vernon, also known as ethereal electronic folk star Bon Iver – who just happens to be her new boyfriend.

Sitting on a park bench overlooking the Toronto skyline, the flame-haired singer-songwriter laughs as she reflects on the shifts in her life. “I remember doing an interview when my last record came out,” says Edwards, “and I was saying that I’m married and really happy and don’t have any roller-coaster emotional experiences to draw from. Well those are back on!”

Voyageur charts the trauma and transformation of marital discord, personal reflection, and new romance. Edwards’ relationship with Cripps, a former member of Crash Vegas and Junkhouse, dates back to when he produced her 2004 album Back to Me, which earned Edwards Juno nominations for Songwriter and Adult Alternative Album of the Year. Settling in Cripps’ native Hamilton, the couple lived and breathed music, with Cripps touring as her guitarist. But all was not well on the home front.
“You don’t talk to me, not the way that you used to,” Edwards sings on “House Full of Empty Rooms. “Maybe I don’t listen, in a way that makes you think I do.” Along with “Change the Sheets,” it’s one of Voyageur’s most starkly autobiographical numbers. “I wrote those songs when Colin and I were still together,” Edwards admits. “I didn’t realize at the time how my subconscious was bubbling out of my mouth.”

As Edwards’ life was changing, so too was her desire for a new sound. “My music wasn’t reflecting all the colours of my personality as well as it should,” she noted. “I’d done the roots-rock, Americana thing, and it wasn’t interesting anymore. I feel more of an affinity for artists like Feist and Tallest Man on Earth (Swedish singer-songwriter Kristian Matsson), who sounds like Dylan but plays to young audiences. I wondered why I never played to that crowd.”

Edwards ventured to Seattle and began working with John Roderick, of indie rockers The Long Winters. Together, they co-wrote the melancholic piano ballad “Pink Champagne” and “A Soft Place to Land,” a duet between Edwards and Bon Iver. But it’s the sexy “Mint,” with its rugged electric guitar, and the joyful “Sidecar,” a power-pop number co-written with longtime collaborator and bandmate Jim Bryson, that best showcase a change in direction.

The connection with Bon Iver came about when Edwards travelled to Vernon’s Wisconsin home studio to record a version of “Wapusk,” a song she originally recorded for a multi-artist compilation celebrating Parks Canada. The chemistry was immediate and the pair continued working on songs for Voyageur. As a producer, Vernon, a professed Edwards fan, had a liberating effect on the artist. “He influenced me by not being precious about anything,” she says. “It was so easy for him to throw up a mic on a guitar amp, pick up an instrument and try anything… It really freed me up.”

Vernon’s experimental approach paid off with dreamy soundscapes like “Going to Hell,” with its climatic guitar solo, and “For the Record,” a moody epic in which Edwards and Norah Jones share vocals. “Justin would just mess around with sounds,” she recalls. “Sometimes it was super fuzzy, crazy stuff, and I was like, ‘Cool, I’m just going to let him do his thing.’ He challenged me without betraying who I am.”

For fans of Edwards’ story songs like the police drama “In State” or the real-life murder ballad “Alicia Ross,” Voyageur’s personal narrative may come as a bit of a surprise. “I’ve always written about things that struck a chord with me,” she explains. “But I feel a little less connected to those songs now because they’re about someone else. This time around, I just had a lot of my own stories to tell.”

As for the new album title, Edwards says it resonates for her on multiple levels. “The album was a journey about change and one of the hardest things I’ve ever done,” she says. “As a teenager, I spent a lot of time canoe-tripping, and on my last long trip, our camp group was known as Voyageurs. So I realized that’s totally my life: I was a voyageur then, and I’m a voyageur now. Plus,” she adds with a grin, “it has a nice Canadian ring to it.”


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Maryse Letarte lançait à l’automne 2008 l’album Des pas dans la neige, acclamé de tous. Trois ans et un album plus tard, l’auteure-compositrice-interprète s’apprête à finalement effectuer sa rentrée montréalaise! Oui, enfin, elle proposera sur scène les compositions originales de ce disque de Noël en voie de devenir un classique. Il faut dire que son parcours des dernières années n’a pas été de tout repos.

À la sortie du disque à la fin de l’année 2008, peu de gens auraient pu anticiper un tel succès. Si bien qu’il n’avait pas été prévu de donner des représentations. L’année suivante, l’intention était là, mais le projet n’a pas vu le jour. Les astres s’alignaient donc pour que 2010 soit propice à mettre sous les projecteurs Des pas dans la neige. Alors enceinte, elle a malheureusement dû annuler sa tournée pour des raisons médicales. Nous voilà donc en 2011, avec au programme une série de concerts à la Cinquième Salle de la Place des Arts, du 14 au 23 décembre. « Ça va-tu finir par se faire! » lance-t-elle à la blague. Assurant elle-même la mise en scène du spectacle, elle croit que la production sera totalement différente de ce qu’elle aurait été l’année dernière. « L’an passé, ce n’était pas du tout le même show. C’est comme si j’étais repartie à zéro. Je n’ai jamais pu voir ce que cela aurait donné l’an dernier, mais en un an, j’ai eu le temps de penser longtemps. Je me suis dit que ça me prenait autre chose. Je veux vraiment offrir un spectacle à l’image de l’album. Mais même si j’avais donné le spectacle l’an passé, je l’aurais fait évoluer vers ça. Comme l’album, ce show est suppose revenir chaque année, mais de façon évolutive,» résume-t-elle.

Ce qui ne fait pas de doute, c’est que l’artiste peut attaquer la scène en sachant fort bien que ses compositions sont maintenant bien ancrées dans l’imaginaire de ses nombreux fans, avec 25 000 exemplaires de l’album écoulés à ce jour. « Seul le temps pouvait confirmer la portée que l’album allait avoir. Les gens disaient que c’étaient déjà des classiques, que ça allait rester. Mais tu ne peux jamais savoir. Maintenant, je croise des professeurs qui enseignent mes chansons à leurs élèves et j’apprends que des chorales vont les chanter. Cela prouve que ce n’était pas un engouement éphémère, » souligne-t-elle.

SORTIR D’UN RÊVE
Comme elle doit maintenant rattraper le temps perdu, Maryse Letarte s’apprête à passer en deuxième vitesse au cours des prochains mois… sans pour autant négliger sa nouvelle vie familiale! Ainsi, elle trouvera le temps nécessaire pour également faire vivre l’album Ni le feu, ni le vent, sorti l’année dernière. Mise au repos quelques semaines après sa sortie, elle n’aura pas eu

la chance d’en faire la promotion comme il se devait. « J’ai enregistré l’album dans des conditions difficiles, mais c’est dans ces circonstances qu’on est le plus créatif! C’était une course contre la montre, il fallait que ça sorte et que je donne des spectacles avant d’accoucher. Tout s’est bousculé un peu. Avec le recul, je suis contente qu’il ait été bien reçu. Si je ne m’étais pas arrêtée pour l’accouchement, j’aurais fait plus de promo, mais ce n’est pas grave de ne pas avoir réalisé le scenario idéal et planifié. J’ai vécu les plus beaux jours de ma vie et je les vis encore avec la naissance de Stella. Là, j’ai l’impression de sortir d’un rêve. Je reviens pour faire connaître ce disque et mon nouveau spectacle servira aussi à ça, » confie-t-elle.

À cela, ajoutons de nombreuses ouvertures à l’étranger. La France et les États-Unis sont dans sa ligne de mire. « J’attends de voir ce qui va se passer en France. Cela devrait dicter la suite des choses. Le marché doit être développé comme ici, ce qui nécessitera des spectacles et une présence là-bas. Quant aux États-Unis, c’est déjà réglé avec le distributeur Allegro. Là-bas, l’intention est de rejoindre les Francophones et Francophiles. Il y a un beau marché à New York et Boston, sans compter que l’album Des pas dans la neige compte des morceaux instrumentaux et une chanson en franglais. J’ai un certain public américain depuis mes débuts grâce à Internet, » raconte Maryse.

Et la composition dans tout ça? Parce que si ses chansons les plus récemment sorties ne font que commencer à prendre forme sur scène, il faut se rappeler qu’elles ont déjà beaucoup de vécu sur CD. « J’ai continue à composer beaucoup, surtout dans les premiers mois de vie de Stella, alors que j’étais toujours à la maison. J’ai donc écrit pas mal, même si j’ai mis ça de côté récemment pour travailler sur le spectacle. Je vais y revenir bientôt ! » promet-t-elle.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Malgré ses 25 printemps, Salomé Leclerc a déjà une feuille de route impressionnante.
Après un passage remarqué à l’événement Secondaire en spectacle, elle enchaîne avec Cégeps en spectacle en 2006. Puis, elle est finaliste au Festival international de la
chanson de Granby ainsi qu’à Ma première Place des Arts en 2009. Ce qu’elle reticent de ces participations : des rencontres déterminantesn ainsi qu’une visibilité accrue.

« Souvent, je recevais des courriels de la part de gens qui m’avaient vue à la télé. Ils voulaient savoir si j’étais la finaliste de tel ou tel concours ! J’ai commencé à attire l’attention du public et des médias à ce moment précis. Avant même d’avoir fait paraître un disque, les journalistes avaient déjà entendu parler de moi. Ils savaient qui j’étais. Il y a eu un buzz et j’ai senti que l’étape des concours était révolue pour moi. J’étais allée chercher ce que je voulais. Il était temps de passer à autre chose, » raconte-t-elle.

Délaissant son piano, la chanteuse francobritannique Émily Loizeau a accepté de se retrouver derrière la console pour la première fois et de réaliser Sous les arbres, le premier album de Salomé Leclerc, paru l’automne dernier. C’est lors d’un stage d’écriture dans le sud de la France (les Rencontres d’Astaffort) en septembre 2009, que les deux femmes se rencontrent. La chimie est instantanée. « C’était la marraine de l’événement. Un soir, je lui ai chanté une chanson et elle a aimé. À mon retour au Québec, j’ai écouté ce qu’elle faisait et j’ai eu un coup de coeur pour Pays sauvage, son

deuxième album. Un an plus tard, je pensais à la direction de mon disque et j’avais dressé une liste de réalisateurs potentiels. J’ai proposé son nom à mon équipe. Émily a un côté à la fois très franc et folk et elle aborde les choses d’une façon assez crue. Elle a une drive que je voulais retrouver sur mon album. Elle était un peu inquiète, mais elle savait où je voulais m’en aller avec ce projet. Il y avait un risque, mais on était tous prêts à le prendre, » avance Salomé.

Enregistré à Paris et à Montréal, Sous les arbre renferme 12 morceaux de folk-pop texturé et chaleureux, parfois agréablement mélancolique. Composées il y a deux ou
trois ans, la majorité des chansons de l’album ont eu le temps de mûrir sur scène, puis en studio. Ayant un faible marquee pour la tranquillité, Salomé échafaude ses chansons d’une façon pour le moins particulière. Elle explique : « D’abord, il faut que je sois toute seule dans ma bulle, chez moi ou dans une pièce isolée. Il ne faut pas que quelqu’un entende quoi que ce soit. Ma méthode d’écriture est un peu inconsciente. Lorsque je m’assois, je n’ai jamais le sujet d’une chanson. Je lance des mots, des phrases au hasard, j’étale des emotions sur papier et je brode autour de ça. Il y a parfois des influences de ce que j’ai écouté récemment qui me reviennent. Aussi, je suis très attentive à ce qu’on me raconte. J’emmagasine ce qu’on me dit, je laisse le temps passer et ensuite, ça sort naturellement. »

Grande admiratrice de l’oeuvre de la Britannique PJ Harvey, Salomé ne néglige pas non plus l’impact déterminant de Feist, Richard Desjardins, les albums Jaune et Soleil de Jean-Pierre Ferland ainsi que leQuébec love de Robert Charlebois (qu’elle affirme connaître presque par coeur).
« C’est un disque marquant pour moi. J’ai toujours écouté énormément de musique
francophone et québécoise. Je n’écris pas en anglais et je ne suis pas très à l’aise dans cette langue même si j’apprécie de nombreux artistes anglos. Mon faible, c’est la langue française et toutes ses subtilités, le son des mots, l’écriture. Ça demeure avec
moi encore aujourd’hui, » avoue-t-elle.

La jeune femme est-elle inquiète des nombreux bouleversements qu’a connu l’industrie de la musique au cours des dernières années ? « Tu sais, j’en viens à croire que le choc serait plus grand encore si j’en étais à mon troisième ou quatrième album. Étant donné que c’est mon premier, tout est encore nouveau pour moi. Tout est frais et excitant. En ce moment, je ne m’en fais pas trop. Il faut se coller à la réalité, exploiter ce qui fonctionne et y aller avec le progress et l’avancement technologique. »

Parallèlement à la tournée qui se trame le printemps prochain, Salomé souhaite développer l’art de la co-écriture et explorer les différentes possibilités en territoire européen. « On est en train de travailler fort pour faire sortir le disque là-bas. Ça pourrait coïncider avec le début de l’année. Je souhaite retourner faire un petit tour.

Beaucoup de diffuseurs s’intéressent à moi. Si ça fonctionne, tant mieux, mais je ne me mets pas de pression. Tout en musique est une question de feeling. Il s’agit de suivre son instinct. Il y a une grande question de timing également. Et ça, je n’ai pas de contrôle là-dessus. Mais je ne fais que commencer. Les possibilités sont infinies. »


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *