Comment pouvez-vous vous protéger contre le vol des instruments de votre groupe? Ou encore contre une inondation de votre studio dans le sous-sol de votre maison? Ou de dommages à votre guitare durant son transport?

Pour le savoir, inscrivez-vous dès maintenant au webinaire Assurance d’instruments de musique 101 de Front Row Insurance où vous pourrez apprendre tout ce que vous devez savoir sur la protection de votre matériel contre les dommages et les pertes. La présentation aura lieu en ligne le vendredi 4 février 2022 de 14 h à 15 h HE.

Les courtiers d’assurance experts Diane Konecny et Robb Ghag vous expliqueront tout ce que vous devez savoir et répondront à vos questions concernant :

  • comment protéger votre équipement dans divers contextes, que ce soit à la maison ou en tournée ;
  • comment bien comparer les polices d’assurance ; et
  • comment soumettre une réclamation.

Inscrivez-vous dès maintenant pour protéger optimalement vos instruments!



La SOCAN pleure la mort de son membre auteur-compositeur-interprète R. Dean Taylor qui s’est éteint le 7 janvier 2022 à l’âge de 82 ans dans sa maison de Los Angeles. On rapporte qu’il avait été hospitalisé en raison de la COVID-19 il y a un an et serait rentré chez lui après deux semaines où il est demeuré depuis sous soins palliatifs.

Taylor est surtout connu pour avoir coécrit le # 1 des Supremes en 1968, « Love Child » – intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2008 – et pour avoir écrit et chanté son propre succès international de 1970, « Indiana Wants Me », qui a fait de lui le premier artiste blanc de l’histoire de Motown Records à atteindre le # 1 aux États-Unis. En tant qu’auteur-compositeur à l’emploi de Motown, il a également coécrit « I’m Living In Shame » des Supremes, « All I Need » des Temptations, « I’ll Turn To Stone » des Four Tops et « Just Look What You’ve Done » de Brenda Holloway.

Richard Dean Taylor est né et a grandi à Toronto et il a commencé à chanter à l’âge de 12 ans en donnant des prestations dans divers événements country et western en plein air. Son premier enregistrement, « At the High School Dance » (1960), a tourné sur les ondes de CHUM à Toronto et un peu partout au Canada. Il a participé à une émission de variétés de la CBC avant de commencer à jouer dans les clubs locaux et il a fait une brève tournée aux États-Unis. Un voyage à New York en 1962 a donné lieu à quatre chansons qui seront distribuées par le label AMY-MALA.

En 1963, un ami de Détroit l’a téléphoné pour lui dire qu’il pourrait lui organiser une audition avec un nouveau label baptisé Motown Records. Taylor a rencontré les célèbres producteurs de Motown Brian Holland et Lamont Dozier et ces derniers ont suffisamment aimé son matériel pour lui offrir un contrat comme créateur pour le label et comme interprète. Taylor et Eddie Holland passaient des heures à échanger des idées de chansons et écrire les paroles de nombreux succès d’Holland-Dozier-Holland.

« Eddie était un auteur fantastique et j’ai beaucoup appris en travaillant avec lui », écrivait Taylor sur son site Web. « Je voulais apprendre tout ce que je pouvais sur la production et j’ai commencé à jouer de la tambourine lors des séances d’enregistrement d’Holland-Dozier-Holland. J’ai joué sur la plupart de leurs succès comme “Standing In the Shadows of Love”, “Reach Out I’ll Be There”, et plein d’autres… Observer Holland-Dozier-Holland au travail en tant que producteurs et jouer aux côtés de tous ces musiciens que l’on nomme désormais The Funk Brothers était plus que j’aurais pu espérer. »

En 1965, Taylor a enregistré une chanson subtilement antiguerre intitulée « Let’s Go Somewhere », puis, en 1966, « There’s A Ghost In My House ». Motown se concentrait davantage sur la promotion de ses artistes établis et les simples n’ont donc pas eu beaucoup d’impact aux États-Unis. Mais en 1970, en Angleterre, un DJ de club a commencé à jouer « There’s A Ghost In My House », d’autres clubs ont suivi et Motown U.K. l’a sorti en tant que simple, ce qui a permis à la chanson d’atteindre le sommet des palmarès en Angleterre et dans toute l’Europe. « Gotta See Jane », écrit en 1967, a également été un succès en Angleterre.

En 1970, Taylor a enregistré « Indiana Wants Me », une chanson que son instinct lui disait qu’elle deviendrait un hit. Deux stations de radio américaines ont commencé à la faire tourner et – cette fois-ci – Motown a soutenu Taylor avec une tournée promotionnelle des stations de radio ainsi que des apparitions à la télé au Michigan, ce qui a fait de la pièce un succès régional qui a pris de l’ampleur et est devenu national, puis mondial. « Indiana Wants Me » s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires et a atteint le # 1 du palmarès, faisant ainsi de lui le premier artiste blanc signé par Motown à réussir cet exploit. La chanson, connue et aimée partout dans le monde, a notamment été utilisée dans les premières séquences du film The Ninth Configuration (1980).

« Gotta See Jane » a été rééditée en 1971 et s’est rendu sur le Top 10 au Canada. Taylor a mis sur pied sa propre maison de disques, Jane Records, en 1973, mais il a continué à travailler pour Motown en tant que créateur et producteur jusqu’en 1976. Il a tenté un retour au début des années 80 et il a ensuite pris ses distances de l’industrie de la musique. Il a ensuite construit un studio d’enregistrement chez lui à Los Angeles et a écrit une biographie qui demeure inédite sur ses années chez Motown. Ses chansons continuent de jouer un peu partout dans le monde et elles ont été reprises par d’innombrables artistes.

La SOCAN présente ses condoléances à Jane, l’épouse de Taylor depuis 52 ans, ainsi qu’à sa famille élargie, ses amis et les fans de ses chansons dans le monde entier.



La SOCAN pleure la mort de l’auteur-compositeur-interprète et membre SOCAN Karim Ouellet. Le jeune créateur de 37 ans a été retrouvé mort lundi soir, à Québec. La cause de son décès n’est pas connue pour le moment.

Originaire de Dakar, au Sénégal, adopté par un couple québécois, il se fait connaitre au milieu des années 2000 grâce à de multiples collaborations avec des artistes du quartier Limoilou, à Québec, dont Claude Bégin avec qui il nouera des liens créatifs qui le mèneront sur la route du succès. Son album Fox (2012) remportant au passage plusieurs récompenses dont cinq nominations à l’ADISQ, le Prix Félix-Leclerc (2013), le Juno de l’Album francophone de l’année (2014) ainsi que pas moins de quatre Prix Chansons populaires aux Gala SOCAN de 2014-2015-2016 et 2017. Les stars européennes M et Stromae repèrent également son talent et lui offrent de faire la première partie de leurs spectacles respectifs.

Nous avions d’ailleurs récolté ses commentaires ainsi que ceux de son collaborateur Claude Bégin et son éditeur Rafael Perez suite à la réception de son trophée SOCAN pour la chanson Rien ne sert de courir, au Gala 2015 :

Toujours à l’affût des opportunités à faire avancer sa proposition pop urbaine distinctive Karim avait participé à l’édition 2018 du camp d’écriture Kenekt Québec, et a été mis en vedette sur Paroles & Musique à plusieurs reprises :

C’est toujours une tragédie de voir s’éteindre un créateur, mais ça l’est d’autant plus lorsque disparait aussi soudainement, dans la fleur de l’âge, un auteur-compositeur-interprète surdoué en qui l’ont plaçait beaucoup d’espoir. La SOCAN présente ses plus sincères condoléances à sa famille, dont sa sœur et membre SOCAN Sarahmée, ses proches et tous ceux et celles qui l’ont connu.