Dans cette série d’articles intitulée En résumé, Paroles & Musique vous propose des réponses succinctes aux questions les plus pertinentes et les plus fréquemment posées par les membres de la SOCAN. Le présent article porte sur les droits mécaniques.

Qu’est-ce qu’on entend par droits mécaniques?
Les droits mécaniques sont des redevances qui sont versées à un auteur-compositeur, un compositeur ou un éditeur de musique chaque fois qu’une copie physique ou numérique est faite d’une de ses chansons ou compositions. Ce sont des redevances de droit d’auteur qui vous sont versées en échange de votre droit de reproduire mécaniquement les enregistrements de vos chansons, et ce, sur presque n’importe quel support. Des redevances de reproduction mécanique doivent vous être versées, par exemple, lorsqu’une maison de disques produit un CD ou un disque vinyle de votre chanson ou d’une ou plusieurs chansons figurant sur un album. Même chose si votre musique est reproduite pour un téléchargement numérique ou une écoute en continu.

Qui paie les droits mécaniques?
Des droits mécaniques doivent être versés par quiconque se procure une licence l’autorisant à reproduire et distribuer votre chanson ou composition. Les droits mécaniques sont ainsi appelés parce qu’ils renvoient globalement à la reproduction mécanique de votre musique et que, comme tels, ils font partie de ce qu’on appelle communément les « droits de reproduction ».

Qui perçoit les droits mécaniques?
Jusqu’en 2018, un éditeur de musique ou un auteur-compositeur ou compositeur autopublié pouvait toucher des droits mécaniques soit par l’entremise de la CMRRA (l’Agence canadienne des droits de reproduction musicaux ltée), soit par l’entremise de la SODRAC (la Société du droit de reproduction des auteurs, compositeurs et éditeurs au Canada). En 2018, la SOCAN s’est portée acquéreur de la SODRAC et a ajouté la gestion des droits de reproduction mécanique à ses services de perception et de répartition. La SOCAN peut désormais vous aider à toucher vos droits de reproduction mécanique tant au Canada qu’à l’étranger. Il vous suffit donc de vous inscrire une seule fois pour assurer la perception de deux types de droits différents (les droits d’exécution et les droits de reproduction mécanique) si sous choisissez de les céder tous les deux à la SOCAN.

Comment les droits mécaniques sont-ils perçus?
L’organisme de perception (la CMRRA ou la SOCAN) accorde des licences de reproduction mécanique à des personnes ou organisations désireuses de reproduire des œuvres musicales à des fins de vente au public ou de radiodiffusion en échange du versement de droits de licence qui sont ensuite distribués sous forme de redevances aux auteurs-compositeurs, compositeurs, et éditeurs qui ont créé cette musique.



Pour la vaste majorité des gens de moins de 18 ans, le mois de septembre signifie la rentrée, les bouquins, être assis à son pupitre, étudier à la bibliothèque et beaucoup de temps passé sur Google et Wikipédia pour y effectuer des recherches. Et bien entendu de nouveaux vêtements, retrouver de vieux amis et s’en faire de nouveaux.

Pour la rentrée, la SOCAN a décidé d’offrir à ses membres des conseils triés sur le volet offerts par des artistes comme Serena Ryder, Laurence Nerbonne, Kardinal Offishall et plusieurs autres au sujet de la création musicale, des tournées et de votre carrière en général.

OWEN PALLET
La vie en tournée avec un groupe

  • Payez vos musiciens et votre équipe mieux que vous l’êtes vous-même. Si vous faites plus d’argent qu’eux, donnez-leur une augmentation. Particulièrement votre batteur.
  • Jouez toujours en solo. Mais si vous devez former un groupe, ne jouez qu’avec vos amis les plus proches. Jouer de la musique avec eux vous stimulera et vous adorerez ces personnes. Et assurez-vous que l’un de vos meilleurs amis soit un excellent batteur.
  • Ne faites pas de tournées. Mais s’il le faut, allez en Italie et en Espagne.

SERENA RYDER
L’écriture de chansons

  • Écrivez avec un crayon sur une feuille de papier! Vous aurez des idées que vous auriez peut-être effacées si vous travaillez à l’ordinateur.
  • Jouez d’un instrument dont vous ne jouez pas habituellement, ça peut-être très amusant. Ça vous empêchera de vous en remettre à vos vieilles habitudes et automatismes et, ce faisant, ça vous forcera à trouver de nouveaux points de départ. Si vous êtes guitariste, essayez de jouer du piano et voyez où cela vous mène. Vous trouverez de nouveaux accords et de nouvelles mélodies. Ce truc a fonctionné pour moi.
  • Si vous n’avez rien trouvé d’intéressant après 90 minutes, ne vous en faites pas. L’inspiration est un cadeau et vous ne pouvez pas forcer quelqu’un à vous donner un cadeau. Dès que vous y pensez trop et essayez de vous y accrocher, vous allez tuer cette idée. C’est comme l’amour.
  • Vous pouvez toujours revenir plus tard à une idée de chanson qui ne semblait aller nulle part. Même si c’est quelques années plus tard, peut-être aurez-vous à ce moment une perspective différente sur la vie qui vous permettra d’aborder cette idée, cette chanson, d’une manière qui vous permettra de la compléter.
  • Lisez un livre, ouvrez votre esprit aux nouvelles idées! Je suis toujours inspirée lorsque je lis un bon livre.

DERIC RUTTAN
L’écriture de chansons

  • Trouvez-vous un espace réservé pour y écrire systématiquement, que ce soit une pièce de la maison ou une simple table de travail.
  • Faites-le régulièrement. Quand j’entre dans cette pièce, à une heure donnée, je suis là pour une seule et unique raison : écrire. Ça aide à se mettre dans le bon état d’esprit.
  • Soyez toujours au service de la chanson. Il ne faut pas avoir d’objectif trop précis. Laissez le moment venir à vous. Quand vous sentirez que vous avez trouvé le germe d’une idée, laissez-la devenir ce qu’elle doit être.

MAYLEE TODD
Une carrière indépendante

  • Voir les opportunités : Il y a plein d’opportunités, il suffit d’avoir la bonne lentille pour les voir. J’ai demandé à faire partie d’un jury du Conseil des Arts du Canada afin de mieux comprendre comment le système de bourses fonctionne. J’ai travaillé dans un magasin d’instruments de musique pour bien comprendre comment les pédales d’effets fonctionnent, et j’ai pris un café avec des gens de l’industrie afin de connaître leurs expériences et peut-être même travailler pour eux, bénévolement ou non.
  • Soyez vraiment vous même : Votre authenticité a une valeur. Il y a une tonne de gens dans ce monde, certains sont plus intelligents, d’autres plus talentueux, d’autres plus riches. Qu’est-ce qui vous distingue ? Votre expérience unique, votre style unique et votre perspective unique.
  • Contrats : Les contrats doivent être clairs et concis, ils ne doivent laisser place à aucune supposition. Je « booke », présente mes idées et collabore avec de nombreuses personnes, festivals et salles. Les possibilités de mauvaise communication et de suppositions sont nombreuses. Voilà pourquoi un contrat est préférable… Avec un contrat, tout est clair et net ; la description de tâche, les conditions et le paiement.
  • Éparger l’argent : J’essaie de toujours investir dans des projets auxquels je crois, et je prends plus de risques financiers. Cela peut paraître impossible, surtout si vous n’avez pas beaucoup d’argent. J’ai ouvert un compte d’épargne exprès pour des projets artistiques. C’est incroyable la quantité d’argent que je peux dépenser sur des objets qui ne m’apportent aucun sens ou aucune substance. Prioriser m’a beaucoup aidé. À chaque fois que je suis payé pour une prestation, je mets une partie de cette somme dans ce compte d’épargne, même si ce n’est pas grand-chose.

ALAN FREW
Votre carrière
Il y a deux règles de base que j’applique dans ma vie :
1) Vous devez vous en soucier. Vous seul pouvez y arriver. Relisez la citation de Churchill. Vous devez vivre et respirer, manger et dormir et avoir votre projet à cœur sans aucun compromis, peu importe les défis auxquels vous ferez face, et peu importe ce que dirons les oiseaux de malheur.
2) Vous et vous seul devez accomplir quelque chose de remarquable afin que les autres s’en soucient, ou à tout le moins quelque chose d’assez remarquable pour que les autres vous remarquent.

KARDINAL OFFISHALL
Votre carrière
Le conseil que je donnerais à quiconque veut faire partie de la « game » c’est de prendre bonne note de qui vous êtes avant d’y prendre part. Elle va vous changer, et quiconque vous dira le contraire vous ment. Le véritable défi et de vous assurer qu’elle vous change pour le mieux. Apprenez tout ce que vous pouvez à son sujet et abordez tous vos revers comme une leçon qui vous servira de tremplin sur un terrain de jeu rempli de serpents et d’échelles.

LAURENCE NERBONNE
L’écriture de chansons
Réfléchir aux techniques d’écriture, à comment un bon refrain doit résumer les enjeux des couplets, aux formes que peut prendre une chanson, ça te permet d’encore plus faire honneur à ton inspiration et de rendre le résultat de ton idée de base plus clair pour la personne qui écoute. C’est comme en arts visuels: Picasso a dû apprendre à vraiment bien peindre avant de tout déconstruire. Picasso était en forme! Et pour faire une bonne chanson pop, il faut être très en forme, parce que c’est beaucoup plus difficile qu’on le pense d’arriver à cette clarté, qui est essentielle, tout y mettant l’émotion nécessaire, pour que ce ne soit pas que mathématique non plus.

AHI
L’écriture de chansons

  • Écris tout. Aucune importance si ça te rend inconfortable, aucune importance si ça semble ne pas être ton genre de chanson ; écris tout ce qui te passe par la tête.
  • Si les gens ne réagissent pas à tes créations, continue de créer. Ils finiront par y répondre, un jour ou l’autre, si ta proposition est honnête.
  • Avant d’écrire une chanson, écris tes idées et assure-toi de retourner cent fois sur le métier… On peut toujours écrire quelque chose de mieux.

JESSICA MITCHELL
La vie en tournée

  • Prendre soin de soi. Bien manger, je fais beaucoup de yoga. Même juste cinq minutes de tapis roulant chaque jour.
  • Organisateurs de bagages. Je viens juste de découvrir ces trucs ! Ils permettent d’organiser votre valise en petites sections. C’est important d’être bien organisé.
  • Beaucoup de sommeil. Et interdit de boire les jours de concerts.

TEBEY
La co-écriture

  • Collaborez avec des gens qui n’écrivent pas dans le même style ou le même genre que vous ; la diversité est bénéfique.
  • Collaborez avec des gens avec qui vous aimez travailler et écrivez avec des gens qui vous mettent au défi. C’est très important. J’aime travailler avec des gens qui sont de meilleurs auteurs-compositeurs et plus populaires que moi. On peut toujours apprendre. J’apprends sans arrêt.
  • Chaque session est différente. Plus on écrit avec quelqu’un, plus on comprend leur processus. Mais il n’a toujours aucune formule magique. Il faut continuer à peaufiner son art et à être 10 % meilleur que les autres en tout temps… C’est mon objectif.

JORDAN MILLER du groupe THE BEACHES
L’écriture de chansons

  • Ne vous découragez pas lorsque vous bloquez. Ne forcez pas une idée à fonctionner. Si vous avez une bonne idée pour un couple ou un refrain, mais que, pour une raison ou une autre, vous n’arrivez pas à la mener à bon port, mettez-la dans votre poche arrière et revenez-y plus tard.
  • Soyez ouverts aux collaborations. J’ai de la difficulté à finir ce que je commence, c’est pour ça que c’est génial d’être dans un groupe. Lorsque je me sens paresseuse ou que j’ai envie d’abandonner une idée, elles sont toujours là pour m’aider. D’autres fois, l’une d’entre nous a une idée qui inspire les autres et on la travaille toutes ensemble.
  • Changez toujours votre perspective sur la création d’une chanson. Pendant sept ans, je n’ai jamais écrit au sujet de mes expériences personnelles. J’écrivais à partir d’histoires que je m’étais inventées. Lorsque j’ai changé mon approche de l’écriture et que j’ai commencé à y inclure des expériences personnelles, mon écriture a acquis beaucoup de maturité. J’encourage les gens à se mettre au défi de la sorte.


Nous avons tous entendu cette histoire d’horreur au moins une fois : le camion du groupe est stationné dans un quartier peu recommandable où se situe le club où il doit jouer, et le camion est vidé de toute sa précieuse cargaison : adieu guitares, basses, amplis, claviers, micros et batterie. Il semble malheureusement y avoir eu une recrudescence des vols d’instruments ces derniers temps, mais vous pouvez prendre certaines mesures pour protéger votre groupe et ses instruments. Voici quelques trucs et astuces que nous présente le président et chef de la direction de Front Row Insurance, David Hamilton, afin de protéger vos instruments ainsi que quelques informations sur la manière de les assurer afin d’être couverts en cas de scénario catastrophe.

  1. Anonymité

L’une des meilleures façons de prévenir le vol de vos instruments est d’être aussi anonyme que possible.

  • N’apposez pas d’autocollants de votre groupe sur votre camion ou vos instruments afin de ne pas vous identifier comme cible évidente.
  • Teintez vos vitres ou utilisez des stores ou des rideaux afin d’empêcher les passants de voir ce que contient votre véhicule, votre local de répétition, ou tout autre endroit où vous entreposez vos instruments.
  1. Sécurité

Cela peut sembler évident, mais il y a quelques gestes cruciaux à poser afin de vous assurer que vos biens soient en sécurité. Par exemple :

  • Utilisez un système d’alarme.
  • Utilisez un protocole afin de vous assurer que votre véhicule est bien verrouillé en tout temps. Cela vaut même lorsque vous le chargez ou le déchargez et devez effectuer de nombreux va-et-vient entre votre véhicule et la salle de spectacle ou votre espace de répétition. Cela se produit fréquemment et c’est une cible facile pour les malfaiteurs.
  • Enchaînez tout votre équipement dans votre véhicule afin qu’un voleur qui tente de défoncer une vitre pour s’emparer rapidement d’un instrument n’y arrive pas facilement.
  1. Stationnement

Bon nombre de vols d’instruments ont lieu la nuit, il est donc important de réfléchir à votre choix d’emplacement et votre façon de stationner votre véhicule.

  • Autant que possible, acculez votre véhicule contre un mur, afin qu’il soit le plus difficile possible d’accéder aux portes arrière.
  • Stationnez-vous dans les espaces souterrains de votre hôtel plutôt qu’au niveau de la rue.
  • Stationnez votre véhicule dans un stationnement de remorqueuses : ils sont sous surveillance 24/7. Les frais demandés sont généralement raisonnables comparativement à la tranquillité d’esprit qu’ils vous offrent.
  1. Documentez

Il est important d’avoir la documentation adéquate en main dans l’éventualité d’un vol. Cela permet d’accélérer l’enquête et augmente d’autant vos chances de retrouver vos biens.

  • Prenez des photos de vos instruments, vous aurez ainsi un point de référence si quelque chose venait à manquer.
  • Conservez tous vos numéros de série. Cela constituera une preuve irréfutable aux enquêteurs qui doivent déterminer si un instrument vous appartient.
  • Conservez une copie de l’évaluation de vos instruments qui ont plus de cinq ans. Des instruments « vintage » ont plus de chances de recevoir un règlement d’assurance si vous êtes en mesure de fournir une évaluation à votre assureur.

Si votre équipement vous est dérobé, la seule façon de vous protéger est de souscrire à une police d’assurance qui se spécialise dans les instruments pour les professionnels comme Front Row, qui offre un tarif spécial aux membres de la SOCAN. La plupart des polices d’assurance habitation ne couvrent pas les instruments et équipements utilisés professionnellement ni les dommages causés par les lignes aériennes, alors procurez-vous une police d’assurance destinée aux professionnels. Vos outils de travail seront ainsi protégés de manière optimale.

Front Row vous offre un guichet unique et en ligne avec des taux abordables, des options flexibles et un excellent service. Vous pouvez vous procurer une protection en ligne sans avoir à parler à un courtier. Pour plus d’information sur la façon d’assurer vos instruments, cliquez ici.