Le compositeur et chef d’orchestre Yannick Nézet-Séguin ont obtenu cinq nominations, et l’auteur-compositeur-producteur Boi-1da et Drake ont obtenu quatre nominations chacun – le plus grand nombre parmi tous les membres de la SOCAN cette année – dans le cadre de la 65e édition du gala des Grammy Awards qui sera animé par Trevor Noah et télédiffusé le 5 février 2023 sur CBS.

Yannick Nézet-Séguin a été nommé deux fois en tant que chef d’orchestre dans la catégorie Meilleur enregistrement d’opéra, pour Aucoin : Eurydice et Blanchard : Fire Shut Up In My Bones. Il a également été récompensé en tant que chef d’orchestre dans la catégorie de la meilleure performance chorale, pour Verdi : Requiem – The Met Remembers 9/11. Finalement, il a obtenu sa quatrième nomination en tant que pianiste pour la soliste Renée Fleming sur Voice Of Nature – The Anthropocene, pressenti pour remporter les honneurs dans la catégorie Meilleur album classique de chant soliste. Quant à se cinquième nomination, elle est dans la catégorie Meilleur recueil de musique classique et le projet A Concert For Ukraine dont il était le chef d’orchestre.

Boi-1da (alias Matthew Samuels) est finaliste dans la catégorie Producteur de l’année, non-classique en plus d’obtenir deux nominations pour ses contributions à la composition et à la production de Renaissance de Beyoncé et Mr. Morale & The Big Steppers de Kendrick Lamar, tous deux nommés dans la catégorie Album de l’année. Il a aussi été nommé pour son travail de production sur « Churchill Downs » de Jack Harlow mettant en vedette Drake, chanson qui est finaliste dans la catégorie Meilleure chanson rap.

Drake a également été nommé à quatre reprises : deux fois dans la catégorie Meilleure chanson rap, pour ses participations à « Churchill Downs » de Jack Harlow et « Wait for U » de Future (mettant également en vedette Tems), une fois dans la catégorie Meilleure performance rap mélodique, également pour « Wait for U » et une fois pour son travail d’écriture sur Renaissance de Beyoncé, finaliste dans la catégorie Album de l’année.

L’auteur-compositeur professionnel Tobias Jesso Jr. est trois fois finaliste : dans la toute nouvelle catégorie Auteur-compositeur de l’année, et en tant que coauteur ayant contribué aux chansons de 30 d’Adele, et Harry’s House de Harry Styles, tous deux finalistes pour l’Album de l’année.

Le membre SOCAN Akeel Henry est également nommé deux fois, d’abord pour sa contribution à l’album Good Morning Gorgeous de Mary J. Blige, en lice pour l’Album de l’année, et en tant que coauteur et coproducteur de la chanson « Hurt Me So Good » de Jazmine Sullivan, en lice pour la Meilleure chanson R&B. Les membres SOCAN Michael Holmes et Luca Mauti sont aussi coauteurs et coproducteurs sur « Hurt Me So Good ».

Parmi les membres de la SOCAN ayant reçu une nomination, on retrouve Allison Russell, dans la catégorie Meilleur chanson roots Americain, pour « Prodigal Daughter »; le producteur, auteur-compositeur et DJ Kaytranada dans la catégorie Meilleur enregistrement danse/électronique, pour « Intimidated », un duo avec H.E.R. ; Bryan Adams, dans la catégorie de la Meilleure performance rock, pour « So Happy It Hurts » ; Michael Bublé, dans la catégorie du Meilleur album traditionnel de chant pop, pour Higher ; Snarky Puppy (dont fait partie le membre de la SOCAN Larnell Lewis), dans la course au Meilleur album instrumental contemporain, pour Empire Central ; le regretté Glenn Gould, nommé à titre posthume pour le Meilleur album historique, pour The Goldberg Variations – The Complete Unreleased 1981 Studio Sessions; et Arcade Fire, pour le Meilleur album de musique alternative, pour WE.

Le producteur-auteur-compositeur Sevn Thomas fait partie des collaborateurs de l’album de l’année Renaissance, de Beyoncé. Il a également coproduit « Good Day », une chanson figurant sur l’album Schorcha de Sean Paul en nomination dans la catégorie Meilleur album reggae. Schorcha inclut également Jordon Manswell en tant que coproducteur de la pièce « Wine Up » et plusieurs chansons signées Banx & Ranx.

Les membres SOCAN Joey et David Landreth, les Bros. Landreth, ont coécrit « Made Up Mind », dont la reprise par Bonnie Raitt a été nommée dans la catégorie Meilleure performance Americana. L’album complet de Bonnie Raitt sur lequel figure cette chanson, Just Like That, est finaliste dans la catégorie Meilleur album Americana.

Dans la catégorie du meilleur album rap, Ozan « OZ » Yildirim a contribué à l’album Come Home The Kids Miss You de Jack Harlow tandis que DRTWRK a contribué à l’album God Did de DJ Khaled. Dans la même catégorie, l’album I Never Liked You de Future inclut une apparition de Drake (et Tems) sur « Wait for U » ; l’album Come Home The Kids Miss You de Jack Harlow inclut également une apparition de Drake sur « Churchill Downs », et l’album Mr. Morale & The Big Steppers de Kendrick Lamar inclut du travail de production et de composition de Boi-1da.

Yonatan Ayal et Pierre-Luc Rioux, alias Chiiild ont contribué à la chanson « Compassion » qui figure sur l’album Candydrip de Lucky Daye, finaliste dans la catégorie Meilleur album R&B. Ryan Bakalarcyzk et Ace G ont contribué à la chanson « Churchill Downs » de Jack Harlow finaliste pour le trophée de Meilleure chanson rap. Demy & Clipz (alias Étienne Gagnon et Steve Martinez-Funes) ont contribué à « La Corriente » de Bad Bunny tirée de son album Un Verano Sin Ti qui est finaliste dans les catégories Album Musica Urbana et Album de l’année.

Ron Korb joue de la flûte sur Sakura de Masa Takumi en nomination dans la catégorie « Best Global Music Album ». Korb a également joué sur Divine Tides de Stewart Copeland (The Police) et Ricky Kej en nomination dans la catégorie Meilleur album audio immersif. Yonatan Watts est coproducteur de « Breezy » par Chris Brown en nomination dans la catégorie Meilleur album R&B. Andrew T a contribué à la chanson « Churchill Downs » de Jack Harlow finaliste pour le trophée de Meilleure chanson rap. Charlie Houston a chanté sur The Last Goodbye d’ODESZA en nomination dans la catégorie Meilleur album de musique dance/électronique. Aaron Paris et Drake ont contribué à la chanson « No Secret » de DJ Khaled qui figure sur l’album God Did finaliste pour l’Album rap de l’année. CVRE a des crédits d’écriture et de production sur « Defend » de Koffee, une chanson incluse sur Gifted qui est en nomination dans la catégorie Meilleur album reggae. Ali Milner (aka WILLA) a coécrit sur « Slow Song » de The Knocks et Dragonette (également membres de la SOCAN), qui est finaliste pour le prix du Meilleur enregistrement remixé. Martina Sorbara de Dragonette est également coauteure et interprète sur « Slow Song ».

Raynford « Preme » Humphrey est crédité en tant que producteur et auteur-compositeur sur la chanson « No Secret » qui figure sur l’album en nomination God Did de DJ Khaled. Toujours sur le même album, Sean Leon est crédité comme auteur-compositeur sur « Use This Gospel », et Noel Cadastre est l’ingénieur du son sur la pièce « Staying Alive ». Sur l’album MOTOMAMI de Rosalía qui est en nomination dans la catégorie Meilleur album rock ou alternatif latino, Adam « Ging » Feeney a coproduit et coécrit « Candy » et « La Fama », pièce à laquelle The Weeknd a également participé en tant que coproducteur et coauteur. François-Olivier « Bob Riddim » Boucard est crédité comme producteur sur la pièce « Neva Bow Down » par Rocky Dawuni en nomination dans la catégorie Meilleure performance de musique du monde. Rachael Kennedy (de L I O N C H I L D) a contribué à The Kalling, de Kabaka Pyramid, nommé pour le Meilleur album reggae, et à TRAP CAKE, VOL. 2, de Rauw Alejandro. nommé pour le Meilleur album música urbana.

Veuillez noter que la SOCAN poursuit l’examen de l’exhaustive liste des nominations pour 2023 afin de déterminer si d’autres membres sont également en nomination et nous modifierons cet article au besoin.

La SOCAN félicite ses membres en nomination aux Grammys pour ces réussites remarquables!



La chanteuse et auteure-compositrice professionnelle Shirley Eikhard a succombé au cancer le 15 décembre 2023 à l’âge de 67 ans, à Orangeville, en Ontario.

Alors qu’elle n’avait que 15 ans, le membre SOCAN Eikhard a écrit la chanson « It Takes Time » qui, interprétée par Anne Murray, deviendra un No 1 au palmarès adulte contemporain en 1971. Ce succès lui a permis d’être invitée aux émissions The Anne Murray Special et The Tommy Hunter Show de la CBC. Elle a remporté le prix JUNO de l’artiste country de l’année en 1973 et 1974 et elle a été intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2020. Ses chansons ont été enregistrées par des artistes comme Cher, Amy Grant, Rita Coolidge et Emmylou Harris. Musicienne autodidacte qui jouait de la guitare, du piano, de la basse, de la batterie et des percussions, de l’harmonica chromatique, du saxophone, du banjo et de la mandoline, Sirley Eikhard a lancé 18 albums entre 1978 et 2021.

Son plus grand succès commercial a toutefois été une chanson qu’elle a écrite au milieu des années 80 alors qu’elle travaillait à Nashville. Écrite en une vingtaine de minutes et présentée à d’innombrables artistes sur une période de sept ans, « Something to Talk About » a été enregistrée par Bonnie Raitt en 1991 pour son album Luck of the Draw qui a solidifié la renaissance de la carrière commerciale de l’auteure-compositrice-interprète et guitariste entrepris deux ans auparavant. « Something to Talk About » s’est rendue en 5e position du palmarès Billboard des simples et a été en nomination pour l’enregistrement de l’année aux Grammys en 1992. C’est toutefois le prix de la meilleure performance vocale féminine que Raitt a remporté pour l’enregistrement de la chanson. « Something to Talk About » a même inspiré une comédie dramatique mettant en vedette Julia Roberts en 1995, un film où son personnage apprend que son mari la trompe.

Shirley Eikhard est née à Sackville, au Nouveau-Brunswick, de parents qui jouaient tous les deux de la musique et sa propre passion s’est développée très tôt. Elle vivait à Oshawa, en Ontario, au moment de sa première apparition au Mariposa Folk Festival, en 1969, alors qu’elle était au tout début de son adolescence. Lorsqu’elle a lancé son premier album en 1972, elle avait tranquillement délaissé le folk pour se tourner vers le country pop. On y retrouvait une version de « Smiling Wine » de Sylvia Tyson qui a connu un franc succès sur les ondes des radios canadiennes, succès qu’elle connaîtra de nouveau en 1976 avec une reprise de « Say You Love Me » tirée de son album Let Me Down Easy.

Il y aura par la suite une pause d’une décennie dans sa discographie, de 1977 jusqu’à la parution de Taking Charge en 1987, alors qu’elle gérait un problème avec sa voix. Elle n’a pas pour autant chômé et a notamment écrit le succès « Kick Start My Heart » qui figurera sur l’immensément populaire album éponyme d’Alannah Myles paru en 1989. Le succès de Bonnie Raitt ayant considérablement accru le profil d’Eikhard lui a permis de lancer son album If I Had My Way (1995) sur lequel elle revenait en territoire musical familier. Trois ans plus tard, elle enregistrait pour le légendaire label jazz Blue Note. C’était tout naturel pour Eikhard qui chantait des pièces de Billie Holiday en concert depuis fort longtemps.

Au fil des années 2000, Eikhard s’est consacrée à la peinture et elle a lancé des albums modestes, mais de grande qualité qu’elle a principalement créés en solo en plus de consacrer du temps à des causes sociales, notamment les droits des animaux et l’environnement. Son dernier album sera On My Way to You paru en 2021.

La SOCAN offre ses plus sincères condoléances à la famille d’Eikhard, à ses amis, à ses collègues musiciens et autres de l’écosystème musical, à ses fans et à tous ceux qui ont apprécié sa musique.



La SOCAN pleure la mort de l’emblématique auteur-compositeur-interprète canadien Ian Tyson, décédé le 29 décembre 2022 à l’âge de 89 ans alors que la SOCAN était en hiatus.

Tyson a été intronisé au Canadian Country Music Hall of Fame en 1989 et au Panthéon de la musique canadienne en tant que membre du duo Ian & Sylvia en 1992. Il a également reçu membre de l’Ordre du Canada en 1994 et il a reçu le Prix du gouverneur général pour les arts de la scène en 2003. Il a été intronisé au Alberta Order of Excellence en 2006 et au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2019. Ian Tyson a également remporté le JUNO du Meilleur artiste Country en 1987.

En 2005, les auditeurs de CBC Radio One ont élu le classique de Tyson intitulé « Four Strong Winds » meilleure chanson canadienne de tous les temps. Il a eu une profonde influence sur de nombreux artistes, dont notamment Neil Young, qui enregistrera « Four Strong Winds » pour son album Comes a Time en 1978. Johnny Cash l’a également enregistrée sur son projet American V : A Hundred Highways paru en 2006. Ian Tyson a lui-même chanté « Four Strong Winds » lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Calgary en 1988.

Les réactions à la mort de Tyson ont fusé de toute part sur les réseaux sociaux. Son collègue auteur-compositeur-interprète de musique cowboy, Corb Lund, a écrit sur Facebook : « C’est le cœur lourd que j’apprends la mort de mon vieil ami Ian Tyson… Le Canada et le monde ont perdu un auteur-compositeur et un interprète légendaire et un défenseur de toujours de la romance et de la réalité de l’Ouest… »

Steve Kane, ancien président de Warner Music Canada, écrivait quant à lui dans une publication sur Facebook : « Les mots légende ou icône n’arrivent même pas à décrire Ian Tyson. Il fait partie du tissu même de l’identité canadienne. Il a porté nos histoires sur la scène mondiale. Il a gardé la tradition de la poésie cowboy en vie… »

Le député Charlie Angus et leader du groupe folk-trad Grievous Angels à lui aussi écrit sur Facebook : « Ian Tyson a défini la musique canadienne. C’était un original authentique. Il a écrit tellement de chansons incroyables. “Four Strong Winds” demeurera toujours la chanson canadienne par excellence. »

Né à Victoria, en Colombie-Britannique, il a grandi à Duncan avant de devenir cowboy de rodéo à la fin de l’adolescence et au début de sa vingtaine. Il s’est mis à la guitare pendant sa convalescence après une blessure infligée par mauvaise chute lors d’un rodéo. Il s’est rendu à Toronto sur le pouce et c’est là qu’il rencontrera une jeune chanteuse du nom de Sylvia Fricker avec qui il formera un duo musical. Sous le nom de Ian & Sylvia, ils seront – avec Gordon Lightfoot, dont Tyson était le mentor à ses débuts – parmi les vedettes canadiennes phares du boom folk du début des années 1960 qui nous a également donné Bob Dylan, Phil Ochs et Joan Baez.

Après s’être marié en 1964, le duo a réalisé près d’une douzaine d’albums et a écrit certaines des chansons canadiennes les plus aimées comme « Four Strong Winds », « Someday Soon » et « Summer Wages » de Ian, ainsi que « You Were on My Mind » de Sylvia – des chansons reprises d’innombrables fois par des artistes comme Dylan, Neil Young et Judy Collins, pour ne nommer que quelques-unes de ces reprises. Au tournant des années 60 à 70, Ian et Sylvia se sont réinventés en tant que pionniers du country rock. Leur groupe The Great Speckled Bird avait pour égaux les Byrds et The Flying Burrito Brothers dans la création d’une forme plus actuelle, mais fidèle à la tradition de la musique country.

Après avoir animé une émission musicale à la télévision nationale canadienne de 1970 à 1975, le mariage de Tyson et Sylvia a pris fin et il est retourné à son premier amour : entraîner des chevaux dans les ranchs du sud de l’Alberta. Après trois ans passés au pied des Rocheuses, Tyson a enregistré l’album Old Corrals & Sagebrush, composé de chansons de cowboy traditionnelles et nouvelles. Depuis le début des années 80, Tyson a lancé 15 albums célébrant la vie de cowboy sur le label Stony Plain Records.

La renaissance de la culture cowboy s’est amorcée lors du premier rassemblement de poésie cowboy d’Elko en 1983, où une petite coterie de cowboys et d’artisans proches des cowboys s’est réunie dans une petite ville du nord du Nevada. Tyson a été invité à interpréter sa « nouvelle musique Western », et n’a manqué qu’un ou deux rassemblements au cours des presque 40 années qui ont suivi.

Ian Tyson, membre de l’ASCAP pour la plupart de sa vie, laisse dans le deuil son fils Clayton issu de son premier mariage et sa fille Adelita issue de son second. Il est possible de faire un don à la Ian Tyson Legacy Fund ici. La SOCAN offre ses plus sincères condoléances à la famille, aux amis, aux fans et à tous ceux et celles qui ont apprécié la musique de Ian Tyson où qu’ils se trouvent dans le monde.