Quand Terry McBride a commencé à pratiquer le yoga au début des années 2000, il a été peu impressionné par l’endroit où il allait. Ce cofondateur et directeur de Nettwerk Music Group, établi à Vancouver, qui représente Sarah McLachlan, Avril Lavigne et les Barenaked Ladies, entre autres, s’est retrouvé en train de se pencher et de s’étirer dans divers établissements, tous dépourvus de douches, d’un service de serviettes, de vestiaire et même de possibilités d’interactions sociales.

C’est pourquoi en 2004, avec Lara Kozan, il a mis sur pied un centre de yoga et de bien-être appelé YYoga (« why yoga ») à Vancouver. « J’aimais le yoga en soi, mais je n’aimais pas l’expérience des lieux, dit M. McBride. Alors, je me suis dit : si j’aime vraiment ça, la musique et le yoga, je dois aller de l’avant et créer mon propre studio. Puis ç’a eu tellement d’écho chez les gens que j’ai dû en créer encore d’autres. »

Aujourd’hui, neuf ans plus tard, il s’agit d’une chaîne de neuf centres en Colombie-Britannique, avec un dixième établissement qui ouvre à Toronto le 28 octobre 2013, le premier à l’est des Rocheuses, et avec d’autres succursales prévues à Toronto avant de s’étendre à Calgary.

Avec le formidable talent en marketing que M. McBride peut apporter à cet art ancien, les studios YYoga comprennent non seulement des serviettes, des douches et des salles pour se changer mais aussi des salons de thé avec connexion wi-fi, des saunas infrarouges, et toute une variété de cours de yoga adaptés à chaque établissement. L’entreprise offre même un service de « valet yoga », où le professeur se rend à domicile, à l’hôtel ou au lieu de travail des élèves.

Et, bien sûr, YYoga fait jouer de la musique. En tant qu’acteur majeur de longue date de l’industrie musicale, M. McBride veille à ce que toute musique qui joue dans les cours et les salons de Yyoga soit dûment autorisée par une licence de la SOCAN. « Nous avons des cours qui sont expressément focalisés sur la musique, dit-il, où le professeur prend le temps de créer une liste de pièces musicales qui conviennent à son cours. La musique est plusieurs fois millénaire et traite des émotions; le yoga est lui aussi millénaire et traite aussi d’émotions. Je suis passionné par les deux. »

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Depuis combien de temps travaillez-vous à la SOCAN?
Ç’a fait déjà un an à la fin juillet.

En tant qu’agente des Licences, avec quels titulaires travaillez-vous?
Je suis actuellement en formation pour travailler sur les Déclarations d’œuvres musicales exécutées en spectacle (DOMES) des promoteurs de concerts et des propriétaires de salles (tarifs 4A1, 8 et 3A).

Que préférez-vous dans votre travail?
Bien que je trouve très gratifiant d’aider à représenter la culture musicale, la communauté culturelle et les droits des créateurs, même à mon humble niveau, faire partie d’une équipe qui a du cœur et des valeurs et qui est intègre me fait d’autant plus apprécier ce que je fais ici. Faire partie d’une telle équipe est ce que j’aime le plus dans mon travail.

Quels autres emplois avez-vous occupés outre celui de la SOCAN?
J’ai exercé de nombreuses fonctions dans ma vie professionnelle avant d’arriver à la SOCAN. J’ai été dans la vente, la gestion, les ressources humaines, la formation de la main-d’œuvre et, attendez… même coiffeuse et styliste! J’ai travaillé sur de nombreux projets artistiques et créatifs comme des défilés de mode, des vidéos de musique et des séances de photos promotionnelles.

Lequel de ces anciens emplois avez-vous aimé le plus?
J’ai aimé chacune de ces fonctions. Toutes ces expériences m’ont aidé à développer certaines habiletés qui me sont très profitables à plusieurs niveaux. J’ai beaucoup aimé être formatrice pédagogique, étant donné que j’apprenais aussi grâce à mes étudiants. Tous les étudiants sont différents et c’est très enrichissant ce genre d’interaction dynamique.

Quel genre de musique écoutez-vous ces temps-ci?
En ce moment, je suis en train de découvrir City and Colour. Je dois admettre que j’ai un faible pour Lisa LeBlanc depuis l’automne passé. Elle dit les choses telles qu’elles sont, avec des chansons qui parlent de la vie réelle.

Quels sont vos passe-temps en dehors du travail?
J’adore cuisiner. C’est une bonne façon de se détacher du quotidien. J’aime aussi flâner en ville. Montréal est réputée pour ses magasins, ses restaurants et ses boutiques vintage.

Le dernier livre que vous avez lu?
Think Like a Man/ Act Like a Woman… un livre inspirant pour nous, les filles célibataires!

Le dernier film que vous avez vu?
We are the Millers, un film étonnamment drôle!

Votre ou vos chansons préférées?
« The Chokin’ Kind » – de Joss Stone
« I’ve Been Loving You Too Long » – interprétée par Otis Redding, écrite par lui et Jerry Butler.
« Kiss and Say Goodbye » – The Manhattans
« When Doves Cry » – de Prince
« How to Save a Life » – The Fray
« Vol d’un ange » – interprétée par Céline Dion, écrite par by Jacques Veneruso et Patrick Hampartzoumian

Votre personnage historique le plus admiré?
Je dirais pas tellement un personnage historique qu’un comédien qui a changé la façon de percevoir la comédie. Richard Pryor a été un précurseur dans son domaine et a ajouté une nouvelle dimension à ce qui peut être à la fois drôle et cru.

Le trait de ma personnalité que je préfère?
Ma sociabilité

Ce que je déteste le plus en moi?
Ma sociabilité J LOL

Une citation?
« La vie arrive pour nous plutôt qu’elle nous arrive. » – Le Révérend T.D. Jakes


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Cher rédacteur,

 Si je n’utilise pas de musique canadienne, ai-je quand même besoin d’une licence de la SOCAN?

–Un licencié de la SOCAN

Cher licencié,

Oui. Une licence de la SOCAN vous accorde l’autorisation d’utiliser les œuvres musicales protégées par des droits d’auteur de partout au monde. Grâce à des accords conclus avec les organisations de droits d’exécution étrangères, la SOCAN émet des licences pour toute la musique utilisée en public par les entreprises au Canada, quelle que soit la société à laquelle les créateurs appartiennent. La SOCAN transfert ensuite les sommes correspondantes à la société appropriée et vice versa.
– Le rédacteur


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *