Sans tambour ni trompette, Stéphane Côté fait son bonhomme de chemin à partir de Québec depuis maintenant vingt ans. Il a beau avoir brillé dans les concours, enchaîné les albums et les collaborations marquantes, multiplié les spectacles ici et en Europe, récolté plus que sa part d’éloges et conquis un public fidèle, l’auteur-compositeur-interprète autodidacte de 41 ans continue de cultiver le doute. « Je suis un grand sceptique, avoue-t-il avec candeur, surtout en ce qui me concerne. Les choses avancent lentement, mais elles évoluent. Un jour, je sortirai de mon cocon. » Des paroles chargées d’euphémisme quand on mesure l’étendue de son parcours et qu’on apprend qu’une Lynda Lemay émue aux larmes a saisi l’occasion d’interpréter en duo avec lui « Au large de nous » sur Ballon d’héliHomme, son quatrième et plus récent album.

Normal, sans doute, que le créateur se questionne. Ce n’est pas tous les jours, en effet, que d’un foyer fondé par deux parents sourds, exempt de paroles, dénué de musique, émerge un artiste de la chanson. « Peut-être par l’effet inverse, je me suis toujours intéressé aux mots, explique Stéphane. Et puis à 14 ans, un ami m’a donné une guitare et m’a montré mes premiers accords. Je n’ai pourtant composé mes premières chansons que six ou sept ans plus tard. Pour moi, c’était quelque chose d’immense, de vraiment trop gros. »

Dans l’intervalle, il interprète le répertoire des Piché, Rivard, Beau Dommage, Jim et Bertrand, avant de découvrir l’inspiration suprême, celle de Brassens. « Cela a été l’élément déclencheur. Je chantais par cœur toutes les pièces de son coffret compilation. Je trouvais ses textes tellement justes, simples et complexes à la fois. » Le temps, doucement, fait son œuvre. Les chansons originales se succèdent. Il lui faut cinq années pour oser ses toutes premières scènes, mais pas les moindres : Saint-Ambroise, dont il devient finaliste, Granby, où il atteint la demi-finale. « Je suis tombé des nues. J’ai fait d’autres concours, joué dans des bars, jusqu’à Petite-Vallée, que j’ai remporté en 1999, à l’âge de 28 ans. À ce moment-là, j’ai senti que la vie m’envoyait un signe, j’ai compris que je devais continuer. »

Justement, le Studio Sismique produit son premier album, Rue des balivernes, « une expérience magique », dont le premier extrait s’intitule avec à-propos… « Chemin d’escargot »! Des critiques flatteuses, qui louangent notamment sa plume, plus de 150 spectacles, au Québec, en France, en Suisse et en Belgique, et voilà que la productrice Marie Bujold le prend sous son aile. Stéphane est sur sa lancée, il ne cessera plus d’écrire ni de composer. « J’ai ma routine. Je me lève tôt, je me fais un café, je cherche mille et une autres choses à faire, et puis je me mets à écrire, pendant trois ou quatre heures. Je commence toujours par la mélodie, sur laquelle je mets les paroles, sans trop me soucier du piétage. J’écris à partir d’un état, d’une émotion, de ce qui me fait rire ou pleurer. »

Comme par hasard – le talent n’attire-t-il pas le talent? – des créateurs reconnus l’accompagnent sur sa route. Il y a Réjean Bouchard, qui réalise Le Cirque du temps, aux ambiances musicales variées. Puis, Alain Leblanc, complice de tournée de 2007 à 2012 « grâce à qui j’ai appris à trouver mon aisance sur scène », qui arrangera et réalisera Des nouvelles. C’est à Éric Goulet que Stéphane confie Ballon d’héliHomme, lancé le printemps dernier. « J’avais envie de spontanéité, de chansons plus introspectives. Je me rends compte que ce que je vis rejoint vraiment les gens. »

Rehaussés par des sonorités folk et country, les textes, très imagés, de ce nouveau corpus oscillent entre histoires d’amour et réflexions senties sur le comportement humain et le sens de la vie. « J’ai écrit “Du soleil et du vent” à un moment où j’avais un grand besoin d’air et de lumière, se souvient l’auteur-compositeur. Les paroles d’“Une lettre” ont surgi comme un hommage, à la mort de Bruno Fecteau. “Ballon d’héliHomme” parle de désillusion. Mais la chanson finit avec un brin d’espoir, l’espoir en la folie. C’est un peu la pièce phare du disque. » Outre Lynda Lemay, Brigitte Saint-Aubin unit sa voix à celle de Stéphane dans le tandem amour-amitié de « C’est vrai ».

Pour la suite, Stéphane Côté se promet d’explorer ses dons de parolier. « Je veux écrire pour d’autres, comme je l’ai déjà fait pour la jeune Valérie Lahaie et avec Lina Boudreau. » Mais avant, de nouvelles scènes l’attendent ces jours-ci en France et, plus tard, au Québec. Parions aussi que les titres de son cinquième album ne tarderont pas à le hanter. Bientôt, mais pas trop tôt. « Je veux des chansons bien mûries. J’ai envie de prendre mon temps. » On dirait un air connu…

(bio)
Carole Schinck a fait sa marque dans le milieu de l’édition comme rédactrice en chef de magazines féminins à grand tirage. Depuis quelques années, elle interviewe pour diverses publications, généralistes ou spécialisées, des artistes et des personnalités de tous les horizons. Elle collabore à Paroles & Musique depuis 2012. Carole est également auteure-interprète et membre de la SOCAN.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Si Vincent Vallières s’est imposé au grand public grâce au succès phénoménal de sa chanson « On va s’aimer encore », l’auteur-compositeur-interprète avait déjà en poche quatre albums avant Le Monde tourne fort, paru en septembre 2009, soit Trente arpents (1999), Bordel ambiant (2001), Chacun dans son espace (2003), et Le Repère tranquille (2006).

Ce n’est pourtant qu’en novembre 2010 que la chanson qui changera la dynamique de sa carrière fut envoyée aux stations de radio du Québec, et Vallières y croyait plus ou moins. La réaction du public fut aussi spectaculaire qu’inattendue et propulsa l’album dans les palmarès des ventes pendant plus de 100 semaines !

En studio pour fignoler les chansons de son sixième album, Vincent jette un regard humble et lucide sur ce qu’il qualifie de coup de chance et remercie le ciel que ce succès ne lui soit pas arrivé plus tôt dans sa carrière : « Ce succès-là est arrivé à un moment de ma carrière où j’avais déjà trouvé ma place dans le milieu, j’avais un réseau de fans, je vendais des disques. Mais c’est certain que cette chanson-là a changé la donne au niveau du grand public. C’est sûr que j’aimerais ça répéter un tel succès avec une autre chanson, mais il faut avouer que s’il y a du travail derrière chaque titre, il y a aussi beaucoup de chance dans l’équation. C’est une question de synchronicité entre une chanson et son époque. Peut-être que six mois avant, elle n’aurait pas trouvé sa place dans les médias populaires… Je suis juste très content d’avoir vécu ça et d’avoir encore du plaisir à la chanter soir après soir. Mais disons que maintenant, mon plus grand souci c’est de réussir à garder les gens qui me connaissaient avant “On va s’aimer encore”. »

Plongé en plein processus de création et d’enregistrement durant la période estivale, Vincent Vallières avoue avoir toujours eu besoin de ses collaborateurs de longue date pour l’aider à « arranger » ses nouveaux morceaux. « Je jalouse un peu ceux qui sont capables de tout faire seuls, explique Vincent. Moi, je n’ai pas ces aptitudes-là. Je pense que ma plus grande force, c’est de livrer une matière première qui a de l’allure et j’ai besoin des autres pour peaufiner des idées d’arrangements que j’arrive à expliquer à peu près. Foncièrement, je suis un gars de band. Je travaille avec les mêmes musiciens depuis plusieurs années et je pense qu’ils se sentent aussi dans un band avec moi. Ils ont commencé avec moi au bas de l’échelle et ils ont gravi les échelons avec moi. Pour ça, je leur dois beaucoup. »

Dans un contexte où un public beaucoup plus large qu’auparavant attendra la suite de Le Monde tourne fort, est-ce que l’accouchement des créations s’avère une étape plus difficile? « Ça dépend, hésite Vincent Vallières. Quand j’arrive avec les musiciens, que j’ai une bonne chanson à laquelle je crois et que les paroles sont terminées, c’est plaisant et les arrangements vont souvent être moins pénibles à faire. Sinon, il faut travailler davantage la structure, la tonalité, le tempo… pis des fois, ça marche pas, il manque ci ou ça… Récemment, on a joué au casse-tête pendant trois jours avec une chanson comme ça, dont le titre de travail est “Loin”! Pour finalement en arriver à un résultat très satisfaisant, au point où c’est une des bonnes chansons qu’on a faites pour le projet à date. Mais d’autres fois, quand on s’aperçoit qu’on se bat pour rien, on passe à autre chose. Parce qu’on a un souci d’originalité et d’efficacité aussi, même pour des tounes pop qui ne révolutionneront pas l’histoire de la musique, on s’entend… Mais quand la toune part, on ne veut pas perdre un auditeur avant la fin. »

Depuis ses débuts en 1999, l’industrie de la musique a beaucoup changé. L’évolution technologique l’a bouleversée et son impact sur la création et la diffusion des œuvres musicales est indéniable. Pour Vincent Vallières, il est important d’être ouvert aux nouvelles façons de faire et de savoir s’adapter : « Il faut en voir les avantages et ne pas être rébarbatif aux changements. La grande force du milieu dans lequel on évolue en ce moment c’est d’avoir su démocratiser l’art et faciliter la découverte d’artistes. Ceci dit, dans le micromarché québécois il est clair que l’offre de chansons de qualité est plus grande que la demande. Dans mon cas, c’est un contexte favorable qui m’oblige à me questionner et me dépasser. La rapidité des changements technologiques installe un contexte qui nous met systématiquement en déséquilibre. Mais il y a une chose qui reste vraie : une bonne chanson, c’est une bonne chanson. Je pense que les bons artistes et la bonne musique vont toujours finir par trouver leur chemin. »

Le chemin de Vincent Vallières, lui, malgré la complexité de l’époque, la pression extérieure face au succès, et les angoisses de la création, reste, à son image, d’une simplicité désarmante : « Moi, j’aspire surtout à faire des chansons pour des gens qui ne font pas nécessairement de la musique. Pour monsieur et madame Tout-le-Monde qui finit de travailler, qui embarque dans sa voiture et qui va mettre mon disque pour y trouver une source de réconfort quelconque… » Pour ceux qui aiment encore… une bonne toune ! Un lancement à surveiller très bientôt.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Il est plutôt rare d’observer autant d’unanimité et de passion de la part du public, des médias et du milieu de la musique pour un premier essai discographique officiel. Il n’aura fallu aux sœurs Boulay (Stéphanie et Mélanie, originaires de la Gaspésie) qu’une douzaine de chansons enregistrées sur un album intitulé Le poids des confettis, pour s’imposer comme la nouvelle sensation de la chanson québécoise de cette première moitié de 2013.

On pourrait croire à un succès soudain, un coup de chance ou un heureux alignement des astres. Il y a un peu de ça, effectivement, dans le buzz qui entoure Les sœurs Boulay. Mais il y a beaucoup plus. Il y a surtout dix ans de tâtonnements, de rendez-vous manqués avec l’inspiration, de travail acharné à soutenir celui d’autres artistes. Dix ans qui ont mené à cette signature musicale, à cette façon d’harmoniser leurs voix, et à cette aisance dans l’écriture dépouillée mais pas simpliste, qui va droit au cœur.

Mélanie : « On chante depuis l’enfance toutes les deux. On était dans une chorale et on chantait parfois en duo dans les spectacles de fin d’année. Par la suite, on a fait toutes sortes d’affaires chacune de notre côté. On a toutes les deux étudié en musique. Stéphanie a accompagné Kevin Parent en tournée après ses études à Montréal. Moi, j’étudiais et j’écrivais des chansons et Steph aussi de son côté. C’était tough, ça ne marchait pas. On n’avait pas encore trouvé notre son. Et il y a environ deux ans, le projet des sœurs Boulay est né un peu par hasard. On a enregistré une toune, “The Boxer” de Simon & Garfunkel, et on a mis ça sur Internet. On a reçu des commentaires d’amis qui tripaient sur ce qu’ils entendaient! C’était enregistré avec l’ordi de Steph, avec un son vraiment mauvais… mais les gens en redemandaient ! »

Stéphanie : « Alors, on a monté un spectacle ! Ce qui était clair, c’est qu’on ne voulait pas faire un show de covers. On a pris des chansons de Mélanie et de moi, et on a travaillé des harmonies vocales. Notre répertoire avait fini par grandir à une dizaine de tounes quand on a participé aux Francouvertes l’an passé. Ensuite il fallait se planifier des petits moments pour composer durant la tournée qui a suivi… C’était intense, mais on voulait absolument prendre la vague. On a vraiment senti un vent favorable. C’est comme si pour une fois dans notre vie, tout coulait de source, tout était facile ! Les gens avaient le goût de nous aider, de nous faire jouer, alors on s’est dit qu’on ne pouvait pas laisser passer ça ! »

Éric Parazelli : On a aussi souligné vos expériences avec des pointures comme Michel Rivard et Kevin Parent. Est-ce que ça a laissé des traces chez les Sœurs Boulay?

Mélanie : « Ç’a surtout laissé des traces dans la façon de voir le milieu artistique. De voir ces gens-là, qui ont beaucoup d’années d’expérience, qui ne sont pas blasés, qui tripent encore très fort à faire de la musique et des shows, et qui sont là pour les bonnes raisons, c’est sûr que c’est inspirant ! Quand on se plaint des fois parce qu’on est trop dans le jus, qu’on est fatiguées, ça fait du bien de repenser à ça. On est tellement chanceuses de faire de la musique ! »

Stéphanie : « Mais ç’a laissé aussi des traces musicalement. Quand on était choriste, il fallait qu’on harmonise de nouvelles chansons presque chaque semaine, ç’a vraiment forgé notre oreille. On a accompagné Dany Placard, Chantal Archambault, Alex Nevsky… c’était toujours du nouveau répertoire et veux, veux pas, c’est resté dans notre bagage musical. Ce qui fait que maintenant, on essaie d’aller chercher des subtilités dans nos harmonies vocales qui ne sont pas tout le temps tierces, on fait des unissons beaucoup. Et quand tu accompagnes d’autres artistes, tu apprends à prendre ton trou et à écouter. À saisir c’est quoi ta place. Les moments de silence et d’écoute sont aussi importants pour attraper la balle et la relancer après. Et ça se retrouve dans notre musique; ça respire, c’est épuré, il y a beaucoup d’espace qu’on ne remplit pas à tout prix. »

É. P. : Deux chansons ont été écrites par Stéphane Lafleur d’Avec pas d’casque. Expliquez-moi comment c’est arrivé et en quoi vous vous retrouvez dans ses textes? Le fait d’avoir des chansons écrites par quelqu’un d’autre ça peut aussi être à double tranchant, les comparaisons sont-elles inévitables ?

Mélanie : « On avait vraiment envie de se faire écrire un texte par lui, alors on a pris le risque de le lui demander. Sur le coup il a refusé, il était trop occupé. Puis, deux semaines plus tard, il nous a rappelées pour nous rencontrer afin de voir s’il était capable de nous saisir suffisamment pour nous écrire une chanson. On s’est confiées à lui pendant deux heures comme si c’était quelqu’un qu’on connaissait depuis dix ans ! Finalement, il nous a dit : “on s’en va écrire une toune, let’s go!”. Il nous a fait dire des choses que les filles ne disent pas généralement. “Ôte-moi mon linge”, c’est quand même une chanson sensuelle d’une fille qui parle à un gars, mais on n’aurait pas été capable de l’écrire comme ça nous-mêmes. »

Stéphanie : « C’est comme s’il nous avait amenées plus loin. Parce que notre quête sur cet album-là, c’était d’enlever la censure, d’être le plus vraies, d’être à la fois le plus vulnérables et fortes possible. Nos nouvelles chansons étaient beaucoup dans l’affirmation de soi et dans la revendication identitaire. On sentait que Stéphane pouvait nous mettre des mots dans la bouche qu’on était game de chanter, mais qu’on n’était pas nécessairement prêtes à écrire. Et on n’avait pas d’orgueil à se faire écrire deux chansons par quelqu’un d’autre, parce qu’autant on veut être reconnues comme des auteures-compositrices-interprètes, autant tout ce qu’on veut, c’est chanter des mots qu’on aime et qui nous ressemblent. »

Au cours de l’été, Les sœurs Boulay participaient aux FrancoFolies de Montréal et au spectacle des finalistes du Prix de la chanson SOCAN en préouverture du festival, le 12 juin, à L’Astral. En juillet, elles étaient en France et en Belgique, pour se produire aux Francofolies de Spa, entre autres. Elles retournent cet automne sur les routes du Québec et ont déjà des engagements jusqu’en 2015 ! C’est ce qu’on appelle entrer dans le cœur de son public par la grande porte.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *