Une chanteuse à la voix poignante rend hommage au son des disques Motown chaque semaine. Elle rencontre un ingénieur du son multi-instrumentiste dans un bar, dans un sous-sol. Le résultat : Imaginary Cities est né, un autre groupe au son original issu du fertile terreau musical de Winnipeg.

Marti Sarbit, la moitié d’Imaginary Cities, se rappelle cette heureuse rencontre. « Rusty [Matyas]

« Ce disque a nettement plus une sonorité orchestrale. Nous en sommes très fiers. » – Marti Sarbit d’Imaginary Cities

est venu vers moi entre deux prestations, » raconte-t-elle. « Nous avons fini par chanter une chanson ensemble. Nous nous sommes bien amusé et l’échange était excellent. Peu après, je lui ai demandé s’il pouvait me donner un coup de main pour d’autres chansons sur lesquelles je travaillais. Ce qui a abouti à l’enregistrement de “Say You”, qui est devenue la première chanson de Temporary Resident. Depuis, on n’a pas pu faire autrement que de continuer. »

La prochaine étape dans l’évolution du duo a été de lui trouver un nom. Marti Sarbit raconte que leur première idée était de s’appeler Sparrow ou Old Sparrow, mais des raisons juridiques les en ont empêchés. Pressée de se trouver une identité, elle chercha de l’inspiration dans les couvertures poussiéreuses des livres du sous-sol de ses parents, demandant à son père de l’aider.

« Nous avons aperçu un livre intitulé Imaginary Beings et un autre, Invisible Cities, » dit-elle. « J’ai appelé Rusty aussitôt en lui demandant si nous ne pouvions pas utiliser l’un de ces noms-là. Nous avons tous les deux aimé le résultat quand nous avons combiné les deux titres, car nous sentions qu’il correspondait tout à fait à notre son. »

Imaginary Cities a lancé un premier album, Temporary Resident, en 2011, qui fut bien accueilli par la critique. Après une tournée épuisante en 2012, dans laquelle le duo partageait la scène pendant neuf semaines d’affilée avec The Pixies, il est revenu au studio. Le résultat fut Fall of Romance, un album paru fin mai qui démontre déjà la maturité musicale du duo. Alors que le premier disque était un mélange de différents styles, le second offre une sonorité propre au duo : un son indie-pop ample et atmosphérique, entrelacé d’harmonies envoûtantes.

Les premières pistes de Fall of Romance ont été réalisées à Winnipeg. Imaginary Cities a ensuite

Alors que le premier disque était un mélange de différents styles, Fall of Romance offre une sonorité propre au duo.

séjourné à Vancouver pour enregistrer le reste des chansons sur une période de trois semaines, avec Howard Redekopp (The New Pornographers, Tegan et Sara).

« Ce disque a nettement plus une sonorité orchestrale, » dit Sarbit. « Nous en sommes très fiers. J’espère que le public l’aimera autant que nous. Il m’arrive souvent de l’écouter, ce qui n’est pas dans mes habitudes… c’est plutôt formidable. » – DAVID McPHERSON

Parcours

  • Temporary Resident a figuré en présélection au prix de musique Polaris 2011
  • Il a aussi remporté le prix de l’album de l’année du Gala de la musique de l’Ouest canadien 2011.
  • La musique d’Imaginary Cities joue dans les émissions de télévision Degrassi, Less Than Kind et MTV Tough Love

 

Quelques faits
Éditeur : Downtown/Imaginary Cities
Discographie : Temporary Resident (2011), Fall of Romance (2013)
Visitez : www.imaginarycities.ca
Membres de la SOCAN depuis 2002 (Matyas), 2010 (Sarbit)


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


« Eh, Nashville! La pause est terminée! »

Jason Blaine se rappelle les taquineries de ses collègues de travail durant les quelques années où il trimait dans une usine de fabrication de classeurs, dans les années 1990. En tant qu’aspirant auteur-compositeur et chanteur de musique country rêvant à cette époque de vivre dans la ville de la musique du Tennessee et de laisser sa marque sur ce genre musical, Blaine a dû endurer les moqueries de quelques cols bleus, mais jamais leurs railleries ne l’ont vraiment atteint.

« On m’a taquiné un peu, certes, mais c’était bon enfant, » se remémore Blaine, qui a grandi en écoutant à la radio Garth Brooks, Alan Jackson, Travis Tritt et Vince Gill, entre autres. « Ils m’appelaient “Nashville”, mais quand j’y pense, ça m’allait très bien. J’ai toujours su que j’aboutirais un jour à Nashville comme auteur-compositeur. »

Aujourd’hui, ce gars de 33 ans, né à Pembroke, Ontario, a concrétisé ses rêves avec son épouse

« Je me suis demandé : qu’est-ce que j’aimerais entendre si j’étais fan de country? Un album qu’on a envie de faire jouer à tue-tête dans son camion durant l’été. »

Amy et leurs trois enfants, Grace, Sara et Carter. Bien qu’il vive au sud de la frontière canadienne, l’étoile de Jason Blaine brille encore bien haut sur son pays d’origine. En 2012, son quatrième album, Life So Far, lui a valu le prix de la chanson de l’année de l’Association de la musique country canadienne (CCMA) pour « They Don’t Make ‘Em Like That Anymore ». Cette année, il a été en nomination pour le prix de l’auteur-compositeur de l’année de la CCMA pour la chanson « Cool », coécrite avec Deric Ruttan, sur son exceptionnel album de 2013 Everything I Love.

Coproduit par Blaine et Scott Cooke (Florida Georgia Line, Nickelback), Everything I Love déborde de chansons irrésistibles comme la très énergique « Rock It, Country Girl », la joyeuse « Good Ol’ Nights » et la comique « Friends of Mine ». Cette dernière réunit un quatuor de stars authentiques du country – Jason McCoy, Gord Bamford, Deric Ruttan et Chad Brownlee – prêtant leurs voix aux festivités.

« Je leur ai dit à la blague que s’ils n’acceptaient pas de le faire, je serais obligé de renommer cette chanson “No Friends”, » s’esclaffe Blaine.

Chaque chanson d’Everything I Love se distingue par sa maturité mélodique, ses paroles empreintes de sagesse populaire, un soupçon de fanfaronnade et une grande polyvalence stylistique qui adhère aux attentes de la Music Row tout en permettant à Blaine de maintenir sa propre identité. Il n’y serait peut-être jamais parvenu s’il avait atterri ailleurs qu’à Nashville.

« Je sentais que j’aurais abandonné un grand rêve si je ne m’étais pas rendu là-bas pour apprivoiser la scène et me faire des amis, » admet Blaine, qui a cultivé son talent musical en jouant dans un groupe avec son père et son frère. « C’est un carrefour de talents exceptionnels. Si vous pensez être un très bon auteur-compositeur, vous en revenez très humble. Si vous y allez en croyant être un bon musicien, vous recevez toute une leçon. Et vous n’en serez que meilleur.

« Il suffit d’aller à une soirée d’auteurs et d’écouter, et on en ressort estomaqué. On y entend des chansons qui n’ont jamais tourné à la radio et plus de succès encore méconnus que tous ceux qui existent. Mais ça vous remonte le moral. J’ai des amis et des collègues à qui je peux me fier quand je leur montre mon matériel. Ils me le diront franchement si c’est bon ou me renverront à la table de travail si ça laisse à désirer. »

Certains de ces amis et collaborateurs ont une liste impressionnante de réalisations : ses collègues canadiens Ruttan (« Mine Would Be You » de Blake Shelton, « Hell On The Heart » d’Eric Church); Kelly Archer (Jason Aldean, Dustin Lynch) et Steven Lee Olsen (The Judds, 98 Degrees); et les auteurs américains Jim Beavers (« Felt Good On My Lips » de Tim McGraw, « Red Solo Cup » de Toby Keith) et George Teren (« Where I Get Where I’m Going » de Brad Paisley, « Real Good Man » de Tim McGraw.)

« Mon style est plus celui d’un mélodiste, d’un musicien qui aime faire des passes de guitare avec un peu de groove, » dit Blaine, dont la participation musicale la plus prisée aux États-Unis a été dans la chanson « Work It Out » avec comme artiste invité Luke Bryan, de l’album Every Chance I Get, classé parmi les dix albums les plus vendus du rappeur country Colt Ford. « Je pense que je suis plus fort de ce côté-là que dans les paroles. C’est pourquoi j’ai été assez chanceux de pouvoir écrire avec des gars qui peaufinent leur art depuis des années comme George Teren ou Deric Ruttan.
« Ils apportent tellement de bonnes idées. Et aussi des paroles et des mélodies, ou parfois juste de quoi améliorer un air ou un rythme. Je n’ai pas à m’en faire pour ce qui est d’écrire toutes les paroles, car ils sont bons dans l’écriture. On écrit souvent les paroles ensemble et j’aime ça car on ressent moins de pression ainsi à l’idée d’essayer d’écrire des textes exceptionnels. »

Comme il l’a fait sur Life So Far, Jason Blaine avait un thème particulier en tête pour Everything I Love. « Sur Life So Far, c’était plus personnel, » explique-t-il. « Je voulais vraiment des chansons qui permettraient au public country de découvrir ce que je fais et aux membres de l’industrie d’apprendre à me connaître. Je me suis vraiment ouvert sur ce disque. J’ai composé une chanson pour mon épouse et mes enfants intitulée “Cool” parce que c’est en réalisant cet album que j’ai passé le cap de la trentaine, et je voulais dire que si ce qui nous intéresse à vingt ans est encore amusant, ce n’est pas aussi cool que d’avoir une famille qui nous attend à la maison.

« J’ai aussi écrit la chanson “They Don’t Make ‘Em Like That Anymore”, une sorte d’hommage à mes grands-parents et à leur histoire d’amour qui dure depuis plus de 50 ans. Nous l’avons sortie en extrait et il semble bien qu’elle ait parlé à beaucoup de gens car elle a remporté le prix de la chanson de l’année [de la CCMA].

« Everything I Love est complètement différent. Je voulais réaliser un album country divertissant. Je

« Ce sont encore des chansons personnelles, mais je me suis concentré sur le plaisir et efforcé de composer des rythmes qui emportent les foules. »

me suis demandé : qu’est-ce que j’aimerais entendre si j’étais fan de country? Un album qu’on a envie de faire jouer à tue-tête dans son camion durant l’été. C’est encore moi et il contient encore des chansons personnelles, mais je me suis concentré sur le plaisir et efforcé de composer des rythmes qui emportent les foules. Cet album reflète plus fidèlement ce que le public peut retrouver dans mes concerts sur scène. »

Jason Blaine, qui se prépare en vue d’une tournée canadienne cet automne en compagnie de Deric Ruttan et de Chad Brownlee, considère qu’écrire des chansons amusantes n’est pas chose facile. « Essayez d’écrire un air de fête qui plaira à la foule, un air que la radio acceptera et que vos confrères apprécieront tout autant, un air qui évite les clichés, qui est rafraîchissant et entraînant.

« Tout a été dit, tout a été fait, et les gens recommenceront encore, poursuit Blaine. Les gens continueront de parler de camions, de campagne, de filles, du bon temps et de la bière. Tant qu’il y aura de la musique country, ils continueront de chanter tout ça, mais essayer de trouver une façon un peu différente de le faire, c’est là le défi. »

En fait, Jason Blaine, dont la première chanson était un pari que lui avait lancé son père, dit que si l’on s’efforce trop d’éviter les clichés, tout le processus peut en souffrir. « On dit que l’analyse paralyse , dit-il en riant. Si on s’assoit et on réfléchit à tout ce qui a déjà été dit ou si une chanson joue à la radio et raconte quelque chose de semblable – si on y pense trop – l’analyse vous paralyse.

« La vérité, c’est que les gens aiment décompresser le samedi soir, s’amuser, s’enfiler quelques bières et avoir du bon temps entre amis. Et les gars aiment toujours quand les belles filles country du coin viennent aussi. Il faut bien chanter ça si on veut s’amuser. »

Avec cinq albums et 16 simples à son actif, Jason Blaine a certainement parcouru bien du chemin depuis sa victoire initiale au concours Project Discovery 2002, lorsqu’il a fait paraître son succès classé parmi les dix meilleurs au palmarès, « That’s What I Do », produit par Tom McKillip, qui lui a valu aussi son tout premier chèque de redevances de la SOCAN.

Mais ce qui devait être normalement une heureuse occasion s’est transformé en une expérience un peu stressante. « Je me souviens d’avoir été très très fâché lorsque je suis allé à la banque pour la première fois, se rappelle Blaine. J’étais tellement excité, car c’était un gros chèque, et pour la première fois, je découvrais qu’être un auteur-compositeur peut être un vrai métier. Mais quand j’ai voulu encaisser mon chèque, c’est ridicule, la banque a gelé les fonds car le caissier ne connaissait pas la SOCAN. Je me souviens de lui avoir dit, “Regarde bien, si Bryan Adams et Shania Twain peuvent encaisser les chèques de la SOCAN, vous allez bien me changer celui-là!”

« Mais tant pis, on s’est fait une raison et je suis aujourd’hui un grand défenseur du dépôt direct, » rit-il.

Quelques faits
Éditeur : Jason Blaine Music
Discographie : While We Were Waiting (2005), Make My Move (2008), Sweet Sundown (2010), Life So Far (2011), Everything I Love (2013)
Membre de la SOCAN depuis 2003
Visitez http://jasonblaine.ca


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


On ne sait jamais qui écoute.

Quand le nouveau groupe montréalais Half Moon Run s’est rendu en studio pour enregistrer une piste dans le cadre d’un projet étudiant, il ne se doutait pas qu’il en sortirait avec un contrat de disque. En fait, comme l’explique Dylan Phillips, le souvenir de cette session est un peu flou.

« J’étais tellement malade que j’ai de la difficulté à me rappeler cette journée, » dit le joueur de

« On rencontre des gens qui sont plus intéressés à faire partie d’un groupe qu’à écrire des chansons et à faire de la musique… On ne veut pas devenir comme ça. » – Dylan Phillips de Half Moon Run

batterie et de clavier. « Je me souviens que c’était plutôt excitant. Je me rappelle que peu après, nous avons eu des nouvelles de Kyria [Kilakos, directrice de l’étiquette Indica Records]. Elle enseignait à l’école et notre enregistrement a attiré son attention. Nous n’avions même pas encore donné dix spectacles, et quelques semaines plus tard, nous avions un contrat en main. C’était plutôt exaltant, bien que ç’a été pas mal plus vite que nous l’avions imaginé. »

La chanson était « Full Circle », une pièce folk-rock plutôt hypnotique rehaussée d’harmonies en trois parties par Dylan Phillips, le guitariste Conner Molander et le chanteur Devon Portielje. Tous trois étaient venus à Montréal des quatre coins du pays pour différentes raisons : Molander pour étudier la psychologie à l’Université McGill, Portielje pour un travail dans l’industrie de la musique et Phillips pour une maîtrise en piano classique. Ils se sont rencontrés par le biais d’une annonce sur Craiglist et, exception faite d’un groupe rock éphémère durant le secondaire pour Conner, Half Moon Run était leur première formation.

Ils n’étaient pas pour autant des novices. Portielje a étudié en Arts de l’industrie musicale au Fanshawe College, à London, Ont., ce qui l’a incité à accueillir l’offre initiale d’Indica avec une bonne dose de scepticisme.

« Je voulais faire les choses par moi-même, dit-il. Je voulais déclencher un phénomène viral sur YouTube et être en position de force au moment de parler aux maisons de disques. Une des choses qu’on m’avait enseignées [à Fanshawe], c’est le risque de se faire arnaquer dans un contrat. Mais nous avons demandé à un avocat de jeter un coup d’œil [au contrat d’Indica], d’y apporter quelques modifications, et nous avons conclu l’affaire. »

Après avoir dit à Indica que le groupe pouvait réaliser assez de chansons pour un album complet en deux mois, il a fallu près d’un an pour y parvenir. Dark Eyes a été lancé en mars 2012. Le son est délicat et intime, un mélange de rock indépendant et sensible de style au courant et de psychédélique rétro, avec de subtiles enjolivures électroniques.  Dark Eyes a trouvé sa place sur les tablettes des admirateurs de Radiohead, de Band of Horses et d’autres formations du même genre, et Half Moon Run s’est retrouvé en tournée nord-américaine comme première partie des spectacles de Wintersleep et Metric.

Puis, en octobre dernier, le groupe a reçu un sérieux coup de pouce de Ben Lovett de Mumford & Sons, un groupe qui figure sur les grands palmarès internationaux : celui-ci a déclaré au très influent magazine britannique New Musical Express que Half Moon Run était son nouveau groupe favori et « potentiellement l’une des formations les plus importantes lançant un album cette année. »

Depuis lors, le groupe (qui compte désormais le multi-instrumentiste Isaac Symonds) ne cesse d’attirer l’attention, jouant aux festivals de Glastonbury et de Reading en Angleterre, accompagnant en tournée les formations Mumford et Of Monsters And Men, bénéficiant de mises en onde à la radio de la BBC, et concluant des contrats de mise en marché de Dark Eyes en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Entre-temps, les membres de Half Moon Run n’ont pas été en mesure de se consacrer à l’écriture. « C’est bien difficile, dit Phillips. On a quand même des pistes d’idée. On essaie des trucs à la guitare acoustique, on fait des harmonies, puis je mets le tout sur mon ordinateur et j’ajoute des accords dans la camionnette. J’ai utilisé des enregistrements sur iPhone dans Logic. On a tout essayé. Mais on a vraiment besoin de notre studio et d’avoir du temps pour nous. Je ne vois pas comment on pourrait produire une chanson sur la route. »

Pour un nouveau groupe, Half Moon Run a déjà une méthode de création musicale nettement définie. Portielje dit que c’est en partie parce que les membres du groupe ne sont pas d’anciens amis et qu’ils sont depuis le départ centrés sur la production. « C’est comme si on s’était trouvé un nouvel emploi, dit-il. On baisse la tête et on fonce. »

Quand le groupe sera enfin capable de s’installer pour forger la suite de Dark Eyes, ses quatre

« Écrire des chansons, c’est comme si on s’était trouvé un nouvel emploi. On baisse la tête et on fonce. » – Devon Portielje de Half Moon Run

membres continueront d’appliquer les règles qui les ont si bien servis la première fois. Pour Portielje, il faut d’abord composer une mélodie, ensuite des syllabes, puis des paroles. Mais il ne faut pas interroger Phillips au sujet de ses textes. « On ne discute pas de ce que signifie une chanson, dit-il. C’est pourquoi les paroles peuvent parfois être sombres, mais pas la musique. »

Phillips dit surtout que Half Moon Run n’oubliera jamais la raison pour laquelle ses membres se sont réunis et ont chamboulé leurs vies pour cette aventure.

« On rencontre parfois des gens qui sont plus intéressés à faire partie d’un groupe qu’à écrire des chansons et à faire de la musique, dit-il. Il y a des moments où ça nous arrive aussi et où on prend plaisir à être ensemble. Mais on ne veut pas devenir comme ça. La chanson, c’est ce qui compte avant tout. »

Quelques faits
Éditeur : Universal Music Publishing Canada, Indica Records Inc.
Discographie : Dark Eyes (2012)
Membres de la SOCAN depuis 2011
Visitez halfmoonrun.com


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *